Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Maëva – Dessinatrice des Elfes de Miloria

Rencontre avec Maëva – Dessinatrice des Elfes de Miloria

« Au centre du monde se trouvent les terres de Miloria, le territoire des Elfes. Aujourd’hui, 77ème jour de l’année, c’est la fête du renouveau et tous les villages elfes se préparent pour cet événement. Les Elfes sont des êtres possédant de grands pouvoirs magiques. Certains d’entre eux peuvent devenir des élémentaires, s’ils le souhaitent… Leur nature se mélange alors avec un élément particulier, comme le feu, la terre, l’air, les plantes ou l’eau… »

Depuis fin août, Ylric et Maëva ont rejoint le cercle privilégié et officiel des auteurs de BD, grâce à leur première oeuvre en commun, Les Elfes de Miloria. Ce récit d’heroic-fantasy, dont on espère une suite, vous plongera dans un univers étrange et une histoire originale. Pour en parler, nous avons donné la parole à une dessinatrice plus que douée.

Chronique de l’album

Retrouvez des extraits de l’album à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Quel a été ton premier sentiment lorsque tu as reçu « ta » BD avant sa sortie ?

Maëva : Bonjour! Et bien, j’ai eu beaucoup de mal à réaliser. J’ai longtemps tenté de percer dans le milieu du dessin et voir finalement le produit de mes efforts aboutir, tenir l’album enfin imprimé entre mes petites mains, ça m’a paru surréaliste.

BDE : Quels sont les premiers retours ?
M : Apparemment les gens ont apprécié, en majorité ils ont beaucoup aimé la couleur et les dessins. J’ai vraiment tenté de faire de mon mieux pour donner un résultat léché et appliqué sur mes pages. Concernant le scénario, on nous « reproche » la fin trop rapide, et je mets des guillemets, car en réalité, les gens comprennent bien que faire une histoire complète en un seul tome est peu aisé et que c’est donc dû au format. 46 pages, c’est peu pour développer un monde, des personnages, une trame principale et une fin (et Dieu merci c’est mon scénariste qui a souffert là dessus, pas moi ^_^ ).

BDE : Est-ce que cette première BD correspond à l’idée que tu t’en étais faite depuis que tu dessines ou pensais-tu que ce serait dans un autre registre ?

M : Je suis très contente d’avoir créé cette BD dans un univers d’heroic-fantasy, c’est un univers que j’ai toujours adoré, mon scénariste aussi.

BDE : Justement, comment se sont passés les échanges avec Ylric ? Vous connaissiez-vous avant ?
M : Oui, nous nous connaissons depuis longtemps, nous sommes amis et travailler avec lui est vraiment agréable. Nous avons tous les deux les mêmes références en matière de lectures, mangas et jeux vidéos, du coup on était souvent sur la même longueur d’onde. De plus il m’a laissé une totale liberté graphique concernant la construction de chaque page. J’ai vraiment pu dessiner l’album à ma guise.

BDE : « Les Elfes de Miloria » est annoncé comme un récit complet mais tout semble possible à imaginer dans cet univers. Peut-on garder l’espoir de voir évoluer à nouveau ces personnages dans une suite ou une série parallèle ?
M : Oh que oui ! C’est un album complet car notre éditeur souhaitait d’abord voir la réaction du public (petit éditeur oblige, il minimise les risques et c’est bien compréhensible). Mais à la base, c’est un récit en minimum 4 tomes. Le tome 2 a déjà été écrit par Ylric d’ailleurs. De mon côté, j’ai commencé le design de sept nouveaux personnages. Si les retours sont positifs, notre éditeur nous donnera alors le feu vert pour continuer notre travail et le conclure. Ce tome unique est en fait le tout premier, servant à poser les bases d’un univers bien plus large (d’où le titre « prélude » en page titre). Voilà. Donc, pour le moment, nous attendons et nous aviserons en conséquence.

BDE : Quelle technique utilises-tu pour tes dessins ?
M : Je dessine en format A3. Mes pages sont toutes composées de crayonnés propres (je n’encre jamais mes dessins). Ensuite je les scanne, je les nettoie puis je mets la couleur par ordinateur avec Open Canvas qui est mon logiciel fétiche.

BDE : Les dessinateurs étant toujours très critiques sur leur propre travail, aurais-tu fait des choses différentes avec le recul ?

M : Avec l’expérience que l’on prend et la réflexion une fois l’album terminé, oui, je pense que j’aurais mieux réalisé certaines scènes et/ou dessins. C’est normal, plus un dessinateur produit, plus il apprend et progresse. Je suis très critique envers mon travail. A la fin de l’album, j’ai d’ailleurs passé une semaine entière à corriger des détails à droite et à gauche (faute de pouvoir redessiner toutes mes pages pour faire encore mieux ! Je ne suis jamais satisfaite!).

BDE : Pour une première, tu t’occupes en plus de faire toi-même des couleurs. Dans quel domaine penses-tu avoir besoin de faire des progrès ?
M : Je suis très contente de faire la couleur moi-même, c’est quelque chose que j’ai énormément de mal à déléguer. Mon dessin et ma couleur ne font qu’un. Très souvent, mes traits sont minimes sur mes pages car je fais énormément de couleur directe dans mes pages (et illustrations). Disons que quand je réalise quelque chose, je pense aux deux en même temps, c’est un tout. Déléguer ma couleur à un coloriste m’aurait perturbée, j’aurais été obligée de tracer mes dessins autrement pour que tout soit bien clair pour le coloriste. Quant à me perfectionner, je dirais dans les décors sans doute, j’entends l’architecture. Je m’améliore dans ce domaine mais mon réel problème c’est surtout que j’éprouve beaucoup plus de plaisir à dessiner des personnages que des bâtiments. Du coup, j’ai du mal à me forcer (quelle honte hein! Je sais, je sais… ^^ ). Mais très sincèrement, j’espère bien continuer à m’améliorer sur tout ce que je dessine et découvrir de nouvelles techniques, que ce soit en dessin ou en couleur. Comme je le disais, je porte un regard très critique sur mon travail et je veux vraiment donner le meilleur de moi même pour m’améliorer autant que possible…

BDE : Tu montres beaucoup de croquis sur ton site. Pourrais-tu passer une journée sans dessiner ?

M : Et bien oui, ça m’arrive, quand l’inspiration n’est hélas pas présente. J’ai fini par comprendre que me forcer ne m’aidait pas, donc je la laisse aller et venir. Par contre, quand l’inspiration est là, je dessine énormément et aussi très rapidement, ce qui explique ma production abondante de croquis en effet.

BDE : Entre manga et BD européenne, comment définis-tu ton style et quelles sont tes influences ?
M : Mon style est définitivement bien plus influencé par les mangas que par la BD européenne. C’est une façon de dessiner qui m’a parlé dés mon plus jeune âge, quand j’étais accro aux dessins animés japonais. Je ne me suis jamais posé la question de savoir « comment dessiner », c’est quelque chose qui m’est venu tout naturellement et qui a évolué au fil des ans pour aboutir a ce que je fais désormais. J’aime la diversité des styles et genres que l’on trouve dans les mangas. Maintenant, bien sûr, j’apprécie également la BD européenne (étant plus jeune, j’aimais beaucoup Sambre par exemple) mais je ne peux honnêtement pas dire qu’elle ait eu une réelle influence sur ma façon de dessiner.

BDE : Quels registres aimerais-tu aborder à l’avenir ?
M : L’heroic-fantasy, c’est mon dada, mais les ambiances noires et vampiriques aussi, donc je pencherai plutôt sur ça si je dois tester un nouveau genre. La SF ou le réaliste ne sont hélas pas ma tasse de thé. A dessiner j’entends, car sinon je suis une très grande fan de séries, BD et jeux SF.

BDE : Pour finir, sur quelle(s) série(s) aurais-tu rêvé de travailler ?
M : Dans les mangas, sans hésiter Saint Seiya, qui a énormément marqué ma jeunesse (et dont je suis toujours ultra fan). Sinon je vais aussi citer une série de jeux vidéos, les Castlevania dont je suis une très grande fanatique. Ayami Kojima, qui a créé la plupart des designs, est d’ailleurs mon illustratrice fétiche.

BDE : Merci beaucoup, nous te souhaitons bonne chance pour la suite !
M : Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 8 septembre 2007.

Retrouvez plus d’infos sur les travaux de Maëva sur son site Silver Eclipse.

Extraits des Elfes de Miloria

© 2007 Editions Clair de Lune
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*