Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Frederik Peeters – Auteur d’Aâma

Rencontre avec Frederik Peeters – Auteur d’Aâma

A l’occasion de la sortie du Tome 2 de la série de science fiction orchestrée par Frederik Peeters, Bulle d’Encre vous propose de revenir sur l’interview réalisée pendant le festival d’Angoulême 2012.

Chronique du Tome 2

Bulle d’Encre : Aâma est un récit de science fiction qui reprend un grand nombre de codes esthétiques et narratifs de ce genre littéraire. Néanmoins le livre est omniprésent dans l’album, notamment comme moyen pour Verloc de réaliser des flashbacks dans son passé. Ce parti-pris est assez original dans un monde hyper futuriste où existe notamment la technologie des implants génétiques. Comment expliquez-vous la place que prend le livre dans ce récit ?
Frederik Peeters : Je voulais que le personnage soit en décalage avec son époque. A travers cette histoire, je questionne le rapport de l’homme à la technologie, consumériste notamment, au progrès de manière général en l’opposant à la nature par exemple. Il me fallait un personnage qui soit en décalage. Sa posture de questionnement est beaucoup plus dogmatique et radical que la mienne. C’est ouvertement un marginal, voire un activiste, qui décide de refuser en bloc la dictature technologique dans laquelle il vit. C’est juste une façon de créer des tensions dans le récit, si mon personnage n’a pas de problème avec quoi que ce soit, s’il n’a de problème avec personne, il n’y a pas d’histoire. Contrairement à Lupus, j’ai pris cette fois-ci une posture de science fiction : prendre un aspect du monde d’aujourd’hui, l’étendre, le déformer et le caricaturer.

BDE : Le livre serait alors quelque chose de dépassé par la technologie ?
FP : C’est un mélange de plein de choses et c’est toujours assez délicat d’expliquer d’où viennent les idées. Mais ça a sans doute rapport avec les discussions qui traînent dans le milieu de l’édition. Les gens sont comme des lapins dans les phares d’une bagnoles avec « le iPad ! Le machin ! On va tous crever ! Comment on fait ? Vite, il faut qu’on mette au point un système pour lire la BD sur iPad, etc. » Je n’ai pas envie de ça. Je m’en fous du iPad. En l’occurrence, l’objet est très joli et sympathique mais pas pour lire des BD. Cela n’a aucun intérêt. Ce sont des questionnements qui obsèdent un peu tout le monde. Alors ça m’intéressait de faire de mon personnage un antiquaire. Un mec qui vit dans une espèce de paradis perdu. Il a une vision du passé complètement idyllique où tout le monde lisait des livres, était extrêmement cultivé et parlait dans des cafés. Ce qui n’est évidemment pas le cas puisqu’on imagine le passé toujours plus beau que ce qu’il était en réalité.

BDE : Trois personnages centraux sont présents dans ce récit et dès la couverture : Verloc, personnage dont on a parlé, anachronique, marginal, qui en souffre…
FP : …Il souffre plus de ne plus pouvoir voir sa fille. Sa femme l’a quitté. Mais c’est à cause de son décalage qu’il ne peut plus voir sa fille, ça c’est vrai. Mais son décalage en soi ne le fait pas souffrir. Il est convaincu d’avoir raison. Il est convaincu que tout ces gens sont des cons et qu’ils sont ramollis du cerveau !

BDE : À l’opposé de Verloc, il y a son frère Conrad, personnage ambitieux, qui semble froid et qui affiche une parfaite maîtrise de la situation et de tous les événements. Il cache une certaine forme d’empathie, un humanisme. Il est né dans une autre sphère. Il a un peu plus de hauteur, un peu plus de recul…
FP : Il est vraiment dans le monde, dans son époque. Il a décidé d’embrasser tout ça et de ne pas aller contre.

BDE : On sent qu’il a des desseins supérieurs et qu’il souhaite faire évoluer quelque chose, qu’il agit dans quelque chose. Et il y a Churchill, le robot simiesque, aux fonctions de diplomatie et de combat qui est un héros à part entière. Il est finalement très humain dans sa simplicité d’appréhension des choses. Il amène finalement un certain équilibre entre les deux.
FP : Verloc dit d’ailleurs : « Mais c’est fou, nous sommes arrivés à un point de la civilisation où les seules personnes qui savent parler correctement sont les robots. » Et à un autre moment il fait une diatribe où il dit que l’humain n’est qu’un primate, que la seule chose qui le sépare de la bête sauvage ce sont ses habits : « Retirez lui ses habits et tout le monde se jettera à la gorge des uns, des autres ». Et après il s’excuse car il ne voulait pas blesser Churchill. Il y un jeu avec tout ça. Pour l’instant, il n’a pas d’importance réelle car il est soumis à son maître selon les lois d’Asimov qui, ça semble assez logique, existeront probablement. Il est programmé pour obéir à la personne à qui il doit obéir. Ça n’est pas du tout formulé dans les livres mais ça viendra peut-être plus tard ou pas, car là on est dans un monde d’avancement technologique tel que l’intelligence artificielle a depuis longtemps dépassé l’intelligence humaine. Mais on a par une loi décidé de la bloquer. Churchill pourrait être dix fois plus brillant que les gens qu’il est censé protéger. Mais il est bloqué à l’état d’intelligence humaine sauf qu’étant un robot, il n’a pas toutes les ambitions, les tiraillements typiquement humains. Nous sommes aussi dans un monde où tous les gens sont connectés en permanence. Il n’y a plus d’interfaces, de téléphones ou d’objets. Tout ça est greffé dans le cerveau : l’intérieur des paupières est un écran dans lequel on voit tout ce qu’on a à voir. Les gens ont encore moins de temps qu’aujourd’hui à consacrer à la connaissance, à la discussion. Ils ont tout le temps des espèces de fulgurances complètement vides de sens. Churchill, le robot, apparaît bizarrement comme une figure de sagesse. Mais c’est marrant que Conrad semble porter des desseins plus complexes. Pour l’instant je ne suis pas sûr. Il a un rapport non réglé avec leur père, parce qu’il l’a symboliquement trahi en s’embarquant dans la société ultra-moderne. Donc il a un rapport de tension avec Verloc, qui lui est resté fidèle au père, au passé, à la connaissance. Mais en même temps c’est une merde qu’il récupère dans une flaque et qui a raté sa vie. Donc il y a un mélange d’arrogance et de pitié. Mais ils s’aiment comme deux frères qui, même s’ils ne se fréquentent pas, peuvent s’aimer.

BDE : L’Aâma est une substance qui peut transformer la matière au niveau subatomique…
FP : Si tant est que ça veuille dire quelque chose. (rires)

BDE : En tout cas, dans le livre, ça a du sens ! (rires) On pourrait imaginer que la révolte des machines qui ont attaqué la base vient du contact avec l’Aâma. Est-ce que vous sous-tendez que l’avenir des machines serait de se révolter contre les humains ? Ou qu’une substance comme l’Aâma les fasse évoluer et que cette évolution les pousse à la rébellion ?
FP : Ça n’est ni aussi simple ni aussi compliqué à la fois. Je veux bien creuser ça avec vous. Mais si je le fais, j’empiète sur la suite de l’histoire et c’est dommage de la révéler dans une interview. Pour Aâma, d’ailleurs c’est marrant que vous employez un L apostrophe comme si c’était le nom d’un objet ou d’une matière, alors que le nom de cette chose est probablement un numéro de série ou un code quelconque. C’est par mysticisme dû à leur isolement que ces scientifiques appellent cette substance Aâma. C’est devenu une identité avec un nom, comme on dirait Dieu. On ne dit pas je crois en LE dieu, on dit je crois en Dieu. Pour Aâma, les robots ne sont que des données à prendre en compte dans un environnement. Au regard du degré d’avancement technologique de cette substance de robots microscopiques en réseau, les autres robots de la colonie qui creusent la roche et construisent des bâtiments pour les humains sont des jouets primitifs sans aucun intérêt.

BDE : On découvre dans le premier tome que la petite fille de la colonie ressemble comme deux gouttes d’eau à la fille de Verloc. Peut-on établir un lien entre Verloc, Myo, la petite fille et l’Aâma ?
FP : Le personnage de Myo va prendre plus d’importance dans les prochains tomes mais elle n’a pas grand-chose à dissimuler. Elle est, avec les autres scientifique, bloquée dans cette colonie depuis 5 ans. Cette colonie a mis en place un système de rapport, de contrôle et de hiérarchie, très complexe. Elle a suffisamment d’emmerdement avec ça. Donc ne la mêlez pas à tout ça ! (rires) Il y a deux dimensions dans cette histoire. C’est souvent comme ça que les bons récits fonctionnent. Il y a la dimension allégorique, énorme, cosmique : la GRANDE histoire, l’intrigue. Et il y a la dimension ultra-humaine, réduite à son élément le plus simple : l’amour filial d’un père à sa fille. Ce sont deux fils rouges auxquels viennent se greffer plein de trucs. Le grand intérêt est de les conduire de paire et qu’à terme elles se mélangent et qu’on découvre pourquoi je raconte deux histoires en même temps. Mais je ne peux pas vous l’expliquer.

BDE : Quand va sortir le prochain tome ?
FP : Je suis parti pour en faire un par an. Je pense que le prochain sortira pour septembre ou octobre 2012. J’en suis à 54 pages. Je n’ai pas arrêté le nombre de tomes, bien que l’issue soit arrêtée. La question que je me pose est s’il y aura une deuxième issue après la première. C’est un peu le même système que pour Superman. Une fois qu’on a raconté l’enfance de Superman, son arrivée au journal, on peut s’arrêter là. On a déjà une super histoire. Ou alors on peut continuer et raconter comment il se bat contre les forces du mal. Je sais juste comment mon personnage va arriver au journal. Est-ce que je m’arrête là ou pas ? Et puis il y a les digressions, la place que vont prendre les digressions. Je sais exactement où je vais, la route que je vais prendre mais je ne sais pas si je m’arrête dans un hôtel, un restaurant, faire une sieste dans un champ…

BDE : Merci !

Propos recueillis par Alain Lamourette.

Interview réalisée le 26 janvier 2012.

© Gallimard/Peeters
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

2 Commentaires