Accueil » Univers Comics » Chroniques Comics » Terminator T1 (Whedon, MacDonald, Jackson) – Soleil – 13,95€

Terminator T1 (Whedon, MacDonald, Jackson) – Soleil – 13,95€

Parution : 04/2012

Pasadena, en 2029. L’humanité a subi le Jugement Dernier, l’attaque des machines menée par l’intelligence artificielle Skynet. La Terre n’est plus qu’un gigantesque champ de bataille où les Humains tentent de s’organiser au mieux pour survivre. Regroupés en colonies protégées par quelques vaillants combattants, nombreux s’en remettent aux ordres de John Connor, le chef de la résistance. Notamment le jeune Kyle Reese, tout juste rentré de mission quand Pasadena est attaquée par une cohorte de cyborgs T-800. Dans leur fuite, les rescapés tombent sur un groupe de franc-tireurs qui a prévu d’attaquer un complexe tenu par l’ennemi. Alors que Kyle est appelé par Connor afin de remplir une mission ultra-secrète, son ami Ben découvre un vieil homme étrange qui ne souhaite parler qu’à lui…
Alors que la franchise n’a pas terminé de squatter les salles de cinéma, puisqu’un cinquième film est en projet actuellement, cette version comics apporte sa contribution à l’histoire. Le démarrage dans un futur apocalyptique situé peu après le dernier volet, Terminator : Rédemption, commence doucement, présentant la condition humaine au milieu des ruines de notre civilisation. Aux côtés de Kyle et Connor, un nouveau personnage fait son apparition et on se doute que l’action sera centrée sur lui. Passée cette phase d’introduction classique, sans grande surprise, la suite se révèle nettement plus originale et même surprenante. Pour ne pas gâcher cette surprise, disons que Zack Whedon, le petit frère de Joss – le créateur de Buffy et réalisateur d’Avengers – parvient à trouver un angle inédit qui, en reprenant la trame du voyage dans le temps de Kyle, offre une suite audacieuse et intrigante. Lui aussi passé par la télé, il s’est fait la main sur des scénarios de la série Deadwood et plus récemment Fringe. Ce passage par le comics étant déjà réussi malgré un exercice de style délicat, un bel avenir lui est promis. Le dessin d’Andy MacDonald, fluide et agréable, évite l’écueil d’une représentation trop détaillée ou trop simpliste des Terminators. La couleur de Dan Jackson l’aide aussi en restituant une ambiance assez fidèle aux films.
Loin d’une énième version ou d’une approche commerciale, cette mini-série surprend et réjouit. Le futur de l’aventure se déroulera dans le passé, c’est à dire dans notre présent… ou presque. Pas besoin de comprendre, il suffit de lire !

Arnaud Gueury



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*