Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » La Chambre de Lautréamont (Corcal, Edith) – Futuropolis – 19€

La Chambre de Lautréamont (Corcal, Edith) – Futuropolis – 19€

Parution : 01/2012

Auguste Bretagne, poète imbibé du Paris du XIXeme siècle, vivote tranquillement des rentes que lui offre son emploi de feuilletoniste à la Gazette de Paris. Sa sérénité d’esprit serait sans doute fort aise de ne subir les moqueries des poètes Rimbaud, Verlaine et Cros. Ces derniers, regroupés en un farfelu cercle, goûtent le plaisir de déconfire leurs contemporains. L’apparente amitié qui lie la belle Emily à ces espiègles poètes empiète amplement sur sa relation amoureuse avec le pauvre Bretagne dont l’honneur est doublement écorné. Il s’en accommode fort bien, à l’abri du cabinet de curiosités morbides qui lui sert de chambre. C’est de cet amoncellement d’objets horrifiques qu’il tire l’inspiration nécessaire à l’écriture de ses feuilletons. Ou alors est-ce peut-être de la mémoire atomique du lieu ou du spectre de son illustre locataire, le comte de Lautréamont ? L’insignifiant Bretagne, à son insu témoins d’événements malencontreux, va découvrir la stupéfiante histoire de la découverte du Paléophone, de la bande dessinée et surtout percera à jour et au figuré (?) le mystérieux Rimbaud.
Un album hommage à une époque et à un courant de pensée qui précède le surréalisme et fait la nique à la stricte rigueur classique. Lautréamont, référence ultime de ce courant, auteur décrit comme précurseur de la pataphysique, la « science des solutions imaginaires », inspire ici le récit d’Edith et Corcal mais également les pré et postfaceurs Alain David et Bernard Maisonnet. Ces derniers apportent toute la rigueur scientifique nécessaire à la validation historique de ces personnages dont certains ont totalement disparu des manuels. Un album obscur et drôle qui excave un pan de l’histoire de la littérature.
Plût au ciel que le lecteur, enhardi et devenu momentanément féroce comme ce qu’il lit, trouve, sans se désorienter, son chemin abrupt et sauvage, à travers les marécages désolés de ces pages sombres et pleines de poison; car, à moins qu’il n’apporte dans sa lecture une logique rigoureuse et une tension d’esprit égale au moins à sa défiance, les émanations mortelles de ce livre imbiberont son âme comme l’eau le sucre (Les Chants de Maldoror – Chant Premier – Strophe 1).

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*