Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Dimitri Gigault – Scénariste du Roi du Ring

Rencontre avec Dimitri Gigault – Scénariste du Roi du Ring

Après s’être imposé dans le monde de la musique, MyMajorCompany a décidé d’appliquer la même recette avec la bande dessinée. Dimitri Gigault est l’un des premiers auteurs à se voir soutenu par ce système où n’importe qui peut miser sur un album et ainsi devenir producteur. Nous sommes donc allés à la rencontre de ce scénariste dont le premier album sortira en début d’année prochaine.

Retrouver la page dédiée au Roi du Ring sur MyMajorCompanyBD


Bulle d’Encre : Bonjour Dimitri. Peux-tu nous présenter le pitch du Roi du Ring ?
Dimitri Gigault : Salut. Pour faire simple, c’est l’histoire de Tobias qui a découvert le catch lorsqu’il avait 10 ans et qui, depuis ce jour, veut devenir champion du monde (oui, le petit croit que c’est un vrai sport…).

BDE : Tu aimes le catch depuis tout jeune, le Japon tout autant. Cela sonne un peu comme une évidence que ton premier scénario édité tourne autour de ces thématiques.
DG : Tu as dit le mot juste : « édité ». Parce que j’en ai écrit des tas avant : des polars, des histoires d’épouvantes, de l’humour… Et puis un jour, plutôt que d’écrire une histoire qui m’aurait plu, j’ai écrit une histoire sur des choses que je connais. C’était en 2006, je m’en souviens parce que cette année-là il s’est passé plein de choses dans ma vie. Le catch n’était pas encore à la mode à l’époque. J’avais l’univers, j’avais les thèmes ; il ne me restait qu’à trouver une intrigue qui me permette de mettre tout ça en musique.

BDE : Tobias rêve de devenir champion du monde de catch. Et toi, plus jeune, en as-tu rêvé ?
DG : Je ne crois pas, même si je devais sauter sur mon lit en m’y croyant à mort. Contrairement à Tobias, je ne me souviens pas de la première fois que j’ai vu du catch. Je sais que c’était sur Canal+ et que c’était les Superstars du catch, avec Hulk Hogan, qui était déjà vieux. Ça devait être en 1985 ou 1986 (là je parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître).

BDE : Le Roi du Ring est-il avant tout destiné à un lectorat fan de catch ou les néophytes peuvent-ils y trouver leur compte ?
DG : Ça se passe dans le monde du catch, mais il y a plein d’autres choses. Ça aurait pu être du base-ball ou du basket-ball, mais je ne connais rien à ces deux sports. Le catch n’est qu’un prétexte, même si tout ce qui se passe sur le ring est crédible (j’allais mettre vrai). Je suis loin de tout connaître, et plein de gens doivent en savoir plus que moi, eux n’apprendront rien. Mais ce n’est pas le petit guide du monde du catch, et comme il ne faut pas parler latin couramment pour apprécier les aventures d’Alix, tout le monde peut lire et aimer Le Roi du Ring. Après il y a des petites références (sur le catch, sur le Japon) de temps à autres que seuls des amateurs pourront relever, mais elles sont discrètes et dans des coins de cases.

BDE : Les BD sur le catch se sont multipliées ces dernières années mais la plupart étaient axées sur un ton humoristique. Quel regard portes-tu sur ces albums ?
DG : Je suis prêt à les défier quand ils veulent sur le ring au prochain gala. En équipe, avec mon dessinateur. A force de dessiner des tas de prises sous tous les angles, il est devenu un vrai technicien.


BDE : Justement, est-ce que Julien Rolland avait déjà des connaissances en matière de catch ou l’as-tu conseillé pour dessiner l’album ?
DG : Il n’aime pas du tout le catch et n’y connaissait rien. Mais grâce à
des cours intensifs et à des tonnes de vidéos, que je lui ai donné ou qu’il a cherché tout seul, maintenant il sait faire la différence entre un lariat et une corde à linge.

BDE : Pourquoi avoir intitulé ta série Le Roi du Ring ?
DG : Il existe un tournoi aux États-Unis du nom de « King of the Ring », et un au Mexique « Rey de Reyes ». Il y a aussi une bonne équipe du nom de King of Wrestling. Beaucoup de catcheurs ont un personnage de roi, pendant une période plus ou moins longue, comme Jerry Lawler qui doit être le plus connu. Donc le mot « king » (ou roi) est souvent associé au catch.

BDE : Cet album est l’un des premiers proposés par MyMajorCompany BD. Comment a-t-il été sélectionné ?
DG : Alors ça… Comment ? Je ne saurais pas dire, il faudrait le demander à MMCBD. Pourquoi ? C’est facile, ce livre a toutes les qualités requises, c’est évident.


BDE : Cette sélection a repoussé la date de sortie du tome 1 à début 2012 alors que celle-ci était initialement prévue pour le premier semestre 2011. Avec ce laps de temps supplémentaire, avez-vous déjà comment à plancher sur le deuxième et dernier tome de la série ou avez-vous plutôt peaufiné le tome 1 ?
DG : Les deux, général Bulle. On bosse comme des fous : entraînement le matin, bd l’après midi et gala le soir.

BDE : Quel plus apporte MyMajorCompany BD à votre album qui sortira de toute façon de manière certaine chez Dargaud ?
DG : Une exposition médiatique certaine d’une part et un contact avec nos futurs lecteurs d’autre part. Et puis maintenant j’ai un compte Twitter et un compte Facebook (même si je ne sais toujours pas comment ça marche).

BDE : Les édinautes finançant chaque projet sur MyMajorCompany BD peuvent suivre l’avancée de ce dernier, donner des conseils, des idées… Qu’attends-tu d’eux ?
DG : Des avis surtout et sur tout. Cela change pas mal de choses de faire un livre « tout seul » dans son coin et de le faire devant des gens. Peut-être qu’on a laissé des incohérences, peut-être qu’une case contiendra une erreur (comme cela arrive tout le temps au cinéma). En tant que lecteur on voit ces choses que les auteurs ne voient pas parce qu’ils ont le nez dans le guidon (en l’occurrence pour nous, c’est la tête dans le ring).

BDE : Pour conclure, peux-tu nous donner trois raisons d’investir sur ton projet ou tout simplement d’acheter l’album à sa sortie en librairie ?
DG : Seulement trois ? J’en avais préparé plus… Ça ne va pas être facile de choisir, elles sont toutes aussi intéressantes les unes que les autres. Alors je dirais déjà que le dessin et les couleurs valent le coup, Julien fait un super boulot. Ensuite le lecteur passera sûrement un bon moment pendant la lecture, on fait tout pour en tous cas. Et enfin à tout seigneur tout honneur, l’histoire est inédite et originale et la narration est somptueuse. 😛

BDE : Merci à toi !
DG : Merci !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 28 octobre 2011.

© Dargaud/MyMajorCompanyBD 2012/Gigault/Rolland
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*