Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Julien/CDM – Dessinateur de The Zumbies

Rencontre avec Julien/CDM – Dessinateur de The Zumbies

Julien/CDM a sorti quelques instants la tête de sa table à dessins saturée de watts. Rien que pour parler avec nous de ses singuliers héros, sortis de son imagination comme de celle de son scénariste Yan Lindingre, trépassés toujours avides de chair fraiche et de bons sons. Son groupe de morts-vivants continue son rock’n roll circus dans un album – toujours entouré d’une belle couverture – les emmenant cette fois entre festival infernal et studio d’enregistrement sentant diablement le soufre. Welcome en backstage du tome 2 des Zumbies !

Bulle d’Encre : Julien, comment commence le travail avec ton scénariste Yan Lindingre sur cette série, The Zumbies, lancée en livre il y a deux ans et dont tu signes le deuxième opus ?
Julien/CDM : L’histoire est assez marrante. Ces personnages que j’ai créés étaient prévus à la base pour des t-shirts et une grande entreprise française spécialisée dans ce domaine, Goéland pour ne pas les citer ! Les 4 zombies se retrouvent donc sur le papier, et se mettent à me faire réfléchir. Je laisse tout ça reposer, et l’évidence se fait jour : il faut que j’en fasse une BD. Mais comme d’habitude, je galère sur le scénario. Or je commence à croiser à l’époque Yan Lindingre, et lui embraye rapidement en me faisant des propositions. On a commencé à démarcher les éditeurs, et on s’est vite tournés vers Fluide Glacial.

BDE : Tu avais donc un pied dans le rock ?
J/CDM : Oui, via les t-shirts, mais surtout par passion. En écoute comme en interprétation, j’ai mon groupe de rock avec lequel je fais quelques concerts. Je fais aussi des affiches pour d’autres, des pochettes de disques… C’est mon pain quotidien, en écoutant encore plus que je n’en dessine.

BDE : Quelles sont tes références cinéma sur les zombies et en rock ?
J/CDM : Pour présenter le projet à Yan, je lui ai dit « Romero meets the Ramones » ! Du rock déjanté et le film d’horreur hémoglobineux à message sociétal chez Romero. Après, plus personnellement, ça se rapproche de The Cramps, groupe de musique hyperbranché culture Z, en particulier la science-fiction. Mais tu vas trouver dans l’album aussi des références comme Motörhead ou Screamin Jay Hawkins dans le livre. Yan et moi avions des références communes, et je dirais d’ailleurs qu’il a des connaissances bien plus précises que les miennes, notamment sur les Cramps. En revanche, sur les références ciné, c’est un peu plus moi qui l’ai alimenté, en lui passant par exemple des DVD de Rob Zombie. Là où nous avions vraiment autant d’intérêt l’un que l’autre, c’est sur l’aspect rock’n roll circus, toutes les histoires tournant autour des musiciens, notamment en tournée. Récemment, j’ai trouvé passionnant le documentaire Lemmy, sur le leader de Motörhead : le film comme le personnage lui-même, ce sont de vraies grosses sources d’inspiration pour nous. Mis à part sur les morts-vivants, peut-être !

BDE : La plume et l’encre, ça t’est vite paru logique, pour faire ces planches ?
J/CDM : J’ai fait beaucoup d’essais, j’aime bien varier les techniques. Et finalement, je me suis dirigé vers un encrage un peu à l’américaine, qui collait bien aux personnages et l’ambiance générale. Donc plume et pinceau se sont imposés. Mais si j’ai fait un énorme travail sur l’encrage, il fallait que je trouve une solution pour la couleur, pour un peu aérer le tout. Ce qui m’a amené après pas mal de réflexions à une bichromie.

BDE : Comment développez-vous l’humour omniprésent dans l’album, Yan et toi, sur les dialogues, les mises en situation, etc. ?
J/CDM : Un peu comme sur Cosmik Roger, mon autre série : faire se rencontrer deux univers qui n’ont pas grand-chose à voir et jouer sur tous les décalages. Ici, c’est un beau clash entre culture rock et culture zombie. Et en plus, c’est une sacrée liberté, si tu veux envoyer des motards nazis au pied d’un volcan dans un univers rock avec des zombies… tout est permis ! Et il faut le talent d’avoir un scénariste pour amalgamer tout cela.
Finalement, pour Cosmik Roger, je fais rencontrer le monde d’un loser avec l’espace, c’est un peu le même principe ici. Avec Yan, une fois le cadre défini, c’est lui qui apporte l’essentiel des situations. Et derrière, je n’hésite jamais à en rajouter une couche graphique.

BDE : L’album est plus aéré que le premier opus, qui était plus dense dans le découpage. On sent que la série prend son bon rythme de croisière. Tu confirmes ? Cela a-t-il été compliqué à mettre en place ?
J/CDM : Là, pour tout dire, Yan s’était peu arraché les cheveux sur le Tome 1, pour scénariser une histoire qu’on pouvait juste prépublier dans le magazine Fluide Glacial en plusieurs fois. Pour le deuxième, il a pu délier davantage la narration, qui devient plus fluide, profitant de l’expérience du premier. Ce deuxième livre a d’ailleurs un point d’orgue plus cinématographique, avec un climax sur l’île. Sinon, pour le rythme, j’ai eu c’est vrai un peu plus de cases plus calmes, ce qui alterne avec d’autres plus chargées. J’ai eu encore de sacrées planches à dessiner : comme j’ai dit à Yan qu’il pouvait y aller sur la densité graphique, et que je n’hésite jamais à en rajouter… Pffiou, inutile de te dire que j’ai sacrément transpiré pour boucler en juillet.

BDE : C’est l’occasion de croquer quelques gueules connues, avec les personnages secondaires de cet album. Elvis, un tout récent ex-président de la République et son épouse chanteuse…. D’où sont venues ces idées, à toi et Yan ? Et comment les as-tu – bien selon moi – concrétisées dans ton dessin ?
J/CDM : C’est plus à Yan qu’on le doit, sur l’initiative de convoquer telle ou telle figure emblématique. Ça va assez de soi, de faire du name dropping et du coup de dessiner les intéressés. Yan a toujours un discours critique assez sociétal dans ses scénarios. Et quoi de mieux que de faire venir un président déchu, qui amalgame à lui tout seul les exagérations de la vie politique ? Du coup, ça relativise un peu plus l’anormalité des zombies. Leur monstruosité n’est finalement que physique – en plus certes de leur alimentation ! – mais ils ne sont après tout que des musiciens et des zombies. Ce qui les entoure est finalement bien pire, entre fanatiques religieux dans le premier album et producteurs tarés ou motards nazis du second !

BDE : Comment as-tu fait évoluer tes personnages principaux, sur ces nouvelles aventures, loin d’une France de 2023, filant cette fois de concerts en festivals internationaux ?
J/CDM : Alors là, il me semble qu’ils sont encore en France, en tout cas ils n’en sont pas loin. On joue sur les références visuelles un peu pour perdre le lecteur, susciter le décalage. Mais pour la suite, c’est évident que nos zombies pourraient bien filer aux USA. Pour l’instant, les héros suivent un fleuve, qui ne les a pas encore menés dans la mère patrie du rock.

BDE : Pour la suite, qu’attendre de Yan et toi, sur cette série ou ailleurs ? Et toi, quels sont tes autres projets ? Dans quelles aventures va-t-on revoir très vite – tu vois, je suis impatient ! – notamment ton beau Cosmik Roger ?
J/CDM : Le deuxième tome sort ces jours-ci, comme je te le disais, j’ai tiré la langue, même plus que la langue, pour finir. Il faut que je souffle, mais avec Yan, on parle déjà beaucoup de la suite. Chez Glénat, Yan et moi avons sorti en 2011 Bizness is bizness, sur les capitaines d’industrie. La veine est plus dans le pamphlet social, et j’espère vraiment qu’on pourra en faire d’autres. Sur Cosmik Roger, je suis en pleine écriture. Il a été fait pour le journal Fluide Glacial. Pour sa sortie album, à voir, j’aimerais beaucoup, mais la décision ne dépend pas que de moi. Si tout va bien, en 2013 !

BDE : Une petite BO, pour finir, pour lire ce deuxième opus de tes Zombies rockers ?
J/CDM : Je suis super dépendant de mon contexte, pour Cosmik Roger c’est direction l’ambiance musicale SF pour là où je dessine. Et, donc, pour nos Zombies, on peut écouter Goo Goo Muck repris par les Cramps. Ensuite, mettre White Line Fever de Motörhead, ce qui correspond bien aux personnages toujours en train de cavaler. Et pour finir, I put a spell on you de Screamin Jay Hawkins. Parce que les personnages le jouent dans l’album. Et que ça ouvre sur la magie noire, thème qu’on a effleuré dans le premier tome pour expliquer rapidement d’où sont venus les héros. Et qu’on compte bien plus exploiter dans la suite !

Propos recueillis par Damian Leverd.

Interview réalisée le 30 août 2012.

© Fluide Glacial/Julien/CDM/Lindingre

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*