Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Benoît Feroumont – Auteur du Royaume

Rencontre avec Benoît Feroumont – Auteur du Royaume

« Hé, le Roi, je t’ai vu faire depuis le balcon! A moins que je ne me trompe, les humains, ils peuvent pas faire ça, non? Vous pouvez pas faire partout, comme ça! Nous, on peut, vous pas! Vous avez des chiottes pour ça, non?
– Mais qu’est-ce que c’est que ce petit donneur de leçons? Et vulgaire en plus!
– T’es dégueulasse en fait, hein? Tout roi que t’es, t’es dégueulasse!!! »

A l’heure où sort le troisième tome de cette excellente série qu’est Le Royaume, son auteur était de passage à Paris. L’occasion était belle de revenir sur cette BD décapante, conseillée à tous les âges pour son ton décalé. Et comme Benoît Féroumont vient du monde de l’animation, nous sommes aussi revenus sur son expérience et son projet monté avec les Kerascoët.

Chronique du Tome 3

Retrouvez les premières planches du Tome 3 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Le Royaume a particulièrement marqué les lecteurs par son ton décalé et irrévérencieux. Est-ce un choix de ta part ?
Benoît Feroumont : Je ne sais pas… Franchement, je ne m’en rends pas bien compte. J’aime écrire des histoires rigolotes mais je ne me rends pas compte à quel point elles peuvent être impertinentes. Je fais en sorte qu’elles me fassent rigoler moi, ma famille, mes proches. Si ça marche avec eux, je sais que ça peut marcher avec tout le monde.

BDE : Ce ton est donc naturel ?
BF : Assez, oui. Naturellement je fais des choses tous publics. Je ne me force pas à faire ça. J’aimerais faire plus souvent des histoires plus adultes, car j’en fais, mais ce côté tous publics est dans ma nature.

BDE : On trouve d’ailleurs des recherches plus réalistes sur ton site.
BF : Oui, notamment des recherches sur les personnages féminins. Je développe des trucs dans ce sens-là, mais Le Royaume est ma priorité pour le moment. C’est vraiment là-dedans que je me sens le plus à l’aise.
Pour le réaliste, ce sont parfois des envies graphiques. J’ai montré quelques croquis de jeunes filles qui ne vont pas plus loin que ça, ça peut me prendre une heure ou une demi-journée, je peux tomber sur des trucs qui me plaisent vraiment, des découvertes, mais ça reste une récréation.

BDE : Pas de projet de série ?
BF : Toute une série réaliste non, mais un livre oui. J’ai d’ailleurs fait un album qui est une comédie romantique avec des scènes très explicites. J’aime partir de choses classiques pour casser le truc, amener des choses délirantes et faire rire. Si je devais faire du réaliste, je suis persuadé que je partirais sur du Jason Bourne et je lui inventerais une vie de famille normale, quelque chose comme ça. J’ai toujours pris des clichés pour les détourner. J’aime mettre les gens à l’aise, leur présenter un univers connu, et, une fois qu’ils sont dedans, les amener vers quelque chose de différent. Je ne suis pas vraiment un provocateur, je préfère surprendre.

BDE : En dehors de la BD, tu as également une riche carrière dans l’animation. Vous menez notamment un projet avec les Kerascoët, auteurs de Miss Pas Touche. Où en est-il ?
BF : Je reviens tout juste de Lyon où il y avait le forum Cartoon Movie, où j’ai du pitcher le projet de film avec les dessins de Marie et Sébastien. Ça s’est vraiment très bien passé. Maintenant, les producteurs entrent dans une phase de financement, ils cherchent encore un co-producteur dans un autre pays, comme l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne. On entre dans une phase où je ne peux plus faire grand-chose, si ce n’est attendre les résultats des producteurs qui nous diront si ils ont trouvé des investisseurs ou des distributeurs. Sinon, on a initié les choses avec Marie et Sébastien, le scénario est prêt, mais on va devoir attendre au moins un an que l’argent se trouve.

BDE : Le milieu de la BD, comme celui de l’animation, est bien complexe.
BF : Oui, c’est vrai. Mais je gagne ma vie, bon an mal an. En animation, il y a un travail de technique que je fais de temps en temps. Je ne suis pas seulement auteur ou réalisateur, j’accepte aussi quelques boulots de pige pour remplir la marmite. En Europe, il y a beaucoup de séries ou de films en production, c’est pour ça qu’on me demande parfois d’animer tel ou tel truc.

BDE : N’y a-t-il pas trop peu d’animation en Europe, comparé aux talents ?
BF : Je ne suis pas sûr qu’il y ait si peu d’animation. Proportionnellement, oui, mais j’ai vu à Lyon beaucoup de projets. Mais j’ai une théorie : l’évasion des grands talents, De très bons dessinateurs européens se retrouvent à travailler chez Pixar ou Warner où ils ont besoin de développeurs graphiques. Ils font des travaux qu’on ne voit jamais, pour des très gros salaires. Je connais un peu ceux qu’on pratique là-bas, c’est incroyable. Certaines personnes me disent : « Benoît, tu es sympa de faire de la BD, mais vu ce que tu es payé… » Évidemment, quand on fait Largo Winch, ça va; mais quand un auteur a été payé en avance sur recettes et qu’on lui dit « bravo, ton album s’est vendu à 2.500 exemplaires », il sait qu’il ne touchera rien de plus. Techniquement, c’est même lui qui devrait rendre un peu d’argent. Fatalement, les plus doués cherchent des piges en Europe ou ailleurs.
Moi, je suis un peu arrivé là par un concours de circonstances. J’ai travaillé sur Les Triplettes de Belleville (NDR : comme directeur d’animation de l’équipe belge), ce qui m’a amené une certaine forme de reconnaissance. Ça m’a offert un succès en Europe, je ne suis donc pas frustré, bien au contraire. Je comprends donc que certains auteurs tirent une fierté de leur participation à de gros films, c’est très gratifiant et on en a besoin. On n’a pas tous la volonté d’être solitaires comme les peintres.

BDE : Comme pour une BD qui sort, il faut un public ?
BF : Oui. Quand on est dans cette logique, on cherche les endroits où le public se trouve. Le cinéma arrive en tête, avec tout son prestige. Pour l’anecdote, j’ai été travaillé une fois dans un studio de 3D à Londres, au moment de la Coupe du Monde en Afrique du Sud. Je suis allé voir un match de l’équipe de France dans un grand bar rempli de Français. C’était tous des mecs du studio qui venaient des Gobelins, de Sup Info Com, etc. Ils étaient super fiers d’être là, ils travaillaient alors sur des trucs gigantesques comme Le Choc des Titans, Iron Man… Ils avaient 25 ans, ils étaient bien payés, beaux comme des dieux ! (rires) Non, sérieusement, ils étaient heureux de dire à tout le monde sur quoi ils bossaient. Et ne va pas leur dire que c’étaient de sombres merdes ! (rires)

BDE : Pourquoi ne retrouve-t-on pas plus de dessinateurs de BD dans l’animation ?
BF : Parce qu’il y a beaucoup moins d’argent pour la création. Je suis très bien placé pour le savoir, puisque j’ai développé mon projet de long-métrage. Je demandais peu de moyens, juste pour montrer ce que je proposais, même sur deux mois et demi. Avec Marie et Sébastien, on a été payés – très mal – mais on a réussi à l’être pendant deux mois. C’est déjà quelque chose.
Maintenant, la recette des producteurs, c’est ce qui a été fait avec Persepolis. On prend des auteurs graphiques reconnus, ou connus d’un certain public, on leur colle un scénariste de film live qui va adapter cet univers graphique et on arrive comme ça à monter un film sur des noms, un bon concept et des graphismes qui existent. Le système de duo réalisateur aguerri/réalisateur d’animation commence à se répandre. Ils arrivent à avoir de gros budgets, parce que c’est une sorte de formule magique. Dans ce sens, on vient chercher la bande dessinée pour son graphisme.

BDE : Mais pas spécialement son auteur ?
BF : Non, pas spécialement l’auteur. Il est généralement très content quand même. Ça s’est passé comme ça pour Allez raconte, de Trondheim et Parrondo. La BD a servi d’adaptation pour le film.

BDE : C’est rare de voir un Mézières à qui on confie toute la recherche visuelle du Cinquième Élément ?
BF : Oui, c’est parce que c’est Luc Besson, sa personnalité, ses envies d’adolescent. Lui a grandi en lisant ces bandes dessinées et a eu les moyens de l’engager.

BDE : Peut-on rêver de voir adapter Le Royaume ?
BF : C’est comme tout, on en parle. Évidemment, comme je viens de l’animation, on me demande d’y réfléchir, de voir si c’est faisable. Ça me plairait mais ce n’est pas demain que ça va se faire. Il y a la matière, ce n’est juste pas dans les tuyaux actuellement.

BDE : Merci pour toutes ces infos !
BF : Merci à toi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 18 mars 2011.

Premières planches du Tome 3

© Dupuis 2011/Féroumont
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*