Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Bengal – Dessinateur de Naja

Rencontre avec Bengal – Dessinateur de Naja

« Naja n’est pas là pour s’amuser, mais parce que Zéro lui a demandé. Elle n’ignore pas que les sollicitations de Zéro sont des ordres. Le jour où elle en aura assez de s’ennuyer dans la vie, elle lui dira non. Pour l’heure, Naja tue pour lui. Elle est son assassin numéro 3. »

Quelques années après l’excellent Meka, déjà avec Jean-David Morvan, Bengal revient avec une nouvelle série étonnante, aussi froide que son héroïne. Assez détonnant dans le monde de la BD, Naja a surpris le public et trouvé ses fans. Retour sur les faits avec le dessinateur.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières planches à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Naja a beaucoup surpris et épaté les lecteurs par son style « spectaculairement sobre »… L’album correspond-il à ce que vous vouliez faire avec Jean-David Morvan ?

Bengal : Sincèrement, entièrement comme on le voulait. On a profité de deux choses : d’abord de bien se connaître, JD et moi, ce qui permet d’être facilement sur les mêmes rails quand on développe un projet, et ensuite du peu de temps dont on a besoin pour être lancés, voire enflammés sur une idée. L’idée de Naja lui est venue d’après un dessin de pin-up que j’avais fait ; une nana dessus lui plaisait beaucoup, lui a inspiré un personnage froid, type de personnage qu’il sait que j’adore. Il m’a immédiatement envoyé un sms pendant qu’il conduisait, on s’est échangés comme ça environ 30 sms et en arrivant chez lui il avait l’idée globale. On était tous les deux très excités ! On pouvait démarrer dès le lendemain matin, c’était clair !

BDE : Cela faisait longtemps que nous attendions un de tes albums. Pour toi aussi, le temps a paru long ?
B : Très ! Mais je savais dès le début que ça allait être long. Le plan de Dargaud a été établi dès qu’on s’est attelé à la tâche : on garderait au placard le Tome 1 tant que je n’aurais pas fini le Tome 2, voire bien entamé le Tome 3, pour pouvoir faire des sorties rapprochées et ainsi mieux accrocher le lecteur. Ce qui me semblait être une bonne idée.
Mais en effet, avoir terminé 2 albums sans avoir aucun retour, aucune critique extérieure, c’était dur, et j’avoue avoir eu une baisse de régime pendant le Tome 2 ; pendant l’été, tout le monde était parti, je ne sentais plus le soutien de mon éditeur (qui pourtant a toujours assuré et porté le projet, je les en remercie) et j’ai fait quelques pages bien moches, que j’ai entièrement refaites plus tard quand ça allait mieux.
Maintenant c’est nickel, j’ai mon rythme, je pense jusqu’au Tome 5, tranquillement, et il semble que les gens attendent le 2. Ça fait vraiment du bien ! Ça fait plaisir aussi de savoir que c’était attendu ; je fais peu de vente pour le moment, j’ai plutôt tendance à croire que personne n’attend particulièrement mon boulot !

BDE : C’est ta troisième série personnelle, et la troisième collaboration avec JD. Avez-vous encore besoin de beaucoup échanger pour vous comprendre ?
B : Vraiment, non. Le scénario de JD est informatif plutôt que rigide et directif, j’ai mes marges de manœuvre pour le dessiner, et en général je tombe juste, on travaille bien ensemble (j’espère que c’est aussi son avis !). J’aime bien ce confort-là.

BDE : Une BD avec aussi peu de dialogues est à la fois une chance pour le dessinateur, mais aussi un sacré défi ! Comment t’adaptes-tu à cet aspect très visuel ?

B : Je ne me suis pas adapté, je me suis préparé ! La forme que tout le monde, y compris Dargaud, a voulu donner à Naja dès le départ, c’est un album grand, donnant plus de place à mon graphisme que Meka, par exemple. Il avait été établi qu’il y aurait moins de cases, pour une histoire pourtant plus riche, de manière à ce que j’aie la place de faire de belles/grandes cases quand l’expression, l’intensité d’une scène le demandait. Il fallait aussi que je fasse mieux attention aux personnages : leur aspect dans Naja serait bien plus important que dans Meka.
J’ai essayé, et j’ai apprécié, d’avoir plus de marge pour le découpage et le dessin lui-même. Maintenant il me reste des progrès à faire en matière de « beau dessin » dans des cases, les contraintes de narration empêchant parfois de trouver THE image qui tue, mais c’est un format qui me plaît beaucoup !

BDE : Tu es parvenu à rendre Naja aussi froide qu’on pouvait l’attendre. Comment a-t-elle évolué depuis le début du projet ?
B : Il faut savoir que je ne crayonne jamais rien avant d’entamer les pages d’un nouveau projet. Je parle de sketches et de recherches, pas de découpage (que je fais toujours soigneusement!). Je “découvre” en quelque sorte mes propres personnages en les dessinant pour la première fois… quand ils interviennent pour la première fois ! A part Naja qui, comme indiqué précédemment, est inspirée d’une demoiselle d’une image que j’avais faite, et dont j’ai gardé les traits. Donc, Naja a été jetée telle quelle sur les feuilles, elle n’a pas connu de préalable, pas d’évolution avant d’être définitive. Par contre, depuis le début de l’histoire, Naja a changé déjà un peu, changera-t-elle encore beaucoup ? En ce moment j’en suis aux deux-tiers du Tome 3, je ne peux pas en dire plus sans gâcher la surprise !

BDE : Dans cet album, tu t’es donc fait plaisir sur de grandes cases ou des pages pleines. En avais-tu besoin pour t’exprimer ? JD s’est-il appliqué pour te proposer cette possibilité ?

B : C’est super d’avoir de l’espace pour faire de belles cases, et j’espère en avoir fait ! Si en plus je pouvais avoir le temps que je veux, ça serait parfait, car parfois, grande case ou pas, j’ai un budget-temps trop serré pour faire au mieux et donc la case reste plutôt normale.
J’essaye tout de même de faire un global plutôt constant, c’est pas facile ; c’est le travail que je mets dans la couleur qui me prend le plus de temps, qui me permet du mieux que je peux d’homogénéifier les hauts et les bas de mon dessin. Je crois. J’essaye.

BDE : Un point qui me plaît particulièrement dans ton style, c’est la couleur. Y travailles-tu d’une manière si différente des autres ?
B : Il me semble, oui. Déjà j’y mets beaucoup de temps, de soin, et ensuite j’utilise Painter 7, qui est beaucoup moins utilisé que Photoshop pour la colo BD en général. J’essaye de colorier avec autant de palettes qu’il y a de scènes, d’ambiances par album ; ça permet de faire un livre riche visuellement et surtout ça me permet de me renouveler et d’entretenir le plaisir. Si j’avais à colorier tout un album en sépia, par exemple, je m’ennuierais énormément. C’est une chance que Naja voyage autant !

BDE : Meka puis Naja témoignent-ils d’un goût particulier pour les univers mécaniques et froids, ou rêves-tu de dessiner des histoires très différentes ?

B : Meka m’a permis d’évacuer une grande frustration : j’étais designer de jeu vidéo juste avant ça, et je pondais des dizaines de designs pour des jeux qui ne voyaient pas le jour. JD est revenu vers moi (j’avais laissé de côté l’idée de faire de la BD après les années de souci pour faire The Only One chez Glénat, une vieille histoire douloureuse) en me proposant de mettre mes idées inexploitées à profit : il a écrit Meka de manière à utiliser mes machines, et ses idées par-dessus ! C’était chouette de faire Meka.
Pour Naja, j’aime les personnages froids, invincibles. JD, lui, aime les bourrer de faiblesses, de démons intérieurs qui viennent les ronger, enfin en général. Pour Naja, on tire donc chacun un bout de la corde : il m’empêchera de m’en tenir à un glaçon humain, et moi je l’empêche de la “réchauffer” trop vite ! En conséquence, ça garde, je crois, le bon cap jusqu’au Tome 5, entre les forces et surtout les faiblesses d’un personnage qui semble n’en avoir aucune.
Dans l’absolu, j’ai le goût d’autres univers, je ne m’en tiendrai pas à ça, et ce que j’écris dans mon coin en espérant un jour dessiner (ou faire dessiner) visite d’autres mondes, très différents. A suivre !

BDE : En-dehors de la suite de Naja, qui doit venir très vite, d’autres projets sont-ils en vue ?
B : Pour le moment, finir Naja, et faire notre Spider-Man pour Marvel, que je viens tout juste de commencer. C’est déjà bien suffisant pour le moment, je ne planifie pas la suite, j’ai juste quelques idées !

BDE : Merci à toi !
B : Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 25 mai 2008.

Premières pages de Naja T1

© 2008 Bengal/Morvan/Dargaud Benelux
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*