Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Pierre-Mony Chan – Dessinateur de Cross Fire

Rencontre avec Pierre-Mony Chan – Dessinateur de Cross Fire

« Faire reposer l’obélisque sur quatre lions en bronze, y placer des références au lion de la tribu de Juda… Le défi du livre scellé de l’apocalypse… Il me sera plus compliqué de placer une statue de Judas parmi les apôtres de la colonnade… Ce sera une gigantesque devinette! Gravée à jamais dans un livre de pierre! Et Saint Pierre aura la clef pour décoder ce livre! »

Toujours aussi palpitante, la série imaginée par Jean-Luc Sala approche de son dénouement. Habile mélange de plusieurs genres, Cross Fire a su s’imposer au fil des albums comme une référence reprenant le meilleur de ses diverses influences. Puisque les aventures de Sofia, Angelo, Anna et Gina sont sur le point de son conclure – en beauté on l’espère – nous avons profité de la venue de Pierre-Mony Chan au Salon du Livre de Paris pour discuter avec lui de ce titre qui l’a révélé et qui marquera forcément la suite de son parcours.

Chronique du Tome 6

Retrouvez les premières pages de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Quel est ton ressenti presque à chaud sur ce sixième album de la série ?
Pierre-Mony Chan : Il a été laborieux ! (rires) Plus sérieusement, c’est l’avant-dernier tome du cycle, mais il a été plus long à sortir pour diverses raisons. La première est qu’on m’a proposé un autre projet en parallèle chez Delcourt et que du coup j’essaie de trouver des astuces pour gagner du temps sur mon travail puisque je fais le dessin et la couleur sur Cross Fire. Le plus long reste la couleur alors je lance un appel : « toi, coloriste qui te sens capable de travailler sur Cross Fire, je t’attends ! »

BDE : La couleur prend-elle plus de temps que le dessin ?
PMC : Oui, pour moi et pour ce type de couleur. On peut imaginer que le dessin – suivant le degré de documentation nécessaire car c’est du contemporain et qu’on reprend beaucoup de lieux existants – peut aller d’une journée pour une planche simple à deux/trois jours maxi. Alors que la couleur prend toujours deux à trois jours. La différence ne paraît pas énorme mais, sur les 46 pages d’un album, on a presque deux mois de plus rien que sur la couleur.

BDE : Tu as justement laissé à d’autres la préparation des couleurs sur les derniers albums. En quoi cela consiste-t-il concrètement ?
PMC : Dans un monde idéal et dans ce que je recherche, çà consiste à trouver un coloriste qui utilise déjà le même logiciel que moi, ce qui n’est pas courant puisque Photoshop a d’ordinaire la cote dans le milieu des graphistes alors que j’utilise Painter. C’est un logiciel plus laborieux, qui plante beaucoup plus, mais qui me plait car j’ai commencé avec lui il y a 15 ans. Il faut donc trouver quelqu’un qui a le même outil et qui pourrait m’avancer les couleurs jusqu’à un certain point, qui me permettrait de ne passer qu’une journée pour finaliser la planche et lui donner l’unité des premiers tomes. Concrètement, il s’agit de dégrossir, donner les indications d’ombre et lumière sur les décors et les visages des personnages, etc.

BDE : Est-ce que ça devient un peu contraignant pour toi ?
PMC : Non, parce que j’adore faire la couleur. C’est pour ça que ça m’embête de devoir passer la main, ou tout du moins une partie. Ça reste un plaisir pour moi.

BDE : Tu n’as toujours pas trouvé la perle rare ?
PMC : On a peut-être une piste en Suède… Jenny, une jeune artiste qui nous a contactés puisqu’on avait déjà lancé une annonce sur DeviantArt qui nous avait amené pas mal de réponses. Elle fait du très bon travail, peut-être que ça fonctionnera.

BDE : Avec ce sixième tome, la série a dépassé les cinq prévus au lancement.
PMC : Oui ! (rires) Disons que c’était une projection qui nous semblait beaucoup à l’époque, surtout quand on se lance dans la BD. Il fallait tenir l’intérêt et avoir suffisamment de lecteurs, car on sait très bien que beaucoup de premiers tomes chez Soleil n’ont jamais eu de suite. Pardon aux lecteurs, les auteurs sont aussi victimes de ça. Au final – et c’est peut-être ce qui a fait la différence avec d’autres récits – on a un mélange de religion, d’action à la James Bond, de comédie. On a aussi des personnages aux caractères bien trempés et bien identifiés, pour lesquels on a ménagé des scènes rythmées où ils s’affrontent, se battent, etc. Jean-Luc a fait un super boulot, c’est très bien équilibré. Il arrive toujours dans chaque album à doser ces éléments et, malgré tout, à réussir à faire avancer le scénario puisqu’il y a une vraie trame derrière. C’est donc pour pouvoir utiliser tout son matériau qu’il a dépassé les cinq tomes prévus.
Sur le dernier tome, on va essayer d’avoir un petit cahier supplémentaire pour exposer tous les travaux de recherches qu’il a faits. C’est à la fois notre force et notre faiblesse de faire croire que ce n’est que du divertissement alors que tous les sujets ésotériques abordés ont fait l’objet d’études de spécialistes des religions. Toutes les hypothèses utilisées ne sont pas farfelues, elles sont réelles même si elles ne viennent pas des courants les plus importants ou les plus connus. On va donc essayer d’étoffer la fin avec des annotations.

BDE : Il y a aussi du travail sur l’aspect visuel, sans être forcément aller en Irak !
PMC : Ah non, pas encore, peut-être dans 20 ans ! (rires) Par contre, Jean-Luc a visité Rome, Israël, c’est une passion ancienne pour lui. Cross Fire lui vient de ça, il l’a imaginé il y a 15 ans. C’est parce qu’on s’est retrouvé tous les deux au chômage qu’on s’est lancé sur le projet. Il a réussi à mettre en forme toutes ses idées, toutes ses thèses.

BDE : Et le succès a été rapide.
PMC : Un succès relatif. Je pense qu’on est arrivé au bon moment. Ce type d’histoire n’existait pas, je crois, en dehors du Triangle Secret ou du Troisième Testament qui avaient la même thématique mais dans un autre ton, plus lourd et plus sérieux. Alors que nous, on avait le cul entre trois chaises : action, comédie et secrets religieux. Au même moment, il y a eu le Da Vinci Code, on aurait pu se faire taxer de suiveurs alors que le projet était en gestation depuis longtemps. On peut juste dire que le sujet était clairement dans l’air du temps. L’éditeur nous a permis d’aller jusqu’au bout, il est même demandeur d’une suite car c’est un peu un OVNI chez eux aussi. On a d’ailleurs commencé dans la collection Soleil Levant – qui n’existe plus – parce qu’il y avait des affinités avec le manga sans autre argument…

BDE : La reprise de Soleil par Delcourt n’a donc pas changé la donne ?
PMC : Non. Je sais juste qu’on a tous flippé car c’était un événement assez fort. Ce n’était pas des maisons connues pour s’aimer particulièrement, elles étaient concurrentes, avec des styles et des catalogues différents. Il y a donc eu quelques angoisses, ça durera peut-être encore un peu durant les premières années. C’est difficile pour tout le monde, on n’échappe pas à la crise, d’autant que les loisirs sont souvent les premiers à être supprimés. Mais à notre niveau, on n’a pas vu de changement.

BDE : Cross Fire s’est même vu adapté pour le marché américain sous le titre Spin Angels. Qu’en as-tu pensé ?
PMC : Ils ont eu les quatre premiers tomes traduits, mais il y a peu de chance qu’il y ait la suite. A priori le deal avec Marvel est terminé car je pense que cela a été des méventes assez conséquentes. Dans l’autre sens, je ne sais pas non plus si les albums Marvel ont trouvé public chez Soleil. Moi, j’étais très content d’avoir cet album, j’ai pu l’offrir à des Américains en me la pétant un peu avec le logo Marvel ! (rires) A part ça, ça ne m’a pas servi à grand chose.
Mais c’est une chouette expérience de les recevoir en fascicules format comics, ça fait quelque chose quand même. Tout s’est fait grâce à Olivier Jalabert, qui est un expert du marché américain, cinéma et comics, et qui a permis que ça fasse. Il n’y a pas eu le succès escompté de part et d’autre mais ça a eu le mérite d’exister. Comme nous, les Américains misent sur leurs anciennes licences sans lancer trop de nouveautés. On retrouve toutes les préquelles, La Jeunesse de Machin, Les Origines de Truc
Tous les éditeurs font ça en ce moment, ce qui est normal quand on voit des premiers tomes se vendre à 800 exemplaires. Il ne peut pas y avoir de suivi.

BDE : Merci beaucoup à toi !
PMC : Merci.

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Victor Sing.

Interview réalisée le 18 mars 2012.

Premières pages du Tome 1

© MC Productions/Sala/Chan
Photo © BDE/A.G.
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*