Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Michel Koeniguer – Auteur de Bombroad

Rencontre avec Michel Koeniguer – Auteur de Bombroad

Chez Bulle d’Encre, on aime Michel Koeniguer. Alors, à chaque fois qu’il sort une nouvelle série, on ne peut résister à l’envie d’aller à sa rencontre pour en savoir un peu plus et partager ces informations avec vous. En route pour le Vietnam en sa compagnie ! Un conseil ? Accrochez votre ceinture, on va décoller !!!

Chronique du Tome 1

Preview de l’album ici.

Rencontre avec Michel Koeniguer

Bulle d’Encre : Bonjour Michel. Bombroad vient de paraître, dans quelques jours ce sera au tour de EightBall Hunter sans oublier l’intégrale de Brooklyn 62nd, on peut dire que l’année 2010 est ton année ?
Michel Koeniguer : On va dire que le calendrier a bien fait les choses. EightBall Hunter a eu du mal à voir le jour, Bombroad m’a aussi pris beaucoup de temps et pas forcément à cause du bouquin en lui-même, quant à l’intégrale de Brooklyn 62nd, ce n’est pas moi qui décide. Donc au final tout ça sort sur une période de temps rapprochée… On va pas se plaindre ! (Rires)

BDE : Les BD sur le Vietnam sont assez rares, comment expliques-tu cela et qu’est-ce qui t’a donné envie de traiter de cette guerre plutôt qu’une autre ?
MK : Je m’abonne aux guerres ! C’est vrai que le sujet a peu été abordé. Tu as Manfred Sommer avec son journaliste baroudeur Frank Cappa dans Viet Song, The Nam (en tous cas les deux premières « saisons »), scénarisé par Doug Murray, un vétéran, et mis en image par l’excellent Michael Golden, qui est un comics vraiment bien fait mais qui a mal tourné quand Marvel a voulu imposé trop de choses pour coller à son univers… Mis à part ça, c’est à peu près tout… Ah si, il y a aussi Blazing Combat, un magazine des années 60 réédité en un volume récemment où était aussi abordée la Guerre du Vietnam, et puis je pense que Buck Danny a aussi dû y faire un tour et c’est aussi en toile de fond du Baron rouge de Georges Pratt … Je pense qu’on traite peu de cette guerre car déjà on parle d’une guerre très impopulaire en son temps, ensuite il y a beaucoup de livres, de films qui ont abordé la guerre de plusieurs points de vue : le bleu qui débarque (Platoon), le vétéran brisé (Retour, Né un 4 juillet), d’un point de vue sociologique (Voyage au bout de l’enfer) et même d’une façon quasi fantasmatique (Apocalypse Now) et tu en as pleins d’autres du pire au très bon… Un autre exemple ? L’Enfer du devoir, une série TV que j’ai découverte lors de sa rediffusion il y a quelques années sur RTL9. On peut me rétorquer que c’est aussi le cas pour la Seconde Guerre Mondiale, voire pour la première, mais dans ces deux cas finalement la base est assez claire. Pour la première guerre mondiale, c’est une boucherie, donc assez facilement on peut se positionner… Pour la Seconde Guerre mondiale, là aussi on sait qui sont les « Bad Guys » et on sait pourquoi on se bat. Le « Why we fight » est limpide sur la WW2, pour des guerres comme le Viet-Nam ça devient moins clair, il y a un livre dont le titre résume bien cette période, L’Innocence perdue. On ne peut pas parler de la guerre du Vietnam comme on parle de la WW2… Autre point, il y a beaucoup de BD sur la 2ème guerre mondiale, y compris la guerre aérienne, je n’avais pas envie d’en rajouter une. Qui plus est, je préfère les engins de cette période de la guerre froide. Enfin, la guerre du Vietnam est une des dernières fois où les pilotes se sont livrés de vrais combats. Je me verrais mal faire une BD d’aviation avec les engins d’aujourd’hui où les types se shootent à 40 km de distance. Au fond, deux choses ont motivé vraiment mon choix : les zincs de l’époque et la guerre elle-même avec son côté Rock’n roll.

BDE : En toute fin du premier opus, l’armée américaine commence à manquer de soutien de la part du gouvernement américain et à voir la défaite se profiler à l’horizon. Qu’est-ce qui nous attend dans le second volume de Bombroad ?
MK : En fait, à la période dont je parle en fin d’album, le système administratif pour obtenir des pièces détachées s’est vraiment compliqué, donc l’entretien des avions est devenu un casse-tête. Plus globalement, ça met en lumière un problème important dans l’armée US : le poids de la hiérarchie. Ceux qui prennent des décisions sont à Washington et tiennent souvent peu compte des réalités du terrain. Dans le second tome, on est en 1972, la guerre pour les américains passe essentiellement par la voie des airs, il reste très peu de troupes au sol. Ce sera aussi l’occasion de montrer du combat aérien, avis aux amateurs ! Comme ça se passe à bord d’un porte-avion, ça sera aussi l’occasion de montrer différents modèles d’avions.

BDE : Tes séries traitent généralement de guerre, que ce soit entre gangs ou dans l’armée, y a-t-il un sujet que tu n’as encore jamais abordé et qui te tenterait pour une future série ?
MK : Ce sont pourtant deux univers assez distincts : le polar et le récit de guerre, les enjeux ne sont pas pareils, même si dans les deux cas l’objectif est de rester en vie. Pour le moment, j’aime bien faire évoluer mes personnages dans ces deux univers. Et là j’ai deux projets en tête qui ne sortent pas de ce créneau. Donc, ce n’est pas pour tout de suite, et d’ailleurs pour le moment je ne vois pas d’autres sujets que j’aimerais aborder. Ce n’est pas la guerre en elle-même qui m’intéresse mais ses conséquences et le cadre dans lequel elle se déroule, les enjeux qui en découlent. De toute façon, ceux qui la subissent et ceux qui la font ne sont jamais ceux qui décident de la faire. Je m’intéresse peu à ces derniers mais plus aux autres, ça me laisse donc encore pas mal de possibilités.

BDE : Peux-tu nous donner quelques détails sur tes projets ?
MK : L’histoire la plus avancée se déroule pour partie en Afghanistan et en France, contrairement à mon habitude d’utiliser des héros et un univers américain, cette fois-ci c’est nous qui sommes concernés. Ça fait un moment que je planche sur le scénario et j’y suis d’ailleurs encore, j’ai tenté de co-scénarisé l’histoire mais ça fonctionne mal donc je pense repartir seul sur l’histoire… On verra bien. Pour l’autre, ma foi, c’est encore au stade embryonnaire, dans le sens où si j’ai l’histoire, les persos, il reste à voir comment je développe tout ça…

BDE : Est-ce que cela représente quelque chose de particulier pour toi d’intégrer la collection Cockpit ?

MK : Hum… l’occasion de boire souvent des verres en dédicace avec les amis Romain (Hugault) et Olivier (Dauger) ? Plus sérieusement, c’est un peu LA collection de l’éditeur. Et c’était un défi, car à la base je ne suis pas un fana d’aviation, j’ai donc dû apprendre pas mal de choses, j’avais un « socle » minimal mais c’était vraiment peu. C’est un peu la somme de beaucoup d’efforts qui me font intégrer Cockpit.

BDE : Intégrer celle-ci signifie dessiner pas mal d’avions, as-tu demandé des conseils des spécialistes du genre tels que Romain Hugault par exemple ?
MK : Heureusement qu’il était là !!! Romain m’a guidé tout le long, je peux dire qu’il a été là jusqu’au moment où le bouquin est parti à l’impression. Il m’a beaucoup conseillé, il m’a aussi soutenu quand j’avais l’impression que je n’y arriverais pas. Il sait aussi que je lui en suis reconnaissant ! Un ami à lui m’a aidé et puis Olivier Dauger a aussi participé et enfin des gens de mon côté. En fait, d’un point de vue technique, je partais de très loin, un pur outsider. J’ai donc appris sur le tas, autant sur la guerre du Vietnam je connaissais bien des choses, autant la guerre aérienne m’était étrangère. On va dire que j’ai beaucoup de documentation maintenant (rires).

BDE : Pour conclure, un petit mot sur EightBall Hunter qui sort en mai et qui est annoncée comme une série au concept novateur. Peux-tu nous en dire plus sur ce qui attend les lecteurs ?

MK : En fait, les lecteurs vont être amenés à faire un choix en fin de lecture, ce choix influencera l’histoire dans le second tome. Ils pourront voter pour faire ce choix via un site internet. Donc l’écriture du tome 2 dépendra en partie de ce vote. Je trouve l’exercice assez amusant, je me demande bien ce qui sera choisi. On pourrait nous rétorquer que ça peut gâcher le plaisir de la lecture mais en même temps ça crée une interaction avec le lecteur,un peu comme quand en dédicace un lecteur a ses théories sur ce qui peut se passer sur le tome suivant. Sur ce coup, il verra vraiment ce que peut donner son idée.

BDE : Merci à toi !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau

Interview réalisée le 20 avril 2010.

© 2010 Paquet/Koeniguer
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*