Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Michel Koeniguer – Auteur de The Bridge

Rencontre avec Michel Koeniguer – Auteur de The Bridge

Plus besoin de vous présenter Michel Koeniguer, ce n’est pas la première fois que nous l’interviewons et, espérons-le, pas la dernière. L’auteur s’attaque cette fois à la guerre en Irak avec une vision personnelle et brio. Magnéto Serge euh… Michel.

Chronique de l’album

Retrouvez quelques extraits à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Après avoir abordé la mafia puis la police de Brooklyn tu t’attaques à la guerre en Irak, qu’est-ce qui a fait que tu aies choisi ce sujet pour ta troisième série ?
Michel Koeniguer : J’aime bien changer de thèmes, d’univers. L’été dernier j’avais écrit et storyboardé une histoire qui mettait en scène une unité anti-terroriste (genre 24). Quand j’ai terminé et relu, ça ne me convenait pas entièrement. En plus il y a déjà des séries qui mettent en scène ce type d’équipe. Il suffit de piocher dans ce qui existe déjà dans la réalité, sans avoir besoin d’inventer une nouvelle équipe ou organisation qui sortirait d’on ne sait où… J’ai donc décidé de mettre ce récit de côté pour le retravailler de façon plus réaliste, et j’ai écrit The Bridge. L’idée m’est venue en cinq minutes devant ma table à dessin. J’ai toujours été féru d’Histoire et la géo-politique m’intéresse. C’est aussi l’actualité, car la situation reste difficile en Irak, ça fait cinq ans que ça dure, et je vois mal les troupes US quitter le pays dans l’immédiat. C’était aussi un cadre suffisamment tragique pour parler du Caporal Chavez. Je l’ai déjà dit ailleurs, mais je m’intéresse parfois plus aux personnages qu’à l’intrigue, dans le sens où sortir un scénario avec un énième complot ne me branche pas, je veux rendre mes héros humain.

BDE : Bushido, Brooklyn 62nd et maintenant The Bridge, ça risque de canarder encore pas mal ?
MK : Ça canarde car c’est la guerre, mais il n’y a pas que ça. Dans tous les cas j’espère que les lecteurs ne retiendront pas que cet aspect du bouquin.

BDE : The Bridge est un one-shot, as-tu pu développer à ta convenance les personnages et l’univers dans lequel ils vivent ?
MK : Au départ j’espérais avoir du « rab » dans la pagination, mais l’éditeur voulait que ça tienne en 46 pages. Ça n’a pas toujours été facile, mais finalement ça m’a obligé à donner pas mal de forces à chaque scène. Je devais rapidement faire passer les sentiments que je voulais. Ça a été un excellent exercice au final. Et même sur la fin, où j’ai dû tailler dans le déroulement du récit, je crois que ça a plutôt servi l’histoire.

BDE : Le blog que tu as créé a-t-il permis d’avoir déjà des retours sur la série ? Cela a-t-il créé un buzz selon toi ?
MK : Le blog, c’est une idée de l’éditeur, j’ai du mettre trois mois avant de commencer à poster dessus et encore parce que Pierre (Paquet) m’a dit qu’il serait temps que je m’en occupe !! Moi, le Buzz (argh… quel mot horrible !) ça ne m’intéresse pas des masses. En règle générale quand on me parle d’un truc que tout le monde va voir sur le net, tu peux être sûr que je n’irai pas. Je me suis servi du blog pour expliquer pas mal de choses sur la guerre en Irak, l’Afghanistan… J’essaie de montrer qu’il ne faut pas se contenter du journal de 20h, des chaines d’infos ou des quotidiens pour comprendre le monde. Alors c’est vrai que je suis assez virulent parfois (et je me retiens en plus !) mais ça m’amuse, et j’espère que ça en fait sourire certains, c’est aussi le but. Ça me permet aussi de montrer des dessins inédits. Je n’attends pas de retour particulier à partir du blog, ça me distrait, c’est l’essentiel !

BDE : Les Etats-Unis t’inspirent beaucoup, que ce soit avec les comics ou les séries TV. D’où te vient cet attrait ?
MK : Comme l’expliquait mon collègue Gihef à un journaliste qui n’a rien compris d’ailleurs, c’est plus simple de parler des USA que de parler de là où on vit. Je simplifie mais je dirai que c’est « l’exotisme » qui nous motive. Si j’avais par exemple transposé Brooklyn 62nd dans une banlieue parisienne avec le même type de récit, je pense que je me serais fait incendier. Et puis les USA ça reste le pays du champ des possibles, c’est vaste, tout peut arriver. Ici, dans la vieille Europe, ce n’est pas la même chose… Quant aux séries TV, je crois que jamais ils n’ont été aussi créatifs, et les scénaristes ont déserté le cinéma pour le petit écran et ça se voit ! Le comics ça a été mon moteur pour vouloir faire de la BD, ils restent pour moi plus dynamique que la BD franco-belge. Ça ne m’empêche pas d’être critique vis-à-vis des Etats-Unis, sans sombrer dans l’anti-américanisme pédant qui règne ici.

BDE : Souhaites-tu faire passer un message avec ton album ?
MK : Je n’aime pas faire passer de message, disons que je préfère délivrer des constats. Pour The Bridge, je suis parti du fait qu’aujourd’hui on envoie des gens faire la guerre loin de chez eux, et que la vie suit son cours « à l’arrière », ce qui au final, crée de gros chocs entre ceux qui sont partis et ceux qui restent. La guerre on ne la vit que derrière les écrans télés, avec des journalistes qui souvent ne font que délivrer leurs propres opinions, sans plus être dans l’information, quand ils ne sont pas manipulés par les uns ou les autres. Alors parfois on est ramené à la réalité des choses, quand on perd dix soldats dans les montagnes afghanes par exemple. Mais la guerre a quand même des conséquences sur la vie des gens, ceux qui perdent un membre de leur famille, sur l’économie. Ce n’est plus aussi visible qu’avant mais c’est là. Je n’essaie pas de délivrer un message mais d’être réaliste même si je sais que la réalité est bien pire que ce que je montre ou raconte.

BDE : Tu as d’autres projets en tant que scénariste, peux-tu nous en dire plus ?
MK : Il y a surtout un projet où je suis scénariste mais pas le droit d’en parler donc… Sinon j’ai d’autres projets, pour la petite histoire quand les dix soldats Français sont morts en Afghanistan, je venais juste d’attaquer un scénario qui met en scène des hommes des forces spéciales françaises en Afghanistan. Et puis j’ai aussi préparé un autre one-shot, sur un pilote de Phantom pendant la guerre du Viet-Nam. Enfin, si The Bridge plaît à suffisamment de lecteurs, il se peut qu’on revoie le caporal Chavez !

BDE : Merci à toi !!!
MK : C’est moi qui vous remercie !!

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 3 septembre 2008.

Extraits de l’album (cliquez sur les images pour agrandir)

© 2008 Paquet/Koeniguer
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*