Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Thierry Labrosse – Dessinateur de Moréa

Rencontre avec Thierry Labrosse – Dessinateur de Moréa

« C’est mon premier crash d’avion et je n’y connais pas grand-chose… mais on n’est pas censé chercher les secours plutôt que de s’en cacher?
– Tu vois des gyrophares, un cristal rouge sur fond blanc et des gars en blouse? Un convoi armé, c’est pas des secours mais des complications. »

Il y a peu de temps, la belle Moréa voyait se conclure en Afrique le premier cycle de ses aventures. Thierry Labrosse, l’excellent dessinateur québécois, voyait aussi se finir sa participation à cette excellente série fantastique. Artiste polyvalent, peintre de talent, de nombreux projets s’offrent à lui en attendant un retour à la BD. Rencontrez avec nous cet homme aussi doué que sympathique.

Chronique du Tome 5

Retrouvez des extraits du tome 5 à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Pouvez-vous confirmer que l’aventure Moréa s’est terminée pour vous avec ce tome 5, fin du premier cycle ?

Thierry Labrosse : En ce qui me concerne, je signais, avec le tome 5 de Moréa, mon dernier album de la série. Série qui, il est important de le souligner, se poursuivra avec un nouveau dessinateur fort prometteur. La décision de quitter Moréa est une décision à laquelle j’ai longuement réfléchi. Vous savez, après avoir investi plus de 8 ans de sa vie à un projet, on peut sentir le besoin de passer à autre chose et le désir de faire autre chose. Je pense que si on n’a plus de plaisir ou de passion à faire un truc, mieux vaut cesser de le faire plutôt que le faire à moitié.

BDE : Quels souvenirs vous laisseront ces années et cette série formidable ?
TL : J’ai eu beaucoup de plaisir à faire cette série, c’est-à-dire inventer son univers, dessiner toutes ces jolies filles et mettre en scène chaque scène d’action. J’ai aussi beaucoup appris sur mon métier à travers l’expérience de Moréa. Après tout, c’est avec cette série et toute l’équipe de Soleil que j’ai vécu mes premiers festivals en Europe, fait mes premières rencontres avec des auteurs professionnels et compris les nombreux rouages du monde de l’édition. Somme toute, une expérience riche que je ne suis pas près d’oublier. Également j’ai fait de très belles rencontres avec des gens et des auteurs formidables que je ne vois malheureusement aujourd’hui que trop rarement. Forcément, j’habite au Québec…

BDE : Quels sont les principaux changements que vous avez notés depuis le premier album ?
TL : Mon dessin et mon expérience de la mise en scène ont suivi une évolution naturelle et progressive au cours des albums. Personnellement, je suis quelqu’un qui doit sans cesse pousser la barre plus haut, c’est dans ma nature. Plutôt exigeant comme attitude, mais payant au niveau des résultats. Dans ce sens, je suis fier de mon parcours et des bouquins que j’ai dessinés.

BDE : Qui reprendra le dessin ? Suivrez-vous les travaux de votre successeur ?
TL : Le nouveau dessinateur se nomme Laurent Libessart (dessinateur du Casque d’Agris, chez Assor BD). J’ai vu ses premières planches, je peux déjà vous dire qu’il se défend plutôt bien ! Pour l’instant, il n’est pas question que je supervise son travail, mais j’ai proposé à l’éditeur de le faire si nécessaire (NDLR : le tome 6 paraîtra mi-2008).

BDE : Sur l’avant-dernier album, vous vous occupiez aussi de la couleur. Pouvez-vous nous en parler ?

TL : J’ai fait la couleur sur le tome 4 seulement. Didier Arpin, un jeune coloriste de Montréal, a fait la couleur des trois premiers albums de la série. Et le tome 5 fut pris en charge par le coloriste Christian Goussale, qui nous a fait un travail magnifique.

BDE : Comment s’est déroulée la collaboration avec Christophe Arleston puis Dominique Latil ? Aviez-vous votre mot à dire sur les scénarios ?
TL : Notre collaboration s’est toujours bien déroulée et ce malgré la distance qui nous sépare. Concernant le scénario, c’est du pur Arleston ! J’ai à quelques reprises essayé d’intervenir dans le scénario au cours des albums, mais au bout du compte il avait bien sûr le dernier mot. J’estime aussi que la venue de Latil au projet a largement contribué à étoffer et enrichir l’intrigue de fond.

BDE : Vous faites partie de ces auteurs venus du Canada. Moréa y connaît-elle le même succès qu’en France ? Pensez-vous amener quelque chose de différent dans la BD francophone ?
TL : Peut-on à travers l’univers écrit ou dessiné de quelqu’un déterminer son origine? Je ne sais pas. Peut-être à travers mes décors peut-on sentir une influence américaine quelconque ? Je n’en sais rien. Cela dit, Moréa connaît un certain succès ici au Québec. Étant québécois et publié à l’étranger, cela crée de l’intérêt et de la curiosité de la part du public. Vous savez, chez nous la BD ne jouit pas du même intérêt ou engouement qu’en France ou en Belgique, quoique ça tend à changer. Notre marché est tout petit et c’est un peu ce qui explique l’exode des jeunes auteurs vers l’Europe. Selon moi, en ce moment seule la BD franco-belge offre le marché nécessaire permettant aux auteurs de vivre de leur métier.

BDE : De mai à juillet, une galerie de Montréal exposait vos œuvres. Comment s’est-elle déroulée et que pouvait-on y trouver ?
TL : L’exposition avait lieu à la galerie Attakus de Montréal. Elle s’est très bien déroulée. Le soir du vernissage, la salle était comble ! L’exposition regroupait une quinzaine de tableaux grand-formats, des planches de Moréa, des dessins de toutes sortes et également une vingtaine d’illustrations en couleur. Nous avons vendu un peu de tout, et j’en suis fort ravi. Pour ceux qui ne le savent pas, je suis un illustrateur qui est tout à fait à l’aise dans les différentes disciplines liées au dessin et à la peinture. Cette exposition était l’occasion de montrer, pour la toute première fois au public, des originaux couvrant 15 ans de carrière artistique. Pour les intéressés, vous pouvez allez voir mon tout nouveau site, qui vous donnera un excellent aperçu de ce que j’aime faire en dehors de Moréa et de la bande-dessinée.

BDE : Avez-vous des projets en cours ou à venir ?

TL : Pour l’instant, je bosse pour divers clients ici à Montréal, mais je compte revenir à la BD dans un avenir pas trop lointain…

BDE : Aimeriez-vous travailler dans un autre registre de la BD ?
TL : Actuellement, j’écris et je dessine une petite BD érotique qui se nomme Le blogue de Vanda Moure pour le magazine mensuel Fa. Du pur plaisir, je me régale littéralement ! Et les lecteurs, je crois, tout autant…

BDE : Pour finir, sur quelle série auriez-vous rêvé de travailler ?
TL : Si me vous le permettez, je ne répondrai pas vraiment sur quelle série j’aurais aimé travailler, mais plutôt avec quel dessinateur j’aurais aimé bosser en atelier. Il y a une quantité de mecs que j’admire, dont un grand nombre a disparu depuis. C’est tellement enrichissant de voir un autre dessiner, il y a tellement à apprendre ! Aussi, aujourd’hui j’ai la chance de partager un atelier avec Régis Loisel, ici à Montréal, et j’estime que mon savoir-faire en BD s’est grandement amélioré à force de le côtoyer. Où peut-on trouver, et surtout de qui, des informations aussi pointues dans la création d’une planche ? En plus, il se trouve que c’est un type formidable, j’ai vraiment de la chance de le connaître !

BDE : Merci beaucoup à vous.
TL : Voilà, merci à vous.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 17 octobre 2007.

En plus de son nouveau site, vous pouvez encore trouver quelques infos et dessins sur son ancien blog.

Extraits du Tome 5

© MC Productions/Arleston/Latil/Labrosse
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*