Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Corbeyran et Eric Chabbert – Auteurs de Uchronie(s) : New Byzance

Rencontre avec Corbeyran et Eric Chabbert – Auteurs de Uchronie(s) : New Byzance

« Comme vous le savez, le rôle dévolu aux prescients est de rêver d’autres univers… d’autres réalités… et de les projeter dans l’inconscient de ceux qui se sont rendus coupables de crimes par la pensée… Ces rêves sont cohérents, denses, intenses et tellement vivants qu’ils sont censés terroriser les détenus et les remettre dans le droit chemin par la seule puissance de leur évocation… »

Ce mercredi 23 janvier, Glénat a sorti l’artillerie lourde ! Avec Uchronie(s), l’éditeur propose une saga d’anticipation ambitieuse, basée sur un scénario du spécialiste Corbeyran. Autour de lui, 3 dessinateurs pour 3 séries parallèles qui se croiseront et se termineront dans 3 ans par un album commun. Pour nous raconter l’origine et les détails de la conception de cette série, nous vous proposons une entrevue avec Eric Chabbert, le premier dessinateur, accompagné de son scénariste.

Chronique du Tome 1

Retrouvez des planches noir et blanc inédites du Tome 1 à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Tout d’abord bonjour et bonne année ! Je crois que pour bien commencer 2008, vous nous proposez une ambitieuse série de SF ? Que pouvez-vous déjà nous en dire ?
Eric Chabbert : Bonjour et bonne année à vous aussi ! Effectivement, Uchronie(s) est une série relativement ambitieuse en ce sens qu’elle s’articule autour d’un concept, mais il s’agit davantage d’une série d’anticipation que d’une série SF à proprement parler. La différence est d’importance car les anticipations sont généralement plus favorables au phénomène d’identification du lecteur qui se sent dès lors plus concerné par un monde jugé par lui parfaitement crédible et possible. Notre série regroupe ainsi des digressions autour du fameux «ET SI» décrivant des mondes alternatifs, qui deviendra un «AUSSI» puisque l’on y parle plus précisément de mondes parallèles. Comme on le voit, le concept porte justement sur l’uchronie, étymologiquement un temps qui n’existe pas, c’est-à-dire que l’on imagine des réalités qui ont connu des trajectoires historiques différentes de notre monde. C’est un concept assez connu en littérature d’anticipation depuis Le Maître du Haut-Château de Philip K.Dick ou La Porte des Mondes de Robert Silverberg, mais encore peu répandu en BD. En outre nous offrons un éclairage nouveau en présentant des divergences historiques a priori originales qui vont dans le sens d’une reconquête du pouvoir par des pays généralement assimilés aux pays du tiers monde. Par exemple, New Byzance décrit un monde tombé aux mains de religieux fondamentalistes, un monde dans lequel Ben Laden est devenu une figure mythique et un libérateur. On va ainsi découvrir la ville de New York dont l’architecture porte maintenant l’empreinte de la culture musulmane à travers l’omniprésence de minarets grimpant le long des façades ou de coupoles coiffant les différents buildings de la ville. Cà et là émerge ainsi, dans cette ville de gratte-ciels, un style architectural rappelant les villes du Moyen-Orient et permettant au dessinateur que je suis de recréer sur le papier un véritable univers. New Harlem décrira un monde où, après l’assassinat de Martin Luther King, premier Président noir américain, le Black Order, héritier du Black Panther, a pris le pouvoir, permettant aux Afro-Américains d’occuper les postes-clés dans tous les secteurs économiques et politiques, reléguant les Blancs dans de véritables ghettos… Une situation inversée en quelque sorte. La partie New York porte sur ce qui semble être notre réalité ou ce qui y ressemble le plus, mais est-on sûr d’être dans la bonne réalité ? La réalité ne serait-elle pas un caprice de notre esprit ? On va ainsi connaître le destin de Zack, un prescient, en le suivant à travers ces univers parallèles.
Corbeyran : Hem ! Et bien… difficile de dire mieux, je crois que tout y est… alors… heu… Bonne année !

BDE : Le tome 1 de New Harlem est prévu pour mars. Quel sera ensuite le rythme de parution ?
EC : Nous sortirons les trois premiers tomes 1 entre janvier et juin 2008, avec une parution tous les deux mois. Les trois tomes 2 sortiront entre janvier et juin 2009 et les tomes 3 en 2010 de la même manière. Le dernier tome sortira normalement début 2011.
C : Le rythme de parution est un exercice compliqué qui relève à la fois de l’attente et du rejet. C’est un équilibre qui est difficile à trouver. Il faut publier des livres suffisamment rapidement pour maintenir la pression, mais pas trop rapidement non plus car il ne faut pas noyer le poisson. Trois albums par an nous semble un rythme soutenu, mais acceptable par le public.

BDE : L’uchronie promet d’offrir des univers quasi-illimités et c’est pourtant un genre assez peu répandu, surtout en BD. Ets-ce un genre que vous affectionnez ? Quels en sont les avantages ?
EC : Les uchronies sont un superbe tremplin pour l’imagination. Tout y devient possible. C’est un exercice des plus stimulants pour la réflexion et un vecteur idéal pour porter un regard introspectif et critique sur notre monde. Elles sont fascinantes car elles permettent aussi de mettre en évidence les faiblesses et les travers de notre époque en faisant office de miroir grossissant.
C : C’est en effet un terrain d’exploration illimité. Une uchronie permet d’obtenir un reflet inversé de notre monde, comme si on regardait le négatif d’une photographie. Et puis, c’est très excitant de réécrire l’histoire. Il y a à la fois une logique interne dans les choix qu’on est amené à faire et un formidable espace de liberté dans l’exploitation de ces choix. Tout cependant doit être parfaitement dosé car seule une grande cohérence de l’ensemble permet au lecteur d’adhérer au récit. Si on fait n’importe quoi, si tout est permis, le lecteur ne suivra pas.

BDE : L’idée de départ des trois séries est audacieuse. Comment est-elle née ? A-t-elle demandé une recherche spécifique, au niveau du scénario comme des décors ?
EC : Ce qu’il y a de super et de très motivant avec Eric Corbeyran, c’est qu’il permet à son collaborateur de participer à la conception de départ en sondant les différents centres d’intérêt du futur dessinateur. C’est ainsi que je lui ai fait part de mes envies de travailler sur une uchronie à la façon du Maître du Haut-Château de K. Dick. Eric a aussitôt rebondi en proposant les modèles d’uchronies que l’on sait. Il a également eu la délicatesse de tenir compte dans son scénario de mon goût très prononcé pour les architectures, certains de mes croquis préliminaires de décor réalisés en amont ont ainsi été intégrés lors de la rédaction du scénario, attestant ainsi d’un vrai travail de collaboration. Nous avons également discuté de l’éventualité de donner à la série un look plus SF et nous avons finalement opté pour un monde plus réaliste avec quelques variations architecturales et vestimentaires, un monde qui pourrait être le nôtre demain, offrant de cette manière les conditions pour une meilleure identification du lecteur à des personnages devenus plus proches de lui et donc plus crédibles.
C : D’un côté, effectivement, il y a eu cette rencontre (déterminante pour l’avenir de la série) entre Eric et moi. Nous avons longuement échangé sur ses envies, ses attentes, ses ambitions, son style de dessin, ses genres de prédilection. Parallèlement à cet échange, mon complice Defali (Asphodèle, La Loi de XII Tables, Le Syndrome de Hyde) m’a également confié de nouvelles pistes qu’il avait envie d’explorer. Ces pistes étant tout à fait « combinables » avec celles que nous avions ébauchées avec Eric, j’ai donc proposé d’élargir notre projet de série classique à un « concept », plus large, plus ambitieux.

BDE : D’autres uchronies politiques étaient-elles possibles ? Celles-ci offraient-elles les meilleures perspectives ?
C : Néanderthal n’a pas disparu et cohabite encore avec notre espèce (à développer)… Les Anglais nous ont mis la pâtée lors de la bataille de Castillon (à développer)… Vous voyez, on peut tout se permettre. Tout est possible. Le principal est de savoir qu’en faire et qu’en dire. Les deux uchronies que nous avons choisies mettent en relief deux des principaux facteurs de haine et de violence actuelles : la religion (New Byzance) et la race (New Harlem).
EC : D’autres uchronies sont toujours possibles. L’imagination n’a pas de limite et nous suggérons aussi, dans notre série, la possibilité d’une infinité de mondes parallèles. Mais, à un moment donné, il faut bien choisir et choisir si possible des uchronies assez originales que l’on ne retrouverait pas dans d’autres livres. La plupart de celles déjà traitées tournent souvent autour de la victoire définitive du nazisme comme dans Le Maître du Haut-Château, Fatherland de Robert Harris ou In the presence of Mine Enemies de Harry Turtledove.

BDE : Comme la série Voyageur (chez Glénat aussi), plusieurs dessinateurs se partagent les albums avant un final commun. Est-ce une « mode » ? Comment plusieurs auteurs parviennent-ils à collaborer pour créer une série homogène ?
C : « Mode » n’est pas le mot qui convient. Je crois qu’il faut plutôt parler de « changement naturel ». Au cours de ces 10 dernières années, le contexte économique a considérablement changé, la production a explosé, les mangas se sont imposés, la nouvelle bd a fait des adeptes, et les conséquences de tout ça, c’est que les attentes du grand public ont changé aussi. Il faut les prendre en compte. La mutation est nécessaire. Même si la série dite classique a encore de belles années à vivre, il faut admettre un certain essoufflement général. Les tomes 1 abondent et les lecteurs sont en overdose. De la même manière, ils en ont un peu marre d’attendre des années la suite de la suite de la suite. En tant que créateur de séries grand public, je me dois donc de prendre en compte ce message que le lecteur me renvoie et lui proposer autre chose. Uchronie(s) offre un concept inédit, une série au nombre de tomes défini à l’avance et un rythme de parution prévisible. C’est un récit dense, complexe et accessible à tous. Voilà les atouts et les particularités que l’on propose. Au lecteur d’en disposer.
EC : En fait, ce principe du travail avec plusieurs dessinateurs, qui a démarré avec Le Décalogue de Giroud et d’une certaine manière avec Eric Corbeyran lui-même (Le Chant des Stryges et ses séries parallèles), est un peu une réponse au marché actuel de la BD qui demande une production de plus en plus rapide. Les lecteurs sont devenus très impatients et n’arrivent plus à attendre un an la sortie d’une BD. En outre nous assistons à une dangereuse surproduction qui nous oblige à être réactif et à penser à des stratégies adaptées pour être le plus longtemps visible en librairie. Ceci dit, il ne faut pas négliger l’intérêt scénaristique d’imaginer une histoire riche et complexe avec une intrigue à ramifications plus ou moins tentaculaires, ce que permet justement ce principe de travail avec plusieurs auteurs. En quelque sorte, la forme structurelle du projet induit le fond. Du coup on peut dire que ce style de travail oblige à penser en terme de concept et permet en général d’aboutir à quelque chose de plus original puisqu’on raisonne en termes d’idées et pas seulement d’intrigues. Concernant l’homogénéisation de la série, elle ne posera aucun problème car nous sommes trois dessinateurs réalistes avec des styles pas forcément aussi éloignés que cela. Il a simplement fallu faire attention à certaines séquences que l’on retrouve d’un album à l’autre, mais Eric m’a permis d’avoir un oeil sur l’ensemble des 10 tomes et avec cette vue générale j’ai pu repérer tous les passages communs d’un auteur à l’autre. A ce titre, Eric m’a demandé de dessiner les personnages principaux de toute la série Uchronie(s), ce qui facilitera l’homogénéité de l’ensemble.

BDE : Comment s’est fait le choix des dessinateurs ? Qui aura la tâche d’illustrer le tome de conclusion ?
EC : Je souhaitais travailler avec Eric dont j’apprécie énormément les univers et le style scénaristique. Mon éditeur lui a alors envoyé des tomes de Nova Genesis, ma série précédente. Nous avons appris à nous connaître et en cernant les envies de chacun nous sommes partis sur New Byzance. Entre-temps, Djillali Defali a parlé à Eric de son envie de travailler sur l’idée d’univers parallèles. Eric a donc décidé de donner plus d’ampleur au projet en imaginant une série complexe avec différents auteurs. Le dernier (NDR : Tibéry, jeune dessinateur serbe) a été trouvé au moment de la négociation des contrats chez l’éditeur. Concernant le tome 10, c’est moi-même qui serais chargé de le réaliser.

BDE : Pour un scénariste aussi prolifique (et talentueux surtout), est-ce que ce type de fonctionnement est un avantage ?
C : Je ne suis pas un scénariste impatient (du moins, je ne le suis plus). A une époque, lorsque je publiais deux ou trois albums par an, il m’arrivait de mettre la pression sur certains de mes collaborateurs un peu « lents » car j’étais pressé de voir le résultat. Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui. Certains dessinateurs mettent 4 mois pour faire un album, certains mettront un an, d’autres deux, parfois trois, parfois plus (j’en connais !). J’ai appris à m’adapter au rythme de chacun et je ne vis plus ça comme une frustration. Par ailleurs, comme je publie beaucoup, je parviens sans problème à équilibrer ma charge de travail. La plupart de mes séries sont rythmées sur la cadence d’une nouveauté par an. C’est bien, cela convient à tout le monde. Une saga comme Uchronie(s) relève aussi du défi, tant sur le fond que sur la forme. L’interdépendance de chacune des uchronies proposées est un casse-tête scénaristique et, pour corser l’affaire, j’ai décidé (pour moi-même) de rédiger les 10 tomes avant la sortie du premier ! J’ai donc terminé l’année 2007 sur les rotules… Mais c’était un choix, un challenge. Maintenant, les albums vont sortir assez vite et la série sera bouclée très vite aussi, ce qui me procure beaucoup de satisfaction.

BDE : Vous brillez tous les deux dans le genre fantastique. Est-ce que pour vous, la SF est une passion ou vous permet-elle mieux que d’autres de raconter des histoires, de créer des univers dont les seules limites sont votre imagination ?
EC : La SF est une véritable passion pour moi. En-dehors de la découverte en BD des univers de Jean-Claude Mézières, Enki Bilal ou Moebius, j’ai également lu pas mal de littérature (Frank Herbert, Dan Simmons, Christopher Priest, Orson Scott Card, Philip J. Farmer, Thomas Disch, etc.). Je trouve que la SF permet vraiment d’avoir une réflexion quasi philosophique sur le monde et sur la place de l’homme dans l’univers. Les uchronies permettent de créer de véritables hypothèses de travail avec des projections historiques audacieuses. Les questionnements sur la réalité et sur la perception rejoignent quelque part les travaux de Kant et des phénoménologistes. Qu’est-ce que la réalité ? La « vraie réalité » est-elle plus dense, plus tangible ? Le temps existe-t-il ? Demain est-il déjà arrivé ? Autant de questions qui alimentent les discours philosophiques depuis déjà longtemps et qui servent de substrats à notre propos. Il est vrai également que la SF ouvre un véritable champ des possibles sur le plan graphique. C’est assez jouissif pour un dessinateur et ça n’enlève rien à l’exigence de documentation et de recherche. On peut en tous cas se permettre d’être plus spectaculaire et plus visuel que dans n’importe quel autre genre…
C : Je rejoins tout à fait Eric dans les références qu’il cite. En tant que scénariste, j’associerais le nom de Christin à tout ça, car Pierre est non seulement le maître du genre en BD grâce à ses collaboration avec Bilal et Mézières, mais il a également écrit des romans SF, comme Les Prédateurs enjolivés et Le Futur est en marche arrière. J’ajouterais aussi Serge Brussolo à la liste : c’est un créateur extrêmement inventif dont le nom mériterait d’être cité plus souvent car il promeut depuis longtemps des univers fantastiques d’une richesse incroyable. Pour un créateur d’univers, la SF reste un formidable terrain de jeu, chaque univers étant avant tout un prisme à travers lequel on peut tordre notre réalité pour mieux en aborder certains des aspects qui nous inspirent le plus.

BDE : Pour finir, où en êtes-vous d’autres projets ? Retravaillerez-vous ensemble ?
EC : Eric a fini d’écrire l’ensemble des 10 tomes, mais les dessinateurs en ont encore pour quelque temps avant de finir l’ensemble des tomes de la saga Uchronie(s) ! Cette collaboration avec Eric est réellement enrichissante et j’espère que nous pourrons encore longtemps travailler ensemble, que ce soit sur d’éventuels spin-offs à notre série actuelle si elle rencontre le succès escompté ou sur une toute autre série.
C : J’espère qu’une fois Uchronie(s) achevée, Eric aura toujours envie de travailler avec moi !!! Son exigence et sa sincérité en font quelqu’un de précieux.

BDE : Merci à tous les deux pour cet échange passionnant et enrichissant !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 20 janvier 2008.

Plus d’infos et une spectaculaire bande-annonce sur le « mini-site » créé par Glénat.

Extraits N&B du Tome 1

© Editions Glénat 2008/Corbeyran/Chabbert
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*