Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Gobi – Dessinateur de Tequila

Rencontre avec Gobi – Dessinateur de Tequila

« Tequila manger ta tête !
– Silence gros porc ! Tu ferais mieux de faire tes prières.
– Tequila pas crier. Tequila pas croire. Tequila déjà dire. »

Ah quel homme ce Tequila ! Mieux vaut éviter de l’énerver ou de l’exciter…
Second tome d’une des séries phares de l’univers des Luchadores Five, Gobi, le dessinateur de Tequila nous parle de son travail.

Chronique du Tome 2

Bulle d’Encre : Bonjour, le Tome 2 de Tequila sort ces jours-ci et une question me brûle les lèvres. As-tu déjà catché en vrai de vrai avec masque, collant et juste-au-corps ?
Gobi : Cette question revient assez souvent, et bizarrement elle est toujours posée par des gens qui ne m’ont pas vu en chair et en os (surtout en os en fait), mais oui j’aime bien me déguiser……..avec des collants……et d’autres trucs…. Pour ce qui est de catcher c’est un peu moins mon truc en fait.

BDE : Pour revenir à cette série assez déjantée, comment a démarré cette collaboration entre toi et Jerry Frissen ?
G : Bill (mon ami et compagne de toujours) avait commencé les Luchadores Five a l’époque. En jetant un œil sur les pages, j’ai eu comme un espèce de flash genre « la vache c’est bien mais moi j’ai une meilleure idée » et paf Tequila est apparu. J’ai envoyé un premier dessin à Jerry qui m’a tout de suite trouvé génial et hop on a démarré petit à petit.

BDE : À l’origine, les séries créées autour du thème de la Lucha Libre ne devaient paraître qu’en format magazine. Puis, les albums sont arrivés. Entre ces deux formats, est-ce que tu as retouché tes planches ? Aurais-tu travaillé différemment si cela avait été prévu directement pour un album BD ?

G : En fait Lucha Libre n’était pas forcément prévu pour être une anthologie au départ, on a vraiment bossé dans une optique d’album, d‘ailleurs, même si l’anthologie est maintenant le format « standard » pour Lucha Libre, on bosse toujours dans cette optique, il n’y a donc aucune différence notable entre les pages de l’album et celles de l’anthologie.

BDE : Comment se passe la création de tes personnages ? Lucha Libre c’est un très grand groupe où les personnages traversent assez facilement les séries (Les Tikitis, Tequila, Luchadores Five). Ils doivent donc être reconnaissables entre les différentes séries, comment parviens-tu à mettre ta touche personnelle ?
G : J’aime bien dire que je ne crée pas les personnages mais qu’ils sont des entités invisibles qui trouvent une enveloppe a travers mes dessins, l’esprit du perso c’est un truc qui sort je sais pas d’où. D’ailleurs, les mêmes personnages peuvent exister sous une forme différente dans des œuvres totalement éloignées dans le temps et l’espace. Ce qu’on pourrait appeler la touche personnelle, c’est la résonance que peut trouver cet « esprit » dans les envies du moment ou les manières de voir d’un créatif quelconque. À l’époque où j’ai créé Tequila, j’avais un souci avec tout ce qui était expression de la colère, j’ai voulu créer un personnage extrême dont le physique et la manière d’être lui permettrait de s’en donner à cœur joie dans le pétage de plomb sans compromis, tout en gardant en tête qu’il devait être autre chose que juste un gros bourrin, un archétype n’a d’intérêt que si il est démystifiable à mon sens.

BDE : En quelques mots (ou plus si affinités), peux-tu nous dire comment se passe la phase de création d’une de tes planches ? Fais-tu partie des adeptes de la retouche à l’ordinateur ou travailles-tu exclusivement à la main ? Ton travail sur la couleur est très particulier et donne un effet de vitesse toujours croissant… Mais comment fais-tu ?
G : Je dessine à la main et je colorise à l’ordi, récemment j’ai commencé a faire mes brouillons à la tablette graphique, histoire d’économiser du papier… En fait j’accorde assez peu d’importance à la technique ou au matériel, si pour tel résultat j’ai besoin de tel outil, alors je l’utilise, sinon non. Pour ce qui est de l’effet de vitesse je ne pense pas que la couleur y soit pour grand chose (ou alors je ne m’en rends pas compte), c’est surtout à l’étape du dessin que ce genre de chose se met en place.

BDE : Les scénarii de Frissen te laissent-ils beaucoup de liberté, en discutez-vous avant de commencer à dessiner ou es-tu très guidé ?
G : Créer un personnage sans s’impliquer dans ce qui lui arrive est impossible pour moi, du coup je suis co-scénariste avec Jerry à partir du volume 2.
C’est une manière de bosser assez complexe, nous avons tous les deux des visions assez différentes des choses et ne sommes pas spécialement les champions du compromis, du coup le scénario de cet album (et du suivant) est extrêmement dense vu que la quasi totalité de mes idées et de celles de Jerry y sont présentes, mais je trouve que le résultat est intéressant.

BDE : Envie de te lancer dans un scénario ? D’autres projets en cours ?
G : Je suis déjà co-scénariste et co-dessinateur sur les Zblucops avec Bill chez Glénat. Pour ce qui est de mes projets en attente, j’en ai tellement que je sais pas trop lequel j’ai envie d’attaquer, toujours est-il que l’envie de bosser seul et de gérer mon histoire de A à Z se fait de plus en plus présente, j’attends le jour ou j’aurais le temps de m’y atteler. Je pense me lancer dans quelque chose en format japonais (« manga » pour ceux qui n’auraient pas compris).

BDE : Quel est ton coup de cœur de lecture en ce moment ? Un album que tu affectionnes tout particulièrement…
G : Je lis assez peu de de bd franco-belge, voire pas du tout en fait, la plupart de mes coups de cœur sont japonais, et là je saurais pas par où attaquer tellement il y en a. Depuis quelque années je suis très impressionné par One Piece, Eiichiro Oda est vraiment un monstre d’imagination, il a le feu sacré et une liberté créative totale, on sent bien qu’il croit sincèrement à ses personnages, tout en ne s’imposant aucune règle ou poncif au niveau du ton ou de la nature de ce qu’il raconte, voilà une énergie que je rêverais de maitriser un jour.
Sinon récemment j’ai découvert Poguri d’Isami Nakagawa, je trouve que c’est du pur génie, et c’est surtout très drôle, je le conseille à tout le monde.

BDE : Merci à toi !

Propos recueillis par Anna Sam

Interview réalisée le 8 mai 2009.

© Les Humanoïdes Associés/Frissen/Gobi
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*