Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec André Taymans – Auteur de Caroline Baldwin

Rencontre avec André Taymans – Auteur de Caroline Baldwin

« Tu as sans doute vu les images de Londres ou de Paris où nous avons réussi à manifester sur le parcours de la flamme olympique. Le clou du spectacle pour les autorités chinoises va être d’amener la flamme au sommet de l’Everest. Nous serons là pour les accueillir! »

2011 va être une année faste pour André Taymans : intégrales de Sibylline et Caroline Baldwin, premier tome d’un diptyque pour sa belle héroïne et surtout tournage pour le grand écran. Alors que le clip vidéo précédant le film est actuellement en cours de réalisation, l’auteur belge était présent à Angoulême. Nous avons donc profité de l’occasion pour nous entretenir avec lui de ces projets. Et ainsi découvrir quelle comédienne aura la chance de prêter ses traits à Caroline.

Chronique du Tome 14

Bulle d’Encre : Bonjour ! 2011 s’annonce comme une très belle année pour vous, avec de nouveaux albums, des intégrales…

André Taymans :
Oui, ce sera une année chargée. Mais ce sera surtout une année Caroline Baldwin plus que tout le reste. Ce sont les 15 ans de Caroline. On sortira le premier volume d’une intégrale en juin si ma mémoire est bonne, une nouveauté – le quinzième album – en septembre, et un album-anniversaire – la réédition du premier tome, Moon River, avec un supplément d’une vingtaine de pages avec les photos de tournage d’un clip qui se tourne actuellement et qui va déboucher sur un long-métrage au cinéma. Et comme les tomes 15 et 16 constitueront un diptyque, on a décidé de faire des sorties rapprochées, la fin de l’histoire devrait donc sortir en janvier 2012.

BDE : Le film sera-t-il européen ou américain ?
AT :
Ce sera une coproduction franco-belge. L’équipe qui tourne le clip sera celle qui reste pour le film. Pour le reste, je ne peux pas encore en dire grand-chose puisque nous n’en sommes qu’au début, si ce n’est que l’actrice est une comédienne de théâtre belge qui s’appelle Cendrine Ketels et que nous avons, en guest-star du film, Jean-Pierre Talbot (voir photo), qui jouait Tintin au cinéma et qui fait son grand retour dans le rôle de l’astronaute (NDR : le Frank White de l’album Moon River).

BDE : L’histoire de la réalisation de ce film est peu commune. Pouvez-vous nous la raconter ?

AT :
C’est vraiment un effet boule de neige. Erwin Drèze, qui est un de mes copains et avec qui je dessine Lefranc, a un groupe de rock, Feel The Noïzz (voir leur site), et pour rigoler il a décidé de faire une chanson qui s’appelle Caroline Baldwin. Dans ce groupe, il y a un batteur, Christophe Bourdon, qui s’est présenté à une émission présentée par Nagui – Tout le monde veut prendre sa place – dont il est devenu le champion en y restant des semaines. Du coup, ça a commencé à intéresser du monde, une maison de production, AkaMusic, a produit un CD et a choisi la chanson Caroline Baldwin pour en faire le single de l’album, avec un clip. Là-dessus, un producteur a bloqué les droits cinéma et on enchaine… Je ne sais pas où ça va s’arrêter ! (rires)

BDE : Tout est question de clins d’œil, puisqu’on retrouve tous les membres du groupe dans Free Tibet ?
AT :
Oui. Comme ils avaient fait une chanson, je m’étais dit que ce serait sympa de les avoir dans l’album. On a ensuite fait un tirage spécial aux éditions Flouzemaker avec un CD pour l’occasion.

BDE : Comment s’est déroulé le casting pour trouver la Caroline idéale ?
AT :
Une quarantaine de filles se sont proposées, là-dessus le réalisateur en a retenu 25. On les a « auditionnées » et j’en ai choisi une qui me paraissait la meilleure.

BDE : Ce casting a du être un calvaire ?
AT :
Oui, j’ai horreur de ça, c’est atroce ! (rires)
Surtout que les filles devaient défiler en deux tenues : une tenue libre, au choix, en fonction de ce qu’elles connaissaient de la série et du personnage, et une autre plus sexy, plus tenue de soirée. Très embêtant pour nous, je ne souhaite ça à personne ! (rires)

BDE : Malgré tout ce travail, d’autres albums sortent en parallèle.
AT :
Il y a bien sûr Sibylline, que je continue aussi, même si je ne sais pas quand je réussirai à faire le prochain, que j’ai commencé mais que je dois terminer. Il y a aussi Lefranc. Là, heureusement qu’il y a trois équipes sur la série, deux albums doivent sortir avant que nous devions en faire un, Erwin Drèze et moi. Nous avons encore un peu de temps.

BDE : Vous tenez toutefois un rythme impressionnant !
AT :
C’est un rythme soutenu, dirons-nous !

BDE : Avec Caroline, c’est 15 albums en 15 ans, malgré une absence de 3 ans avant le dernier…
AT :
Au début, ça sortait assez rapidement, avec deux albums par an environ. Bon, les idées sont encore là puisqu’il y en aura encore au moins deux avec le diptyque à venir. Comme je dis toujours, je n’ai qu’un album d’avance sur le lecteur. Je ne sais jamais ce qui va se passer, c’est souvent une angoisse en me demandant ce que je vais raconter.
Tout vient souvent de l’actualité. J’essaie toujours de me renouveler, même si ce n’est pas évident. C’est pour ça qu’il y a eu de longues périodes entre deux albums sur les dernières années. Je ne trouvais pas la bonne idée, il me fallait le déclic. Et comme je travaillais par ailleurs sur Lefranc ou Sibylline, j’avais un peu délaissé mon héroïne. Mais on va repartir sur de bonnes bases !

BDE : Prenez-vous toujours autant de plaisir sur des reprises ?
AT :
Oh oui, ça m’amuse. Déjà quand j’étais petit et que je commençais à dessiner, je recopiais les albums de Gil Jourdan, de Blake & Mortimer ou de Tintin. Quand je suis rentré à l’école de dessin de Saint-Luc, on me disait que mes dessins étaient bien mais qu’il fallait que j’invente mes propres personnages. Ce que j’ai fait. Mais maintenant on me demande de « ressusciter » des héros que j’ai aimé dans mon enfance, c’est donc un immense plaisir !

BDE : Malheureusement, il y a aussi eu des rendez-vous manqués avec certains personnages.
AT :
Il y en a toujours et il y en aura encore, c’est sûr. La vie est comme ça, ça va ça vient. Je n’ai jamais été dégouté de tenter des reprises.

BDE : D’autant qu’on voit aujourd’hui les équipes se multiplier pour des séries emblématiques.
AT :
Oui, il y a un intérêt financier certain pour les éditeurs, il ne faut pas le nier. Un succès pour un Lefranc ou un Blake & Mortimer, c’est de l’argent qui rentre et qui permet de faire d’autres choses. Sans ça, certaines maisons d’édition n’existeraient pas.
Le roulement par équipe est aussi un bon système pour les auteurs. Si je ne devais faire que Lefranc, avec un album par an, je devrais arrêter tout le reste. Et ça ne m’intéresse pas, je veux garder mes propres projets.

BDE : On vous avait même proposé Spirou ?
AT :
Oui, et ça me plaisait. Bon, je me dis d’un autre côté qu’aujourd’hui tout le monde fait du Spirou, ça n’a plus grand intérêt… même si, bien sûr, ça me plairait toujours d’en faire un. Pourquoi pas un one-shot. Mais ce n’est pas moi qui décide, c’est là où est le problème ! (rires)

BDE : En 2010, vous avez aussi dessiné le premier tome de la série Ella Mahé.
AT :
Cet album est une histoire d’amitié avec Maryse, Jean-François Charles et les autres dessinateurs. Ils avaient envie de faire un projet chorale avec quelques copains. C’est pour ça qu’ils m’ont demandé si j’avais le temps de faire un album et j’ai dit oui sans même savoir ce que ça allait raconter. Je savais juste que ça se passait en Égypte. Ensuite, il a fallu trouver le temps !

BDE : Pour revenir à Caroline Baldwin, un autre élément du succès est Bruno Wesel, coloriste depuis le premier tome.
AT :
C’est simple, il compte pour 50% du boulot. Bruno, c’est quelqu’un avec qui j’ai fait mes études, on se connait vraiment très bien. C’est lui qui a mis en place toute la couleur sur la série, je n’ai donc plus rien à lui dire, à part des indications de jour ou de nuit. Il reste de petits détails à préciser, par exemple une veste qu’il prévoit en rouge alors qu’il y aura du sang plus tard et à laquelle il faut donc trouver une autre couleur. Des petits trucs techniques. Comme il a carte blanche, ça me permet de redécouvrir un album après sa mise en couleur. Et je suis rarement déçu.

BDE : Comment se présentera l’intégrale ?
AT :
Ce sera en petit format, comme les intégrales Haute Densité. Je n’avais pas dit oui tout de suite car je trouvais, en tant que lecteur, qu’il fallait avoir quelque chose de plus qu’une bête compilation des titres. J’ai donc proposé qu’on fasse un dossier avec des illustrations.

BDE : Comme le fait Dupuis ?
AT :
Oui. Quand j’achète des intégrales chez Dupuis ou autre, j’ai déjà souvent les bouquins à la maison. Je rachète juste pour les dossiers supplémentaires et les trucs en plus. C’est un fameux piège à cons qui prend de la place et de la poussière ! (rires)

BDE : Rendez-vous donc en juin ?
AT :
C’est ça. Dans son petit format, c’est d’après moi typiquement le bouquin de plage. Et on aura deux mois pour le lire avant la suite !

BDE : Merci pour toutes ces informations !
AT :
Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury, Nicolas Raduget et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 27 janvier 2011.

© Casterman 2010/Taymans
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*