Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Un privé à la cambrousse T2 (Heitz) – Gallimard – 21€

Un privé à la cambrousse T2 (Heitz) – Gallimard – 21€

Parution : 01/2012

Le brave Hubert sillonne sa campagne avec la camionnette d’épicerie ambulante Economia. Sa patronne, la Favergeot, veille au grain vu que tout le monde le regarde en coin depuis qu’il se passionne à délier les affaires criminelles les plus importantes de Beaulieu-sur-Morne. Quand Toto, l’envié garde-barrière, est écrasé par le train, notre fin limier se met instinctivement sur les traces de l’assassin. L’odeur fortement tannique de la veuve Zezette va le mener vers une piste sépulcrale… Les prouesses de notre olibrius l’ont contraint à la sobriété et à l’écart des enquêtes qui mettent en péril sa vie. Mais c’est sous le toit familial que se trame quelque chose, le comportement de son propre frère le surprend. L’instinct du chasseur ne trompe pas. Et lorsque l’instituteur craint et respecté de tous annonce l’accès de violence de Bertrand, il lui colle au train. Mais le même sang prédateur coule dans leurs veines, celui-ci le découvre et le rosse copieusement dans le virage de la mort… Cette vieille ruine calcinée serait au cœur d’un mystère dans lequel serait consumé l’amour (fraternel ?) d’une bien étrange manière… Expédié par Bertrand, directement au Chili, pour retrouver son ex belle-sœur : Rose. Le détective quitte son paysage rural pour découvrir les joies des enquêtes internationales. Mais sur le chemin il aperçoit un curé en civil et à ses basques un des patibulaires et crapuleux Figoulon, c’est trop de coïncidences pour un agent de cette catégorie. Il suit l’affaire et se frotte à la canaille avec son panache légendaire et un sens aigu de la cascade. L’affable curé souffrira de sa confesse et Hubert ne rejoindra jamais le Chili, mais dénouera finalement la solution du mystère de ses premières aventures avec pertes et fracas.
Cet album, en un volume de 348 pages, condense trois aventures du privé le plus couru de la cambrousse : Les Fantômes du garde-barrière, Virage dangereux et Au bout du canal. Bruno Heitz, toujours très en verve pour mettre en scène des aventures champêtres, démontre une fois de plus sa maîtrise du polar. Mais ici la noirceur est tronquée, l’intrigue est biaisée et le suspense glisse sur une feuille de betterave ou se prend les pieds dans le tapis de mémé. Si Heitz avait mis en scène Psychose, il aurait mis sous la douche une généreuse ménagère à la beauté pilaire et un assassin bancal au mobile né de la brume anisé d’un café local. Ce qui est savoureux est que derrière la bonhomie des personnages et la cocasserie des situations, l’horreur humaine est tournée en dérision de manière féroce.
Une série qui fleure bon la France profonde et l’humour bougrement addictif.

Alain Lamourette

Chronique du Tome 1



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*