Accueil » Univers Comics » Chroniques Comics » A Game of Thrones – Le Trône de Fer T1 (Abraham, Patterson) – Dargaud – 13,99€

A Game of Thrones – Le Trône de Fer T1 (Abraham, Patterson) – Dargaud – 13,99€

Parution : 11/2012

L’hiver vient. Au-delà du Mur, gigantesque structure protégeant le royaume dit civilisé des sauvages et de créatures dangereuses, une menace gronde et les hommes chargés de le protéger, la Garde de Nuit, peinent à obtenir de nouvelles troupes. Au sein du royaume, le roi Robert se rend chez son ancien frère d’armes, le seigneur Stark, un homme du Nord, pour lui proposer le titre de Main du Roi, une sorte de Premier Ministre. Son prédécesseur est mort et sa veuve, la sœur de l’épouse de Stark, accuse une grande famille de l’avoir assassiné… Grande famille dont est issue la reine et dont les autres membres occupent des postes importants dans le royaume. Et pour couronner le tout, le fils du précédent roi complote afin de récupérer son trône en faisant épouser sa sœur au chef d’une horde de cavaliers, capable de ravager tout le royaume.
Difficile de résumer un tel récit. Pour celles et ceux qui n’ont pas encore entendu parler du Trône de Fer, il s’agit à l’origine d’un cycle de romans (non achevé à ce jour), devenu un best-seller et adapté en une série télé qui cartonne. De là ont découlé pas mal de produits dérivés et il était logique que la BD soit aussi touchée par ce phénomène. Le souci est que chaque tome du Trône de Fer est un gros pavé où les intrigues des uns et des autres se découvrent, où les personnages évoluent, vivent, meurent et qu’il est par conséquent difficile de lui faire subir une cure d’amaigrissement pour entrer dans le format BD. Le résultat n’est finalement pas si mal, étant donnée la complexité de la tâche. Mais forcément, celui qui connaît l’œuvre d’origine regrettera le manque de profondeur des personnages, le survol des enjeux et celui qui la découvre pour la première fois risque de passer à côté de ce qui fait la force de cette saga. Côté graphique, l’impression est aussi la même : il est difficile de donner corps à de tels personnages, évoluant dans cet environnement sombre et autant certaines planches sont tout simplement magnifiques et rendent vraiment compte de cet univers, autant d’autres paraissent être traitées trop rapidement, notamment du côté des personnages. Ces derniers se ressemblent assez, trop lisses, trop uniformisés : les plus moches ne sont pas si laids que ça, les petites jeunettes semblent avoir eu une poussée de croissance (peut-être une question de censure afin de les vieillir graphiquement pour éviter de voir une enfant se faire tripoter par un gros barbare), tandis que d’autres personnes semblent avoir rajeunies. Et cette physionomie s’accompagne d’airs ravis et de beaux sourires. Difficile alors de saisir toute la gravité de l’histoire.
Une adaptation d’une saga déjà culte et complexe mais qui comporte encore quelques imperfections.

Anthony Roux



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*