Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Patrick Sobral – Auteur de La Belle et la Bête

Rencontre avec Patrick Sobral – Auteur de La Belle et la Bête

« Je n’ai que ceci à vous offrir, mais c’est mon plus grand trésor. Sauvez mon village en échange de cette rose blanche! »

S’accordant une pause dans son excellente série Les Légendaires, Patrick Sobral s’est consacré à un projet plus mature et personnel, en reprenant les bases du conte de La Belle et la Bête. Le résultat est étonnant et magnifique, aussi bien pour les graphismes de toute beauté que pour le scénario étonnant. Pour tout nous dire de ce projet, nous avons questionné l’auteur.

Chronique de l’album

Retrouvez les étapes de conception des premières pages à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Bonjour ! La Belle et la Bête est un album très différent des Légendaires. D’où t’es venue l’idée de ce projet ?

Patrick Sobral : D’une envie de faire un « anti-Légendaires » ! Je voulais profiter de ma notoriété pour faire une BD pour un public plus adulte et une œuvre moins commerciale sans doute. C’était aussi un test, une façon pour moi de vérifier de quoi j’étais capable, une fois sorti de mon univers ordinaire. Quant à l’adaptation même de ce conte, je ne sais plus vraiment comment s’est fait mon choix. Je sais juste que je tenais là un projet à fort potentiel graphique et scénaristique.

BDE : Avais-tu dès le départ l’envie de faire une adaptation très libre ? Dans quelle mesure t’es-tu éloigné de l’œuvre originale ?
PS : Il est vrai que ma BD n’a plus grand chose à voir avec l’œuvre originale. Faire une adaptation fidèle ne m’intéressait pas du tout ; si je voulais surprendre le lecteur, je me devais de traiter le conte à ma façon. Et puis, c’est bien plus excitant comme ça ! Plus que l’histoire, ce sont les thèmes que j’ai repris (la Belle, la Bête, la Rose et la malédiction).

BDE : T’es-tu servi du livre ou du film de Cocteau dans la conception de l’album ?

PS : Non pour les versions ciné (films ou dessins-animés) car ces adaptations sont sous le coup des droits d’auteur, contrairement au conte original qui est libre de droit. J’ai donc lu ce dernier, mais j’ai vite constaté qu’il n’y avait rien dedans qui puisse me donner des bases de création. Il faut savoir que le conte original ne fait qu’une quarantaine de pages et qu’il n’y a aucune description des lieux ou des personnages. J’ai donc laissé libre cours à mes idées.

BDE : On retrouve ta patte dans le graphisme, mais avec un trait plus travaillé, plus sombre et plus adulte. Est-ce une évolution logique de ton dessin ou as-tu particulièrement travaillé ce rendu ?
PS : J’ai voulu montrer une autre facette de mon dessin, que j’ai voulu le plus éloigné possible du trait « manga ». Je me suis d’autant plus investi dans ce one-shot que j’ai eu du mal à retrouver mon dessin adulte (mon premier style, il faut le savoir) après avoir fait 8 tomes des Légendaires. Faire La Belle et la Bête n’a pas été de tout repos ; j’ai eu l’impression que la somme de travail à fournir équivalait à celle de trois albums de ma série ordinaire. Ça a été plus un travail de rigueur qu’une évolution naturelle de mon dessin.

BDE : N’as-tu pas craint de déstabiliser les lecteurs des Légendaires ? Ou au contraire est-ce un moyen de te défaire d’une image d’auteur pour la jeunesse ?
PS : C’est vrai que la possibilité de perdre ou choquer une partie de mon public des Légendaires est un risque, mais un risque assumé. Il faut dire que j’ai en grande partie fait La Belle et la Bête pour acquérir un nouveau public, celui-là même qui ne me lisait pas jusqu’à présent parce que je faisais dans la BD jeunesse. Je revendique mon statut d’auteur jeunesse et j’en suis fier, mais je ne suis pas que ça et je tenais à en faire la démonstration. C’est une question d’équilibre en fait ; j’aimerais gagner plus de lecteurs que je ne risque d’en perdre.

BDE : Penses-tu garder ce trait pour d’autres albums ? Dans quel genre prends-tu le plus de plaisir ?
PS : Le succès ou pas de cet album décidera de la suite. Il est certain que j’ai d’autres idées de BD adultes (toujours dans le domaine du fantastique et probablement avec un trait similaire) qu’un jour j’aimerais concrétiser, mais ce n’est pas pour tout de suite. Là, je suis reparti sur ma série des Légendaires pour au moins 4 tomes d’affilée. Et je dois le reconnaître, c’est un super pied de faire cette série ; par comparaison, La Belle et la Bête a été une épreuve olympique pour moi. Donc, dans le meilleur des cas, pas de BD adultes avant 2 ans au moins. Après ça, on verra… Ça dépend de tellement de choses et c’est encore trop loin.

BDE : En plus de posséder un graphisme très détaillé, l’album est particulièrement dense et long. Combien de temps t’a-t-il demandé ?
PS : Quasiment le double d’un album des Légendaires ! En dehors du fait que la BD fait 8 pages de plus que mes albums traditionnels, le dessin et la mise en couleurs sont plus complexes, sans parler du fait que j’ai travaillé sur un format de feuille plus grand qu’à l’accoutumé. Il m’a donc fallu 8 mois de travail sur cette BD environ (contre 5 pour un album des Légendaires).

BDE : Tu as poussé le rapport à la forêt (et la nature en général) jusqu’à un paroxysme en transformant des personnages en créatures végétales. Comment en es-tu venu à ce choix ?

PS : là encore, je ne sais plus d’où m’est venu l’idée de l’univers végétal (même si je soupçonne mes souvenirs du dessin-animé Jayce et les Conquérants de la Lumière d’y être pour quelque chose). Je sais en tout cas que je voulais sortir du cliché « loup-garou » que tout le monde assimile à la Bête ordinairement. Une fois le concept du végétal établi, je savais que c’était le bon choix pour surprendre les lecteurs et qui plus est pour partir dans des délires visuels très forts.

BDE : On connaît tes goûts pour le manga, dont on retrouve souvent les influences. Mais dans cet album, hormis le graphisme, tout semble plus personnel. Y a-t-il malgré tout des références plus ou moins cachées ?
PS : Comme je l’ai mentionné avant, Jayce et les Conquérants de la Lumière a fortement influencé l’univers végétal de ma BD et le personnage de Gaël-Ran plus ou moins consciemment. Le look de la Belle, quant à lui, m’a été inspiré par Red Sonja, l’amazone guerrière, compagne récurrente de Conan le barbare. Mais encore une fois, cette BD a été traitée d’une manière très différente des Légendaires. Donc mes références se devaient d’être discrètes pour obtenir une BD plus personnelle.

BDE : Tu envisages donc de travailler sur d’autres one-shots. Peut-être d’autres adaptations personnelles ?

PS : On verra, cela dépendra du succès, de mon implication à ce moment-là ; de plein de choses en fait ! Mais j’ai des idées, oui… Et il y a de grandes chances que je retente une adaptation libre si celle-ci est concluante.

BDE : Les Légendaires connaissent un rythme de parution très rapide, et malgré cela tu as réussi � mener ce projet ambitieux en parallèle… Mais comment fais-tu donc ???
PS : La Belle et la Bête ne s’est pas fait en parallèle… J’ai mis de côté ma série pour la faire, ce qui fait que cette année seul un tome des Légendaires sortira (en septembre 2008). Mais à présent que j’ai repris ma série, il devrait y avoir au moins 4 tomes à paraître régulièrement avec un délai de 6 mois entre chaque.

BDE : Vas-tu délaisser temporairement ta série pour des projets plus particuliers comme La Belle et la Bête ?
PS : Non. Même si l’envie me prendra de temps en temps de changer de genre en faisant des one-shots, ma série des Légendaires est mon titre-phare et je ne suis pas prêt de la laisser tomber !

BDE : Merci beaucoup à toi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Anna Sam.

Interview réalisée le 14 avril 2008.

Pour plus d’infos sur l’album, visitez le site officiel !

Les étapes de travail sur les planches 1 et 4

© 2008 Guy Delcourt Productions/Sobral
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*