Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » La Légende des nuées écarlates T2 (Tenuta) – Les Humanoïdes Associés – 12,90€

La Légende des nuées écarlates T2 (Tenuta) – Les Humanoïdes Associés – 12,90€

Parution : 10/2008
Si vous aimez les dessins emprunts d’une grande finesse, si vous êtes un temps soit peu attiré par l’univers des samouraïs et par les histoires fantastiques, je ne peux que vous conseiller de découvrir la série La Légende des nuées écarlates. Le premier tome a posé le contexte et montré à quel point certains personnages peuvent être maléfiques, ce nouvel opus parvient à montrer que l’espoir n’est pas vain, que l’amour peut être à l’origine des plus grandes folies mais aussi des plus amères défaites.
Le lecteur a l’impression de se retrouver dans une pièce de théâtre avec Raido, le personnage central : un ronin amnésique, parti en quête de son passé. Sur son chemin, il a croisé Meiki, une jeune marionnettiste au destin intimement lié à celui du ronin. Va alors suivre une folle échappée à travers le pays et la recherche du passé de Raido, le tout servi avec des ennemis implacables, violents et maléfiques. Dans ce second opus, le personnage central va retrouver Shogunaï Ryin, une femme surgie de son passé, sa cruauté n’ayant d’égal que son pouvoir de vengeance. Que cache-t-elle derrière tant de malveillance ? L’étau se resserre toujours un peu plus et la vérité pourrait éclater comme une bulle de sang. Au fil des pages, les images du passé ressurgissent mais le prix à payer est élevé. Les images sont souvent noires. Malgré tout, l’envie de connaître le passé et l’avenir de Raido est plus fort que le reste et on continue d’espérer un dénouement positif.
Une série rouge écarlate où mort, amour, sang et espoir sont liés. Une belle réussite !
Anna Sam

Nouvelle page 1

8.1 Bouton Commandez 100-30

Cliquez sur « En savoir plus » pour découvrir les premières pages de l’album


Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*