Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Tony Valente – Auteur de Hana Attori

Rencontre avec Tony Valente – Auteur de Hana Attori

« Nous sommes en 1580. Tout le centre du Japon est occupé par les troupes d’Oda.
– Tout le centre?
– Non. Un village peuplé d’irréductibles ninjas résiste encore et toujours à l’envahisseur. Oui, enfin… Dit comme ça c’est très simplifié. »

A l’occasion de la dernière Japan Expo, Soleil avait invité Tony Valente à présenter en avant-première sa nouvelle série. Mélange d’humour, d’action et de références ininterrompus, Hana Attori a pris place sans difficulté dans la collection Soleil Levant. Pour parler de cette première expérience en solo, voici une interview d’un jeune auteur enthousiasmant.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour ! Hana Attori est sorti cet été et en avant-première à la Japan Expo. Comment s’est accomplie cette première aventure en solo ?
Tony Valente : Pas mal des personnes rencontrées lors de la Japan Expo connaissaient déjà l’album grâce à sa prépublication dans Lanfeust Mag, c’était surprenant de pouvoir déjà en parler ! Et puis comme c’est la première fois que je suis seul aux commandes, j’ai pu répondre à toutes les questions concernant le scénario en lui-même, mes intentions, les personnages… Et ça c’est vraiment, vraiment plaisant !

BDE : Tu as donc cette fois réalisé seul l’album. Quel a été ton cheminement avant de te lancer ? Avais-tu l’idée depuis longtemps ?

TV : L’idée m’est venue alors que je venais de finir le Tome 3 des 4 Princes de Ganahan. Je travaillais sur un essai pour un nouveau projet de fantasy, et afin de me divertir pendant mes recherches (le projet qui m’avait été proposé ne me bottait pas vraiment), je me suis mis à fouiner du côté des ninjas, dont l’univers me fascine depuis tout petit… La découverte de l’histoire de leur disparition a été une révélation : un contexte historique extrêmement riche (arrivée des occidentaux et des armes à feu au Japon), un bad guy tout désigné (Oda Nobunaga), autour de lui toute une tripotée de personnages aux histoires passionnantes… Toute la matière pour faire une histoire à mon goût ! J’ai donc laissé tomber le projet de fantasy pour pouvoir mettre toute mon énergie derrière Hana Attori, une fois ma série chez Delcourt terminée.

BDE : Est-ce que ta collaboration avec Raphaël Drommelschlager sur Les 4 Princes de Ganahan t’a-t-elle aidé a mieux concevoir ton récit ? Penses-tu que tu aurais pu écrire un scénario seul plus tôt ?
TV : Travailler sur la série avec Raphaël m’a beaucoup apporté, c’est évident. Nous avions des influences différentes, la collaboration était du coup très enrichissante. On apportait chacun des idées, je participais complètement à la conception du scénario et aux orientations des grandes lignes, mais pas encore à l’écriture. Je pense que cette collaboration m’a permis de me préparer à endosser le rôle de scénariste, mais je suis sûr que sans ça, j’aurais quand même tenté l’expérience… J’ai appris à dessiner pour raconter des histoires, ça me tenait vraiment à cœur de réaliser un projet de A à Z ! Par contre, je suis sûr que je n’aurais pas pu écrire plus tôt, j’ai eu beaucoup de mal au début de Hana Attori.

BDE : L’album ressemble-t-il au final à l’idée que tu t’en faisais à sa conception ?
TV : Plus ou moins… Le personnage de Hana a beaucoup évolué entre le projet tel que je l’ai présenté à Soleil et les pages définitives. Elle était un peu plus vieille, moins enjouée, plus sérieuse… Elle était finalement l’héroïne d’une histoire qui la concernait, mais j’ai voulu en faire le vecteur de cette histoire, LE personnage qui insuffle l’énergie au récit et qui entraîne tout le monde dans son sillage. Le ton a également changé, il ne s’approchait pas autant de la comédie au départ…

BDE : Malgré ton expérience précédente, as-tu rencontré des difficultés inattendues au cours de ton travail ?
TV : Beaucoup !!! L’écriture a été vraiment très difficile pour moi sur le premier tiers de l’album ! Présenter les protagonistes, le contexte, laisser assez de place pour l’action, réussir à garder un ton léger dans cette histoire ayant pour toile de fond une vengeance… Tout ça a été un vrai casse-tête pour moi ! Cela dit j’ai pris énormément de plaisir dans tout ça, et maintenant je m’éclate autant à écrire qu’à dessiner.

BDE : En lisant l’album, on sent très vite le mélange d’influences qui te nourrissent. Comment as-tu choisi ces clins d’œil plus ou moins faciles à voir ?
TV : J’avais adoré rechercher les références foisonnantes à la lecture de Lanfeust de Troy, j’ai voulu m’y essayer. Je crois aussi que j’avais besoin de montrer ce que j’aime, et surtout de montrer que j’assume complètement d’être influencé et inspiré pour tout ça. Cette grosse référence à Astérix, par exemple, me tenait à cœur : malgré le fait d’être un enfant du Club Do’, je lis avec autant de plaisir Astérix et Dragon Ball !

BDE : Plus encore que par son graphisme, je trouve que ton album est celui qui, dans la collection Soleil Levant, est celui qui s’approche le plus du manga par son récit et son humour. C’est finalement rare et plutôt difficile de capter cet esprit… En es-tu conscient ?
TV : Le manga et la japanimation sont mes influences majeures, la manière dont je conçois une histoire en est forcément imprégnée ! Et en grand fan d’humour  »bête » à l’image de ce qu’on trouve dans les premiers Dragon Ball ou encore dans One Piece, j’essaie de coller à l’esprit du mieux possible…

BDE : Tes personnages sont une grande réussite, notamment Shifu. Les as-tu cherchés longtemps ? Ont-ils évolué au cours du projet ?

TV : Je pense que les deux tiers du temps passé à monter le projet ont été consacrés aux personnages. Je trouve qu’une faute de scénario, ce n’est pas toujours gênant, mais un personnage qui n’est pas crédible… là c’est l’enfer ! Alors j’ai cherché un moment, retourné les persos dans tous les sens pour essayer de justifier au maximum leurs agissements avant de leur faire prendre part à l’action du premier tome… Et puis, ils ont continué à évoluer – presque malgré moi – durant l’album, c’était marrant de subir ça à l’écriture ! Au final, comme pour beaucoup de scénaristes, chacun des personnages présente des aspects de ma personnalité… En fin de compte fallait pas chercher bien loin !

BDE : Dans ce récit au temps du Japon médiéval, tu t’es même permis quelques anachronismes risqués. As-tu hésité avant de les incorporer à l’histoire ?
TV : J’ai hésité sur l’importance à leur donner. Mais Astérix et Samurai Champloo m’ont aidé à choisir… Et puis je ne fais pas de la bd historique, j’ai encré mon récit dans une période référencée mais j’aime avoir la liberté d’y emmener des choses qui me sont propres et ainsi créer un univers identifiable.

BDE : Dernière question à la quelle tu n’es pas obligé de répondre ! Que découvrira-t-on dans le prochain tome ?
TV : Dans le prochaine tome on en découvrira un peu plus sur Hana, on apercevra le potentiel de force du méchant Oda, on découvrira deux nouveaux lieutenants… Et puis plein d’autres choses aussi !

BDE : Merci à toi et bon courage pour la suite !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.
Interview réalisée le 28 août 2008.

© MC Productions/Valente
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*