Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Guillem March – Auteur de Jours gris

Rencontre avec Guillem March – Auteur de Jours gris

« C.P.A.P. : Continuous Positive Airway Pressure (pression positive continue dans les voies aériennes). 4 petites lettres insignifiantes pour lui rendre le sommeil. Mais cela ne suffira pas à David. Il y a autre chose. Cette fois, il en est sûr, beaucoup trop de gens lui mentent. Mais est-ce bien raisonnable de vouloir mener son enquête sans repos? »

Guillem March est un auteur espagnol encore peu connu du public français. Il a malgré tout déjà publié deux albums en solo (Souvenirs et Jours gris) et a participé au collectif Jour de Mai. Rencontre avec cet auteur découvert par les éditions Paquet.

Chronique de l’album

Retrouvez des extraits à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : Le public français vous connaît peu, mis à part vos trois collaborations avec les éditions Paquet (Souvenirs, Jour de Mai et Jours gris). Pouvez-vous vous présenter ?

Guillem March : Je suis un auteur espagnol de Palma de Majorque et j’ai 28 ans. J’ai collaboré en Espagne à plusieurs revues de bandes dessinées et à d’autres publications, mais je considère que mes œuvres les plus importantes sont Souvenirs, Laura et Jours gris. Les éditions Paquet en ont publié deux. Le public français peut donc lire presque toutes mes publications.

BDE : Jours gris prend aux tripes, et certains lecteurs se sont même reconnus dans le personnage de David dans ses problèmes et ses questionnements sur sa vie personnelle. Objectif atteint ?
GM : Merci beaucoup, oui, c’était un de mes objectifs. C’était important pour moi que le lecteur puisse s’identifier au personnage, que tout paraisse vraisemblable et que l’évolution de David puisse être ressentie comme quelque chose de possible, vu les circonstances. La façon dont la tension s’accumule sur le personnage avait une importance particulière pour moi, ainsi que la manière de la transmettre au lecteur.

BDE : Jours gris sera-t-il publié en Espagne ou faites-vous bien une différence entre votre travail pour des éditions espagnoles et celles en France ?

GM : Jours gris a été récemment publié en Espagne, peu après la parution de l’édition française. Le format de 48 pages a été choisi pour permettre la publication dans les deux pays. Le marché français est beaucoup plus grand que le marché espagnol, et l’édition française a donc un plus gros tirage et une plus grande répercussion. C’est pour cela que j’essaye de faire paraître mes BD en France et je pense à cela avant même de travailler à un projet. En Espagne, le tirage est réduit, mais c’est aussi important pour moi de voir mes BD publiées dans mon pays, les voir dans les librairies et donner aux gens que je connais la possibilité de les lire.

BDE : Vous changez complètement de genre entre Souvenirs et Jours gris. Vous aimez toucher à tout ?
GM : Oui, j’adore ! Je change tout le temps de registre, de genre, de style et de technique. Normalement c’est le genre d’histoire que je veux raconter qui détermine le style du dessin. Pour Jours gris par exemple, c’était clair dès le début que je devais me servir du pinceau, parce qu’il me donne la possibilité de faire différentes sortes de traits. Je pouvais ainsi transmettre les sensations et l’état d’âme du personnage principal grâce aux différentes façons d’utiliser le pinceau. On peut s’en rendre compte dans certaines pages à la fin de l’histoire, où figurent des traits brusques et même sales à certains moments, afin de transmettre le chaos dans lequel est plongé le personnage à ce moment-là. Bon, je ne voudrais pas non plus trop en dire sur l’histoire… L’album Souvenirs, que l’on trouve dans la collection Blandice aux éditions Paquet, contient trois histoires courtes, de mœurs (« tranches de vie »), dont les protagonistes sont des filles. Chacune d’entre elles a été réalisée avec une technique différente : Sofia au pinceau et à l’aquarelle, Ana à la plume et à l’aquarelle, et Victoria au pinceau et à l’ordinateur. Laura (inédite en France) a été dessinée avec Pilot.

BDE : Vous aimez dessiner de belles femmes et vous le faites bien, ce n’est d’ailleurs certainement pas étranger à votre participation au magazine Playboy. Réaliser un album érotique est-il un de vos rêves ?

GM : Ha, ha, ha ! Merci. J’ai réalisé plusieurs pages pour la revue Playboy Espagne, et je dessine les premières pages des revues de BD érotiques les plus vendues. J’adore dessiner les filles, je le reconnais, mais l’idée de faire une BD 100% érotique ne me fait pas très envie. Il arrive que j’introduise quelques scènes légèrement érotiques dans mes BD mais elles font partie de l’histoire. Je m’ennuierais si je devais dessiner une BD où il n’y aurait que des scènes de sexe. Je crois qu’au bout d’un moment le lecteur perdrait de l’intérêt pour l’histoire qui est racontée et finirait par ne regarder que le dessin.

BDE : Avez-vous des projets prévus pour la France ?
GM : Oui, je travaille en ce moment à un album pour une autre maison d’édition, mais je ne peux pas en dire plus. De toute façon, je garde une bonne relation avec les éditions Paquet et il n’est pas exclu que je publie de nouveaux albums chez eux.

BDE : ¡¡¡ Muchas gracias !!!
GM : C’est moi qui vous remercie !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau et traduits de l’espagnol par Nathalie Sinagra.

Interview réalisée le 3 avril 2008.

Pour plus d’infos sur le travail de Guillem, visitez son blog !

Extraits de l’album et projet de couverture

En bonus, une pin-up réalisée pour un magazine espagnol

© 2008 Editions Paquet/March
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*