Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Compte-rendu du Salon du Livre de Paris 2012

Compte-rendu du Salon du Livre de Paris 2012


Dimanche 18 mars 2012, l’équipe Bulle d’Encre se rend au Salon du Livre de Paris. Cette année, une sévère politique de contrôle de sacs a été annoncée, pour dissuader les plus acharnés chasseurs de dédicaces, comme le précisait le site du Salon : « Aucun sac à dos contenant des bandes dessinées, chaise pliante ou tabouret ne seront tolérés dans l’enceinte du hall 1 de la Porte de Versailles. Ces sacs devront être impérativement laissés au vestiaire. Enfin, par mesure de sécurité et en application du plan Vigipirate, tout sac laissé dans une file d’attente sans son propriétaire sera immédiatement confisqué et remis au vestiaire par le service de gardiennage ». Premier constat : ceci n’était qu’un effet d’annonce, il n’y avait aucun contrôle à l’entrée (aussi bien pour un chasseur de dédicaces qu’un terroriste du dimanche). Second constat : cette règle n’était pas du tout appliquée.

Une fois ce point de détail passé, que réservait le Salon ? Déjà, une nouveauté : la BD était éclatée sur le site, il n’y avait pas un espace BD mais différents stands plus ou moins proches. Ensuite, comme les années précédentes, les stands des éditeurs de BD étaient vite pris d’assaut et les files d’attente s’annonçaient longues, dès l’ouverture. Les amateurs pouvaient vite être déçus en ne pouvant échanger que brièvement avec leurs auteurs, tellement les contraintes horaires et la longueur des files ne permettaient pas d’avoir une bonne discussion.

Mais la BD n’était pas la seule à attirer les foules, les personnalités présentes étaient elles aussi prises d’assaut et nous n’avons pas pu, contrairement à l’année précédente, les interroger sur leurs goûts BD, sauf quelques rares exceptions. Malgré tout ça, on vous ramène quelques anecdotes croustillantes, et autant laisser la place aux images pour vous en faire part !


Sempé, le dessinateur du Petit Nicolas, était présent et, dès l’ouverture, une foule nombreuse l’attendait.


L’animateur Laurent Mariotte nous a parlé de ses lectures BD. Il est resté très attaché à ses classiques – Lefranc, Tintin, Astérix – et lit aujourd’hui beaucoup moins de BD, même s’il a gardé une affection toute particulière pour les albums de Frank Margerin et ses classiques qu’il relit avec plaisir.


Le président du Conseil Constitutionnel, Jean-Louis Debré, est lui aussi resté sur les classiques qu’il lisait dans sa jeunesse : Spirou, Tintin, Astérix. Pour lui, on n’a jamais fait aussi bien que Tintin et ce qu’il voit de la production actuelle lui semble bien pauvre. Malgré tout, il espère avoir un peu de temps devant lui pour écrire une BD sur l’Assemblée Nationale.


Le romancier et académicien Erik Orsenna nous a fait part de son conseil de lecture : L’Ombre d’un homme de Benoît Peeters et François Schuiten, septième volume des Cités obscures chez Casterman.



On pouvait aussi retrouver quelques expos, dont l’une célébrait l’anniversaire de la série Naruto.


Nous avons même croisé un des candidats à la Présidentielle, François Hollande, qui obtenait une dédicace pour la BD Iznogoud Président – curieusement, il n’a pas eu à faire de file d’attente…

Et comme à Bulle d’Encre, on aime bien vous ramener des images marrantes, voici la dédicace obtenue par François Hollande !


Et puisque nous parlons d’Iznogoud, l’humoriste et imitateur Nicolas Canteloup était présent pour signer le dernier album du Vizir, qu’il a co-scénarisé. Et c’est là où nous voyons qu’il y a encore de sérieux efforts à faire pour accueillir au mieux les auteurs de BD mais aussi leur public : cette séance de dédicaces ressemblait davantage à du travail à la chaîne, sans réel échange, afin de contenter un maximum de personnes (et de vendre un maximum de bouquins). Dommage que le côté convivial de cet échange auteur-lecteur soit sacrifié.

Et nous terminerons par la phrase du jour, prononcée par une vieille bique voyant les BD : « Ah, encore de la BD, les analphabètes ont pris le pouvoir ». Son lifting raté devait jouer sur son humeur…

Anthony Roux

Tags :

2 Commentaires