Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Jean-David Morvan et Hiroyuki Ooshima – Auteurs de Crime School

Rencontre avec Jean-David Morvan et Hiroyuki Ooshima – Auteurs de Crime School

« Monsieur… Des élèves m’ont totalement dépouillé!
– Vous allez me les désigner. Ceux qui ont participé à ce racket commencent bien l’année. Avec mention spéciale pour le leader… Vous irez retirer vos points bonus au secrétariat de l’école. Ils vous donneront accès à de nombreux avantages. »

Quelques années après une aventure autour de l’adaptation en manga de Spirou qui n’a pas abouti, Jean-David Morvan et Hiroyuki Ooshima sont de retour avec un nouveau projet commun. Parfaitement adapté aux jeunes lecteurs, Crime School a même nommé au prix jeunesse du Festival d’Angoulême. C’est sur place que nous les avons retrouvés pour qu’ils nous parlent de cette complicité qui les unit jusque dans leur vie quotidienne.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour ! Crime School a fait partie de la sélection au Prix Jeunesse du Festival d’Angoulême. Est-ce que cette reconnaissance conforte encore un peu plus votre collaboration ?
Jean-David Morvan : Oui, c’est sûr. C’est même une surprise, je trouve. C’est très bien car on a fait un bouquin jeunesse exprès, avec un ton pour enfants. Alors c’est rigolo de se retrouver dans la sélection jeunesse et on est évidemment content.
Hiroyuki Ooshima : C’est une fierté.

BDE : N’est-ce pas réducteur pour votre travail d’être « catalogué » jeunesse ?
JDM : Non, c’est vraiment un bouquin jeunesse. Ça aurait été très bien – et quand même bizarre – d’être sélectionné pour le Grand Prix, mais on avait peu de chances ! C’est déjà très bien d’être retenu dans une sélection.
HO : Moi ça me plait bien de faire des albums pour les jeunes lecteurs.

BDE : Malgré l’échec du lancement du manga Spirou, vous n’avez pas renoncé à travailler ensemble. Comment avez-vous rebondi sur ce projet ?
JDM : En fait, on a commencé relativement vite à faire cette série. On a même déjà fini le tome 2 et Hiroyuki travaille sur le tome 3. On a voulu attendre un peu qu’il ait avancé pour publier le premier album, histoire d’avoir un rythme de parution raisonnable. Pour un mangaka, réaliser un album avec la couleur complète de cette manière, c’est compliqué. Donc c’était bien d’avoir un peu d’avance.
HO : J’essaie d’avancer assez vite. Pour les couleurs, c’est quelque chose que je prends vraiment plaisir à faire. Je peux en plus utiliser des couleurs très vives sur cette série, c’est agréable.

BDE : Qu’est-ce qui vous a convaincu de collaborer à nouveau ?
JDM : C’est le fait de s’amuser à créer des histoires ensemble. De trouver un mélange entre la BD et le manga. Sans essayer de copier l’un ou l’autre, c’est à dire qu’on essaie de faire quelque chose d’un peu nouveau – même si c’est exagéré de le dire – ou une manière de raconter les histoires qui ne soit ni l’un ni l’autre et qui puisse plaire – ou déplaire – aux deux. C’est un risque à prendre.

BDE : Justement, cette série n’est ni du manga ni du franco-belge classique.
JDM : Non, c’est vrai, il y a une narration et un cadrage particuliers, et un format différent, plus petit. Quand je dis nouveau, ce n’est pas novateur, mais en tout cas on trouve peu de choses dans ce genre-là. En plus, c’est un essai, pour les enfants. Même si chaque nouvelle BD est un essai, car on ne peut pas se contenter de faire toujours la même chose. L’album n’est pas encore sorti depuis suffisamment longtemps pour connaître l’avis du public, mais il faut essayer d’habituer les gens à ça. Même s’il s’agit d’un dessinateur japonais, je ne sais pas si les lecteurs de mangas auront le réflexe d’aller voir dans les rayons BD. C’est un peu la difficulté. On a déjà eu du mal à faire bouger les lecteurs de leurs rayons favoris dans les années 90 quand on a fait Nomad et H.K. En même temps, si on n’essaie pas, on n’y arrivera pas, c’est sûr.

BDE : On a pourtant l’exemple parfait du mélange des cultures.
JDM : Tout à fait. Je pense que c’est lisible par tout le monde. Si on réussit à le vendre au Japon, ce sera bien parce que ce qu’on peut leur apporter et qu’ils n’ont pas, c’est la couleur. Aujourd’hui, à l’époque des tablettes numériques, publier des mangas en noir et blanc, ça fait un peu triste. Hiroyuki est un bon coloriste, c’est un illustrateur au départ. Ça lui prend du temps de faire la couleur, mais c’est joli. J’aime beaucoup ce qu’il fait, les couleurs du tome 2 sont superbes aussi.

BDE : Avez-vous des contacts pour publier Crime School au Japon ?
JDM : Non, mais maintenant que c’est sorti, on va pouvoir le montrer. L’avantage est qu’il est déjà traduit en japonais, puisqu’il fallait une traduction pour Hiroyuki. On a au moins les premières pages à présenter aux Japonais, après on verra…

BDE : Est-ce que les éditeurs japonais cherchent à s’ouvrir sur des productions venant de l’étranger ?
JDM : Je ne dirais pas que c’est quelque chose qu’ils cherchaient mais, depuis le tremblement de terre, j’y suis retourné plusieurs fois et je sens qu’il s’est passé quelque chose. Ils ont une vision différente des choses, j’ai l’impression qu’ils veulent faire quelque chose de plus international. On verra si ça va au bout mais j’ai eu des rendez-vous assez étonnants ces derniers temps, plus ouverts. Probablement que c’est le fait que le manga soit en train de se casser la gueule dans le monde entier, que jusque-là ils n’ont pensé à faire des BD que pour leur marché national et qu’il était peut-être temps d’essayer de conquérir aussi le marché international en ayant des projets avec des gens qui viennent de l’étranger. C’est peut-être une chance.

BDE : Y a-t-il des projets avancés ?
JDM : Ce qu’on fait de plus utile au Japon, c’est l’adaptation de Magnitude 9, l’artbook qu’on a fait chez CaféSalé. Il va y avoir une version japonaise un peu plus petite, avec moins de pages mais des auteurs différents. C’est un beau projet. On a aussi une grosse exposition à Kyoto en mars, pour le premier anniversaire du tremblement de terre, qu’on a montée pour rapporter des sous. Je suis content qu’on ait réussi à avoir une expo. Après, il y a quelques pistes avec les éditeurs japonais mais, ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas là-bas que je gagnerai ma vie pour l’instant. Il n’y a pas encore suffisamment d’ouverture. Il faut avouer que c’est difficile pour eux de travailler avec des gens qui ne parlent pas leur langue. Même si j’ai des traducteurs, c’est très compliqué. Ce serait bien que je puisse apprendre le japonais mais ce ne sera jamais assez bien pour échanger avec eux ! (rires)

BDE : Poursuis-tu ton travail chez Ankama ?
JDM : Je continue comme scénariste mais j’ai arrêté de travailler pour eux comme éditeur. Je suis content de ce que j’ai fait car j’ai deux livres que j’ai apportés et qui ont été nommés ici à Angoulême : le manga Soil d’Atsushi Kaneko, qui est sélectionné pour le Prix Polar, et La Saga d’Atlas et Axis de Pau dans la catégorie grand public. J’en suis très fier. Ça faisait des années que je connaissais le projet de Pau, qu’on en parlait. Je l’ai présenté à des gens et personne n’en voulait. On savait que c’était bien mais il fallait convaincre. Je suis content qu’il soit exposé dans la catégorie générale car il aurait pu être juste nommé pour le Prix Jeunesse, même si le ton est assez dur. Il a tellement galéré sur ce projet que je suis heureux pour lui.

BDE : Pour l’anecdote, alors que Jean-David est parti vivre au Japon, vous êtes venu vous installer en France. C’est plutôt original comme démarche !
HO : Oui ! J’habite maintenant à Reims, la ville d’où vient Jean-David. On a presque échangé nos maisons ! (rires) Je travaille à l’atelier 510TTC, avec d’autres dessinateurs. J’apprends un peu le français avec eux mais c’est difficile. Et eux ne parlent pas japonais. Certains parlent un peu anglais, on communique comme ça. Il faut aussi d’adapter à une nouvelle culture, une nouvelle alimentation, un nouveau climat. Mais j’aime beaucoup vivre ici.
JDM : C’est vrai que c’est amusant. Quand il est arrivé, je lui ai prêté mon appartement, mais je n’ai pas pris le sien. J’habite à Mitaka, pas très loin au sud de chez lui. Le seul problème est qu’il n’y a pas de ligne de métro pour y aller, sinon c’est pratique. Bizarrement, au Japon, les lignes de métro sont horizontales mais pas verticales…

BDE : Merci beaucoup à vous deux !
JDM : Merci à toi, et à une prochaine fois !
HO : Merci.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 26 janvier 2012.

© 2011 Dargaud/Morvan/Ooshima
Photo © BDE/A.G.
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*