Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Olivier Boiscommun – Dessinateur de Pietrolino

Rencontre avec Olivier Boiscommun – Dessinateur de Pietrolino

« Je m’efforçais tant que possible de l’accompagner avec attention. C’est ainsi que de compagnon de route, je devins confident de ses silences. Mais ne vous y trompez pas, eux-mêmes exprimaient bien plus de choses que les quelques mots qu’il s’autorisa à dire par la suite. »

Pietrolino est à l’origine un mimodrame écrit par Jodorowsky pour le mime Marcel Marceau. Ce dernier a disparu avant d’avoir pu le mettre en scène. De là est née cette si improbable création : du mimodrame, on passe à un album de bande dessinée. Ce fut un pari osé et le résultat est très convaincant.

Chronique du Tome 1

Retrouvez des extraits du tome ainsi que de nombreux crayonnés à la fin de l’interview.

Bulle d’Encre : Comment s’est passé le travail préparatoire de la création des traits du mime Marceau en Pietrolino ?
Olivier Boiscommun : À la lecture du mimodrame, j’ai découvert sur la page titre que le rôle principal de Pietrolino était destiné à Marcel Marceau. Je m’étais déjà inspiré du célèbre Mime pour un personnage dans un précédent album, Halloween. J’ai trouvé la coïncidence étonnante. Alors j’ai décidé de m’en inspirer à nouveau, mais cette fois en reprenant aussi les traits de son visage. J’ai commencé par faire un portrait de lui, puis je l’ai progressivement décliné vers un trait de bande dessinée. Cette pièce avait été écrite dans le but de faire travailler une compagnie de théâtre. Alors j’ai décidé de garder cette idée et j’ai procédé à une sorte de casting en m’inspirant de personnes réelles pour tous les personnages principaux.

BDE : Comment s’est passé votre coopération avec Jodorowsky ? Celui-ci avait écrit cette histoire il y a plusieurs années à la demande de Marcel Marceau, avez-vous retravaillé le scénario en coopération avec Jodorowsky ?
OB : Non, Alejandro m’a laissé une entière liberté sur l’adaptation et l’écriture. Je lui ai soumis l’ensemble des pages une fois dialoguées et dessinées. À ce moment, il m’a apporté quelques commentaires, mais sur des détails. J’ai pris extrêmement soin de son histoire, et j’ai toujours eu comme objectif d’être le plus fidèle possible aux intentions qu’il avait eu en écrivant son texte. D’en retranscrire au mieux les émotions et sentiments qui s’en dégageaient. Je crois qu’il a senti cela et que c’est pour ça qu’il m’a fait autant confiance.

BDE : Cet album est vu comme une grande pièce de théâtre, en même temps, vous êtes parvenu à dépasser le cadre de la scène. Adapter un mimodrame en album est un exercice inédit. Retenteriez-vous l’expérience ?
OB : Effectivement, c’était totalement inédit, et cela m’a beaucoup plu. J’essaie toujours d’aller dans des voies qui ne sont pas tracées à l’avance, faire un peu de hors piste, c’est plus difficile d’y parvenir mais cela apporte des joies plus grandes encore. À quoi bon refaire ce qui existe déjà ? « Troll de Troys » et « Donjon » n’existaient pas quand nous avont réalisé « Troll ». C’était le premier récit d’héroïque parodie. De même lorsque j’ai écrit « Halloween » ou « L’histoire de Joe ». Faire de la poésie en bande dessinée était quelque chose de très nouveau.
Alejandro a écrit d’autres Mimodrames pour Marceau, et je crois qu’il aimerait bien que je les adapte également. Pour ma part l’idée de réutiliser les personnages comme de véritables comédiens d’une compagnie, et leur faire jouer d’autres histoires très différentes de la première, me plait beaucoup.
Et ce serait encore quelque chose d’inédit.

BDE : Quel fut le challenge le plus difficile à relever pour cet album ?
OB : Ce fut de trouver des solutions graphiques ou naratives qui me permettraient de retranscrire en bande dessinée toutes les scènes qui étaient destinées à être mimé.
Pour cela j’ai apporté une voix off, celle de Simio qui était un personnage secondaire. Cette voix m’a permis d’expliquer au lecteur ce que je n’aurais pas pu faire comprendre uniquement par le biais de l’image. Cela m’a permis également de me reposer sur le texte d’Alejandro et de parfois reprendre les mots qu’il utilisait pour raconter l’histoire. Et enfin j’ai également utilisé cette voix pour pénétrer dans l’intimité des personnages et de leur faire parler de leurs émotions ou de leurs sentiments.
Le mime Marceau était un magicien, il faisait exister l’irréel, apparaître l’invisible. Il avait cette capacité. Alors j’ai également joué avec cela, en faisant apparaître physiquement aux yeux des spectateurs les choses qu’ils était en train de mimer. Cela donne un côté surréaliste et onirique au récit, comme s’il était doté d’un pouvoir réel.

BDE : Jodorowsky vous a-t-il laissé une grande liberté pour la création de vos personnages où leurs traits étaient déjà bien définis ?
OB : Il m’a laissé toute la liberté que je voulais. Il m’a même dit : « lou dessin yé de ta seule responsabilité ». Puis il a ajouté en souriant : « Mais, yi tou pouwais être oune peu plous réaliste. »
Comment ne pas tenter de le satisfaire ? (rire)
C’est une personne d’une très grande intelligence qui parvient toujours a obtenir ce qu’il veut.

BDE : Quel fut le personnage le plus difficile à créer ?
OB : Tous les personnages sont venus très facilement. Un seul m’a posé des difficultés : Félix, un jeune trapéziste qui apparaît dans la seconde partie de l’histoire. Il était décrit comme un beau jeune homme. Cette unique description faisait ressortir de mes crayons des personnage insipides et totalement dénués de caractère. cela ne convenait pas du tout. je le cherchais encore lorsqu’un jour, j’ai reçu un colis d’Alejandro. Il m’envoyait un CD, le premier album d’Adanowsky. Je connaissais dejà Adanowsky, mais il avait alors huit ou neuf ans et jouait de manière étonnante dans « Santa sangre » un des films d’Alejandro.
Il a depuis beaucoup grandi, et il est devenu un beau jeune homme, et un musicien de grand talent avec un vrai univers et beaucoup de caractère . je venais de trouver celui dont j’allais m’inspirer pour jouer Felix et du même coup, la musique qui m’a bercé durant toute la réalisation de l’album.

BDE : Vous faites les couleurs de vos albums, pour vous, c’est indissociable à l’achèvement de vos dessins ?
OB : j’accorde une grande importance a toute les étapes qui composent l’élaboration d’un album. je considère qu’il n’y en a pas une moins importante qu’une autre, et chacune d’entre elles peut valoriser ou nuire a l’emsemble.

BDE :Une petite curiosité sur la suite de Pietrolino. Le second tome restera sur l’unité de lieu où notre troupe va voyager ?
OB : les plus importants voyages de Pietrolino sont intérieurs.

BDE : Pour finir, sur quelle série auriez-vous rêvé de travailler ?
OB : C’est une question difficile, il y a bien sûr des séries qui m’ont profondément marqué, comme, la Quête de l’oiseau du temps ou encore la Trilogie Nikopol. Mais au risque de paraître prétentieux, je laisse volontiers ces séries à leurs auteurs, en espérant qu’à son tour mon travail apportera un peu de bonheur a certains.

BDE : Merci à vous.

Propos recueillis par Anna Sam
Interview réalisée le 14 novembre 2007.

Crayonnés & recherches de personnages

Colombella (Marylin Monroe)

Simio (Danny de Vito)

Pietrolino (Marcel Marceau)

première page

Extraits

© Humanoïdes Associés / Boiscommun / Jodorowsky
Toutes les images sont la propriété de leur auteur et ne peuvent être utilisées sans leur accord

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*