Rencontre avec Steven Lejeune – Auteur de Dieux a les boules

8 juillet 2009 0 Par Anton

Aujourd’hui nous allons à la rencontre d’un jeune auteur qui se lance tout seul dans un projet qui lui tient à cœur après avoir travaillé avec l’un des plus célèbres scénaristes de ces dernières années, Jean-David Morvan. Steven Lejeune nous parle de ses motivations et autres éléments portant sur sa nouvelle série, Dieux a les boules.

Chronique du Tome 1

Retrouvez en exclusivité pour Bulle d’Encre une page du Tome 2 de Dieux a les boules ainsi qu’une illustration en fin d’interview.

Rencontre avec Steven Lejeune

Bulle d’Encre : Dieux a les boules est un projet qui a germé dans ta tête récemment ou cela fait longtemps que tu souhaitais mettre Dieu en image ?
Steven Lejeune : En fait cela fait cinq ans que je l’ai commencé, j’étais encore, à l’époque, sur ma série chez Delcourt (Trop de bonheur) et je bossais sur Dieux a les boules un peu comme si c’était une cour de récréation, je trouvais ça rigolo. Personnellement je suis athée et ça ne m’empêchait pas de me poser des questions sur ce que c’était, devant la connerie de la religion je me suis dit « tiens on va faire un truc bien con, décalé mais pas forcément critique, par rapport à comment on le prend au sérieux ».

BDE : Pourquoi représenter Dieu par une femme ?
SL : Je ne voudrais pas tout dévoiler mais déjà il y a un « X » sur la couverture, je suis nul en orthographe ou cela a une signification, ça donne une petite piste…

BDE : Dieu se matérialise selon les fantasmes des hommes. Et toi ton fantasme, plutôt blonde ou brune ?
SL : Je la dessine telle que je le souhaite au début de l’album quand elle n’est face à personne, donc une black aux yeux clairs, jaunes, presque félins. Par contre je n’ai pas encore réfléchi à la façon de la représenter lorsque Dieu se trouvera face à un homme ou une femme homosexuels. C’est un point intéressant à travailler mais j’ai peur de me planter, j’espère ne pas être trop dans le faux.

BDE : Comment se passe ton travail sur Dieux a les boules ?
SL : Ça se passe simplement, je suis assez tranquille, j’ai juste l’éditeur en amont qui m’appelle uniquement quand il y a des emmerdes (c’est rare) mais sinon j’ai juste à gérer les coloristes (Wang Peng & Studio 9) qui sont basés en Chine. Au départ je voulais tout faire moi-même mais je me suis rendu que j’étais super lent alors j’ai suis entré en contact avec l’atelier de coloriste. Concernant la partie noir et blanc de l’album, c’est un compromis que j’ai réussi à trouver avec l’éditeur qui souhaitait que tout soit en noir et blanc. L’histoire se déroule en Polynésie donc je voulais du gros soleil, finalement on a trouvé un terrain d’entente et on a utilisé cette partie noir et blanc pour parler d’un personnage important qui embête un peu tous les lecteurs.

BDE : Es-tu fan de Scrat ? En effet, ton personnage secondaire du rat n’est pas sans rappeler le personnage si célèbre de L’Âge de glace.
SL : En fait le rat n’est pas un personnage si secondaire que ça et cela va se confirmer dans les prochains tomes. Quant à Scrat en lui-même, ce personnage est graphiquement orienté mais il est le digne successeur de Coyote, Tex Avery et bien d’autres personnes dans ce genre. Donc c’est plutôt ce type de personnages qui m’a inspiré plutôt qu’un personnage en particulier.

BDE : La série est prévue en combien de tomes ?
SL : Je pense que ça va dépendre de plusieurs facteurs mais j’aimerais faire quatre ou cinq tomes. J’espère que le public suivra, c’est un élément important. J’ai annoncé la couleur avec une BD prise de tête, non je plaisante, le second tome sera plus narratif et accessible. Le premier tome servait à placer tous les personnages et poser une ambiance, je vais maintenant plus travailler sur le déroulement du récit.

BDE : Quelles sont tes influences graphiques ?
SL : Tout d’abord je commencerais par citer deux grands noms de la BD franco-belge, Gotlib et Franquin pour ses Idées noires, mais sinon je suis plutôt influencé par le manga. Il y a bien sûr Dragon Ball mais ma plus grosse claque graphique c’est Gunnm qui me l’a donné, pour moi le maître de la discipline c’est Yukito Kishiro. Sinon niveau manga, je pourrais citer Appleseed de Masamune Shirow et Blame de Tsutomu Nihei. Mis à part ces différents titres, j’aime particulièrement le travail d’un auteur français assez inconnu du nom d’Hanneckan ainsi que celui des japonais Terrada Katsuya et Taiyo Matsumoto.

BDE : Les retours du public et de la presse sont-ils plutôt positifs jusque-là ?
SL : C’est sorti récemment, la presse n’a pas été très positive jusque-là, il en ressort que graphiquement c’est cool mais après faut s’accrocher pour lire. Je pense que si ça n’était pas moi qui l’avait réalisé, j’aurais du mal à le lire dans le métro entre deux stations, faut vraiment se poser pour lire cet album. Je voulais faire un album que l’on puisse lire et le relire au moment de la sortie du second pour se remettre dans le bain.

BDE : Avant d’intégrer les éditions Ankama, quel regard avais-tu sur cette société et surtout sa maison d’édition ?
SL : Je ne connaissais pas avant de rencontrer Gilles Aris qui a réalisé Dofus Monster T2. Il m’a dit qu’Ankama cherchait des projets dans le style de Dieux a les boules et j’ai donc envoyé un dossier. J’ai failli ne jamais signer chez Ankama dans le sens où j’avais un rendez-vous sur Paris avec Tot et j’ai complètement oublié d’y aller. Tot m’a rappelé pour fixer un autre rendez-vous et cette fois-ci je me suis présenté. En fait j’ai été assez surpris qu’il me rappelle, c’est le premier éditeur que je vois faire ça, c’est cool.

BDE : Merci à toi !!!

Propos recueillis par Mathieu Larno et Nicolas Vadeau

Interview réalisée le 28 juin 2009.

En exclusivité pour Bulle d’Encre, une page du Tome 2 de Dieux a les boules ainsi qu’une illustration

© Ankama/Lejeune
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.