Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Paul Salomone – Dessinateur de L’Homme qui n’aimait pas les armes à feu

Rencontre avec Paul Salomone – Dessinateur de L’Homme qui n’aimait pas les armes à feu

Paul Salomone participait à son premier festival d’Angoulême le mois dernier, nous en avons profité pour aller lui poser quelques questions sur sa première série, L’Homme qui n’aimait pas les armes à feu.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages de l’album en fin d’interview.


Bulle d’Encre : Bonjour Paul. Tout d’abord, peux-tu nous raconter ta rencontre avec Wilfrid Lupano ?
Paul Salomone : Comme beaucoup de dessinateurs, j’avais déposé des projets aux éditions Delcourt, il s’est avéré qu’au même moment Wilfrid cherchait un dessinateur pour cette série (NDLR : L’Homme qui n’aimait pas les armes à feu) et que mon trait semblait correspondre à ce qu’il souhaitait voir dans la série. L’éditeur a organisé une rencontre et, après avoir discuté tous les deux, nous avons décidé de réaliser cette série ensemble.

BDE : Était-ce un univers qui t’attirait avant de te lancer dans cette aventure ?
PS : En fait, le projet que j’avais proposé à l’époque était un projet western, ça a certainement joué en ma faveur et c’était donc un heureux hasard.

BDE : Quel est ton western préféré ?
PS : En ce qui concerne les films, j’aime beaucoup Mon nom est Personne avec son côté un peu alambiqué et décalé. Ce sont ces aspects qui m’ont plu dans ce film, je m’ennuierais plus vite sur un western qui est vraiment trop sérieux où les duels sont omniprésents. Je n’ai pas vraiment de références, par contre, au niveau BD.

BDE : T’es-tu inspiré de certains westerns pour travailler le graphisme de cette série ?
PS : Pas vraiment, en fait pour tout vous dire, je n’ai pas vécu la réalisation de cet album comme un western réellement. On est dans le contexte western, l’histoire se déroule en 1899 dans l’Ouest américain, mais je n’ai pas cherché à répondre à tous les codes du genre. Même s’il est vrai que le début du récit avec l’attaque du train peut laisser penser le contraire, petit à petit on apporte d’autres éléments au genre.


BDE : Tu as quelque peu changé de techniques entre les tomes 1 et 2. Pour quelle raison ?
PS : Il y a diverses raisons, tout d’abord l’envie de changer de technique, d’explorer d’autres pistes. Il est vrai que le tome 1 a été réalisé entièrement avec une technique traditionnelle au crayon mais pour le tome 2 j’ai encore quelques planches réalisées de la même façon. Le reste de l’album a fait à la palette graphique. Pour le tome 1 comme pour le tome 2 le storyboard a été réalisé à la tablette graphique. C’est beaucoup plus confortable pour faire des modifications, cela permet un gain de temps également. Je suis en train de boucler le tome 2 et pour le tome 3 que je vais débuter prochainement je pense que je vais repartir sur une technique traditionnelle. J’en ai envie donc il n’y a aucune raison de s’en priver.


BDE : L’Homme qui n’aimait pas les armes à feu est ta première série, mais on sent déjà en toi une certaine maîtrise digne d’un auteur déjà expérimenté. As-tu malgré tout rencontrer des difficultés à réaliser ce premier album ?
PS : C’est mon premier album, je me suis forcément posé plein de questions. Mais j’ai trouvé les réponses en réalisant ce tome 1. Cela me permet d’avancer plus vite sur le nouvel album même si de nouvelles interrogations arrivent et permettent de progresser sans cesse. Maintenant, il est vrai que je ne suis pas non plus débutant puisque j’ai réalisé quelques planches pour des magazines, j’ai fait de l’illustration… Je me suis fait la main avant de me sentir prêt à me lancer dans un long projet car cela représente une année complète pour réaliser un album voire quatre années pour l’ensemble de la série.

BDE : Aimerais-tu collaborer à nouveau dans le futur avec Wilfrid Lupano ?
PS : Je suis totalement conquis et convaincu par le travail de Wilfrid. Bien avant de travailler avec lui, je connaissais déjà son travail, notamment sur Alim le tanneur et sur Célestin Gobe-la-Lune. J’affectionnais tout particulièrement sa façon de raconter des histoires, c’est la raison pour laquelle c’est véritablement un honneur pour moi de travailler avec lui. Je pense effectivement qu’à la fin de notre première collaboration sur la série actuelle, on essayera de poursuivre l’aventure sur une autre. Nous avons d’ailleurs déjà commencé à aborder le sujet, donc c’est fort probable que l’on poursuive notre collaboration.

BDE : Merci à toi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 26 janvier 2012.

Premières pages du Tome 1

© Guy Delcourt Productions/Lupano/Salomone/Pieri
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*