Accueil » Univers Manga » Chroniques Manga » Otaku Girls T1 (Konjoh) – Doki-Doki – 6,95€

Otaku Girls T1 (Konjoh) – Doki-Doki – 6,95€

Parution : 08/2009
Dans son lycée, Asai est un peu à part. Il faut dire que c’est une fujoshi, une otakette totalement fan des yaoi, obsédée par ces histoires romantiques entre garçons. Alors lorsqu’elle voit Chiba et Abe, deux amis d’enfance, un peu proches, elle s’imagine aussitôt assister à la naissance d’un amour interdit ! Et pourtant… Chiba est le beau gosse de l’école, dragué sans cesse par des filles qui rêvent d’être à son bras. Abe, lui, est plutôt un loser de la séduction et il va tomber amoureux d’elle. Acceptant de poser pour les dessins yaoi d’Asai, il va tenter de lui déclarer son amour, mais son ami va profiter de l’occasion pour fuir sa cohorte de prétendantes en se faisant passer pour son amant ! Et ce n’est que le début d’une série de quiproquos…
Doki-Doki mise beaucoup sur cette nouvelle série humoristique et on comprend vite pourquoi. La mode actuelle est au shojo et au yaoi, deux genres qui plaisent (les ventes sont énormes) et qui attirent de nouveaux lecteurs (les filles), mais qui lassent les autres amateurs. Alors Otaku Girls arrive et permet de réconcilier tout le monde. Car la mangaka détourne le genre pour mieux en rire. Son héroïne ne peut rien voir autour d’elle sans s’imaginer dans un yaoi, elle en dessine un elle-même et cherche l’inspiration dans son entourage. Ce qui complique les relations avec un garçon qu’elle croit gay et qui l’aime, un séducteur qui aime mettre son ami dans l’embarras et une autre otakette qui s’assume moins bien. Ajoutez les codes d’un shojo (les décors simplistes, les petites fleurs, les élans romantiques) et vous obtiendrez une sorte d’ovni dans le paysage du manga.
Aussi agréable à lire pour les garçons que pour les filles, à la fois critique et hommage aux otakus !
Arnaud Gueury

8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*