Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Mickaël Roux – Scénariste de Confessions d’un canard sex-toy

Rencontre avec Mickaël Roux – Scénariste de Confessions d’un canard sex-toy

Paru il y a quelques semaines, Confessions d’un canard sex-toy semblait à première vue avoir été réalisé par une jeune femme. Deux hommes se cachent pourtant derrière le pseudo attirant de Milly Chantilly. Lors du dernier festival d’Angoulême, nous avons rencontré l’un de ces deux auteurs pour en savoir un peu plus sur cette entreprise atypique…

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour Mickaël. Pourquoi avoir créé ce pseudo Milly Chantilly pour réaliser ce premier album ?
Mickaël Roux : L’idée était que, sur un projet orienté très couleurs douces avec un canard sex-toy, on trouvait cela plus rigolo de prendre le nom d’une minette telle que Milly Chantilly. C’est plus frais que deux moustachus comme nous (NDLR : Arnaud Poitevin et Mickaël Roux).

BDE : Le fait que ce soit une femme qui aborde le sujet des sex-toys semblait à la fois osé et salvateur. N’avez-vous pas peur que les lecteurs soient déçus en apprenant la vérité ?
MR : Ce qui compte au final, c’est ce que l’on a écrit et dessiné, après on l’explique en séance de dédicaces. De plus, dans l’album, nos noms sont mentionnés avec nos contributions respectives sur celui-ci, donc c’est mentir sans mentir.

BDE : Quels ont été les réactions des lecteurs lors des premières séances de dédicaces ?
MR : Le public est vraiment très large, on a aussi bien un public féminin que masculin. Il n’y a aucun souci, je leur explique comment cela fonctionne et ce que l’on a souhaité faire et cela se passe très bien.

BDE : Comment vous êtes-vous partagés la réalisation de cet album ?
MR : Personnellement, je m’occupe de tout ce qui est scénario et story-board et Arnaud s’attaque ensuite au dessin et à la mise en couleurs. Le fait d’être moi-même dessinateur permet de donner une vision assez précise de ce que j’attends d’Arnaud, généralement il ne retouche pas trop mon story-board et il n’a plus ensuite qu’à s’éclater sur le dessin et les couleurs.

BDE : Quel est votre plus grand fou rire obtenu lors de la réalisation de cet album ?
MR : Je pars du principe où si j’arrive à me faire rire – ce qui n’est pas facile non plus car l’humour c’est super subjectif – cela peut faire rire nos lecteurs. On sait que sur la totalité des gags il y a de l’inégalité, c’est assez compliqué en sachant que ce sont des gags en demi-page et que forcément parfois on a des gags plus faciles que d’autres. J’en ai redécouvert certains après le travail d’Arnaud qui amenait quelque chose en plus, c’était assez rigolo. Pour revenir à la question, celui qui m’a bien fait marrer est celui où le canard est par terre et qu’il y a des morceaux de pain qui lui sont jetés, et il répond qu’il est un canard sex-toy, qu’il ne mange pas de pain mais des minous. C’est assez cru mais je trouvais ça assez drôle, humour de mec quoi !!! (rires).

BDE : Humour de mec, mais visiblement le public féminin est au rendez-vous.
MR : Effectivement, il y a une sorte de parité au niveau du public. Les femmes, souvent c’était pour elles, et les mecs c’était pour offrir à leurs copines ou leurs très bonnes copines. Le dessin aide pour avoir une première approche auprès des femmes je pense, à voir ensuite si cela leur plaît…

BDE : Confessions d’un canard sex-toy, one-shot ou possible suite ? Si tel est le cas, pas trop peur de ne pas pouvoir vous renouveler à la longue ?
MR : Je travaille déjà sur la suite tout en ayant une approche différente, c’est-à-dire que l’idée n’est pas de refaire la même chose car on aurait forcément tourné en rond. Sur le second tome, on va partir sur l’intégration de l’homme et ce dernier est jaloux du canard, il va essayer de comprendre comment le canard procure plus de plaisir alors que lui il est là.

BDE : N’avez-vous pas peur d’être comparé à Arthur de Pins et sa série Péchés Mignons ?
MR : Les gens aiment se rattacher à des références, à des choses existantes, je prends la comparaison avec Arthur de Pins comme un compliment. Maintenant, je trouve que, graphiquement, ce que fait Arnaud est totalement différent. Certes les couleurs peuvent laisser penser à Arthur de Pins, mais le dessin, au niveau des minettes par exemple, est complètement différent, on est loin des personnages tout en rondeurs d’Arthur. Je pense que ce dernier travaille sous Illustrator, de son côté Arnaud bosse sous Photoshop.

BDE : Cet album est diamétralement opposé, de par son sujet, à votre bibliographie en général. Pourquoi cette soudaine envie d’aborder un sujet quelque peu tabou (même s’il est moins depuis quelques années) ?
MR : C’est vrai que jusqu’à maintenant j’ai fait essentiellement de la BD jeunesse et c’est ce que j’explique : quand on a envie de raconter des histoires, il faut qu’on soit capable de raconter des histoires dans tous les domaines. Le fait d’avoir une étiquette jeunesse n’empêche pas de raconter des histoires drôles sur une thématique qui est un peu plus sensuelle. Cela m’a fait plaisir de travailler sur cet album, c’était un bel échappatoire également. Du coup on est dans de l’humour adulte, c’est donc une autre manière d’écrire et ça m’a permis de m’ouvrir des portes puisque j’ai signé pour au moins deux tomes sur un projet gags mais ciblé adultes et puis éventuellement une autre grande histoire pour un public un peu plus adulte. C’est bien aussi de savoir se mettre en danger et de changer de registre.

BDE : D’ailleurs, vous êtes le parrain du concours Caisse d’Épargne « A l’école de la BD » suite à la publication de Gaspard et le Phylactère magique. Pouvez-vous nous parler de votre rôle de parrain pour cette édition ?
MR : L’album que j’ai réalisé avait pour thématique « comment apprendre la BD par la BD », du coup la Caisse d’Épargne, qui est le partenaire officiel du concours scolaire à Angoulême, a sauté sur l’occasion pour faire le lien entre une BD pédagogique et eux avec leur concours scolaire. Mon rôle va être d’être jury, de faire un choix pour déterminer les lauréats, c’est une lourde responsabilité, c’est intéressant mais après c’est toujours bizarre de devoir donner des critères. Il y a tout de même des critères affectifs, en plus de ceux donnés par la Caisse d’Épargne, c’est toujours délicat de devoir dire si c’est bien ou pas. Je ne suis heureusement pas tout seul à décider, il y aura certainement des discussions entre les membres du jury et cela promet d’être intéressant.

BDE : Merci à vous !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 1er février 2013.

© Ankama/Chantilly/Roux/Poitevin
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*