Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Philippe Berthet – Dessinateur de Nico

Rencontre avec Philippe Berthet – Dessinateur de Nico

« Radio Manhattan, nous sommes le 18 août 1966! Voici, comme chaque matin, notre page spéciale pop! Les Beatles seront à New York demain soir pour un concert exceptionnel donné en l’honneur de Marilyn Monroe qui a fêté ses 40 printemps le 1er juin dernier! Le Président Kennedy et Jackie seront bien sûr de la fête! Ce soir, nous vous offrirons l’interview exclusive des deux pianistes qui accompagnent désormais les quatre de Liverpool et qui viendront nous parler de leur tout nouveau synthétiseur… »

Suite des rencontres faites au cours du Salon du Livre de Paris, avec cette fois une interview de Philippe Berthet. Aussi discret que talentueux, le dessinateur est revenu avec nous sur la sortie et l’avenir de sa nouvelle série, Nico, sur son expérience de la série XIII Mystery pour laquelle il avait réalisé le très efficace Irina, mais aussi sur ses projets à venir, notamment le très attendu dixième tome de Pin-Up, une sortie dont on reparlera sans aucun doute.

Chronique du Tome 1

Retrouvez la bande annonce de l’album en fin d’interview.

Rencontre avec Philippe Berthet

Bulle d’Encre : Bonjour ! Cette année, vos sorties sont nombreuses…

Philippe Berthet : Oui, parce que l’année dernière, je n’avais rien eu ! (rires) Ce qui s’est passé, c’est que le XIII (Irina) a été fini pratiquement au même moment que La Mangouste. Au départ, Dargaud hésitait à sortir les deux bouquins en même temps ou à six mois d’intervalle, finalement ils ont décidé d’attendre un an. Pendant ce temps, j’avais lancé Nico, c’est pour ça que l’album arrive très près du XIII. Je viens même tout juste de terminer le tome 2.

BDE : Ce tome 2 va sortir prochainement ?
PB : Au mois d’octobre.

BDE : Avec Nico, vous revenez à un format plus grand que pour Poison Ivy ou XIII. Est-ce que ça change quelque chose dans votre façon de travailler ?
PB : Non, pas vraiment puisque c’était le format de Pin-Up. Je ne change pas tellement mon format suivant la taille de l’album. C’est un détail technique, on réduit plus ou moins la planche suivant le format choisi. Pour ajouter du détail dans mon dessin, je pourrais changer de planche, mais j’ai préféré garder le même format pour ces deux albums.

BDE : Votre trait qui est très fin doit pourtant demander du détail ?
PB : Oui, je me crève les yeux, c’est très mauvais !

BDE : Depuis plusieurs années, vous ne collaboriez qu’avec Yann. Et coup sur coup, vous avez travaillé avec deux autres scénaristes. Est-ce un choix, même si pour XIII le scénario était fait avant votre arrivée ?
PB : Pour XIII Mystery, ce n’est effectivement pas moi qui ait choisi Corbeyran. Eric avait écrit le scénario pour la série, qui a été validé par Jean Van Hamme, et ce n’est qu’à ce moment qu’on m’a contacté, en me disant que ça concernait Irina et que ça pourrait me convenir. Ce n’est que comme ça que je suis entré dans l’aventure, sur la base de la lecture d’un scénario déjà fini. J’ai choisi d’accepter mais je n’ai pas sollicité Eric.
Dans le cas de Nico, c’est moi qui ait fait la démarche d’appeler Fred Duval et de lui demander si on ne pourrait pas faire quelque chose ensemble.

BDE : C’est effectivement un scénario qui semble fait sur mesure.

PB : Justement, j’avoue qu’avec Fred comme avec Yann, ils m’ont écrit quelque chose qui me convenait parfaitement. Pourtant, Fred est plus versé dans la science-fiction pure et dure, ce qui n’est pas trop mon cas. C’est pour ça que je lui avais dit que ce qui me plaisait bien, dans la para-SF, était toute l’esthétique futuriste des années 50. Dans Nico, c’est de la science-fiction rétro, désuète, c’est ce que j’aime bien.

BDE : Vous aviez aussi débuté dans la SF avec la série Le Marchand d’idées ?
PB : Là, c’était vraiment dans l’espace et tout. Il y aussi eu de l’anticipation avec Yoni, deux albums qui n’ont pas accroché du tout. Nico, on peut appeler ça de la SF, mais c’est plutôt de l’uchronie rétro-futuriste.

BDE : Ça semble être un plaisir de mêler l’univers des années 50 avec des vaisseaux futuristes ?
PB : Oui, absolument. Et même si il y a quelques fusées, ça ne reste surtout que des véhicules volants. Je m’inspire de plein de dessins existants, d’illustrateurs des années 50/60, de couvertures de magazines comme Science & Vie, où il y a tout ce qu’on imaginait qui existerait et qui n’est jamais arrivé. C’est très drôle, avec des tas d’engins improbables. Mais l’esthétique est magnifique, avec des trucs assez ronds.

BDE : C’est un peu une science-fiction rêvée ?
PB : Oui, et j’aime bien ça. C’est une forme de naïveté qui correspond bien à mon dessin, qui n’est pas tout à fait réaliste. Il est un peu simplifié et naïf lui aussi, les deux collent donc bien.

BDE : Il y a du y avoir du plaisir à inventer ce Paris uchronique ?
PB : Oui, ce qui est amusant est d’introduire des éléments nouveaux dans ce contexte très typé.

« On va attaquer un Pin-Up avec Yann… »

BDE : Imaginez-vous d’autres genres de récit qui pourraient coller à votre style ?

PB : Je n’ai pas vraiment de réponse à ça. Il y a plutôt des genres auxquels je ne voudrais pas me frotter car ils ne m’intéressent pas plus que ça, comme l’heroic fantasy. Mon dessin n’est pas suffisamment riche, il manque d’ampleur pour ça. Il faut un trait épique que je n’ai pas. J’ai bien fait du polar, de l’humour, un western aussi…
C’est pourtant une des premières questions que m’a posée Fred en me demandant où on pourrait aller.

BDE : Dans Nico, on retrouve quelque chose qu’on avait déjà vu chez vous, c’est la présence de personnages connus…
PB : Ce n’est pas ce que je préfère ! Ce sont d’ailleurs les scénaristes qui me le proposent. Dans le tome 2 de Nico, après le président Truman, on va voir arriver Kennedy. C’est vachement difficile de le représenter… Pour Castro, ça allait, une barbe et un cigare ça suffit…
Ce sont souvent des personnages bancals, j’ai des problèmes terribles car ils ne m’appartiennent pas. Il faut que j’en reparle avec Fred car il a tendance à m’en remettre ! (rires) Il veut aussi réutiliser Steve McQueen, mais j’ai du mal à l’intégrer à mon dessin, pour qu’il soit à la fois ressemblant et qu’il fasse partie de mon style. C’est très difficile. J’ai toujours le sentiment qu’ils ressemblent vaguement mais qu’ils ne sont pas tout à fait crédibles. Mon dessin n’est pas assez réaliste pour qu’on les reconnaisse tout de suite.

BDE : Qu’est-il prévu pour la série par la suite ?
PB : C’est pour l’instant une histoire en deux volumes. Maintenant – c’est le contexte de la BD qui veut ça – si le public réclame une suite, elle existera. La matière que Fred a développée sur ces deux albums est suffisamment riche pour imaginer une série. Mais avec un troisième tome indépendant ou sur un nouveau diptyque, on n’en sait rien.

BDE : Puisque le tome 2 est déjà fini, sur quels projets allez-vous travailler ?

PB : Pour l’instant aucun, j’ai fini Nico avant-hier ! (NDLR : interview faite le 27 mars)
C’est très récent, alors je vais faire une petite pause et on va attaquer un Pin-Up avec Yann. Le personnage nous tient à cœur, il y a neuf bouquins, donc on envisage une histoire complète, pas de triptyque. On revient sur la première période, fin des années 40. Ce sera plus un polar cette fois-ci.

BDE : Un retour qui va faire plaisir à bien des lecteurs !
PB : Oui, à moi aussi. Ça fait bien faire 5 ans que j’avais arrêté. Le temps passe vite !

BDE : Pas de suite à Poison Ivy ?
PB : Hélas ça n’a pas marché, alors on a laissé tomber…

BDE : Pour XIII Mystery, avez-vous apprécié l’expérience ?
PB : Au départ, c’était un poids de se confronter à une série mythique. Et en même temps, Jean Van Hamme a été très bien en nous disant de nous amuser avant tout. Il nous a mis à l’aise, Eric d’abord puis moi. Le but n’était pas de refaire du Van Hamme ou du Vance. Ce que je devais faire, c’était de m’approprier le personnage d’Irina, de l’imaginer mentalement telle que moi je la dessinerais et oublier ce que William Vance en avait fait. C’était la seule façon de vivre ces 54 planches de façon agréable. Dès que je suis entré dans cet état d’esprit, c’était parti. J’ai réalisé ce one-shot comme si c’était un projet inédit. A un moment donné, c’est devenu assez facile, je n’ai d’ailleurs même pas eu à dessiner le personnage de XIII…

BDE : Pourtant, vous n’aviez même pas le recul du premier tome ?

PB : Non, je n’avais rien vu de La Mangouste, pendant que je dessinais. J’avais un peu peur que le public de XIII ne soit pas satisfait du principe de faire des albums avec des auteurs toujours différents, mais ça n’a pas effrayé les gens. Ils adhèrent au principe. C’était une vraie bonne idée, bien gérée ! Le fait que Jean Van Hamme soit derrière pour cautionner les scénarios, c’est bien car on a des histoires solides. On aurait pu penser que c’était une manière d’user le personnage, de faire de l’argent, mais pas du tout. Chaque scénariste se casse le cul et chaque dessinateur en fait le maximum, donc on a des albums de qualité.
Je suis curieux de voir le prochain, qui sera fait par Yann et Eric Henninot (Carthago), sur le personnage de Jones. Ça risque d’avoir son petit succès !

BDE : Comme vous avez reçu un scénario déjà fini, l’avez-vous suivi scrupuleusement ?
PB : Avec chaque scénariste, je ne respecte pas nécessairement le choix des plans, des cadrages… Certains sont plus ou moins précis, à moi de mettre ma propre caméra. Je respecte le reste, le nombre de cases, etc. Mais Eric a une manière de cadrer et de découper qui est très proche de la mienne.

BDE : Cette collaboration semble vraiment très positive !
PB : Ah oui, je n’ai eu aucune difficulté ! Quand je lisais sa page, je voyais tout de suite l’image, ce qui n’est pas toujours le cas. Je n’ai donc pas changé grand chose. Parfois ça tient aussi à l’équilibre graphique de la planche, je change un plan éloigné par un gros plan parce que ça déséquilibre l’ensemble. Il est normal que le dessinateur soit le maître à bord, en dernier lieu c’est lui qui tient la caméra. Voilà, je trouve ça logique, je gère l’espace global de la planche. De toute façon, j’envoie chaque page pour validation au scénariste, il peut faire une remarque et je change. Mais souvent ça ne pose pas problème.

BDE : Envisagez-vous de retravailler ensemble ?
PB : On en parle souvent, mais en même temps on est tous les deux pris par une spirale de projets. C’est difficile de se dégager du temps. Eric est d’ailleurs du genre productif ! Pour l’instant, il n’a pas le temps mais on aimerait bien.
Évidemment – c’est un inconvénient de la série- on n’a droit qu’à un seul album. Mais après Irina, on était chauds et on aurait bien continué, avec le même personnage à développer sur une histoire différente. Pour l’instant, on ne peut pas…
Mais je ne regrette pas ce challenge très excitant !

BDE : Merci à vous et bonne chance pour vos projets !
PB : Merci !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 27 mars 2010.

© 2010 Dargaud Benelux/Duval/Berthet
Photos © BDE
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*