Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Sailor Twain ou La Sirène dans l’Hudson (Siegel) – Gallimard – 25€

Sailor Twain ou La Sirène dans l’Hudson (Siegel) – Gallimard – 25€

Parution : 01/2013

A quelques encablures du pont de Brooklyn, étouffée dans les fumées de cette fin d’un XIXème siècle sur les chapeaux de roues de l’industrialisation massive, une gargote rince la tristesse d’un marin sous une averse de spiritueux. Les yeux dans son verre, il ne prête guère plus attention à grand chose, pas même à la belle et élégante silhouette qui tente avec difficulté d’établir la communication. Mais le marin n’est qu’homme et sa détermination fléchit quand on sait la soudoyer. Alors, devant une nouvelle bouteille et un mystérieux pendentif, le marin se met à table et raconte son aventure de capitaine de la Lorelei, bateau à vapeur sur l’Hudson qui charrie autant de passagers que de légendes et de mystères. Lafayette, le propriétaire, mène à son bord de nombreuses conquêtes féminines mais semble animé par la volonté d’élucider la mort mystérieuse de son frère. Le capitaine Twain, pourtant bon catholique, va étonnamment chercher derrière les apparences et les faux semblants et plonger dans les eaux troubles de la passion et de l’intrigue. Cette lancinante et mystérieuse mélopée qui l’attire va le conduire bien loin de ce qu’il pensait trouver.
Un roman graphique de 400 pages traité dans sa totalité au fusain qui n’est pas sans évoquer Charles Dickens, Robert Louis Stevenson et Mark Twain. Ce dernier, à l’instar du héros de cet album magistral, a travaillé sur un bateau à vapeur, mais sur un autre fleuve mythique, le Mississippi. Mark Siegel claironne cet hommage vibrant aux légendes et aux folklores du nouveau continent, hérités de cet incroyable brassage de culture et de population. Le récit, entre deux eaux, est celui d’une époque où les mythes américains ne sont pas totalement révolus par les saillies modernistes et l’envolée du capitalisme. Une époque où la société puritaine et religieuse ne voit pas d’un bon œil la liberté de mœurs incarnée par son personnage français (Lafayette). Elle raille grassement le mouvement féministe des suffragettes, à une époque où le conservatisme préfère se faire doucement peur en écoutant des histoires de sirènes que de céder un peu de terrain aux avancées sociales. Mais quand la réalité dépasse la fiction, nul ne peut s’en tirer indemne, pas même celui qui ne veut pas se mouiller.
Sailor Twain est à la fois un hommage à la littérature américaine et une œuvre humaniste et critique indiscutablement actuelle.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*