Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Olivier Berlion – Auteur de Tony Corso

Rencontre avec Olivier Berlion – Auteur de Tony Corso

Olivier Berlion a rencontré la presse dans les locaux des éditions Dargaud quelques jours avant la sortie du tome 6 de sa série Tony Corso. L’occasion était donc toute trouvée pour discuter de cette série dont le dernier tome remontait à 2009.

Chronique du Tome 6

Retrouvez quelques planches de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Olivier. D’où vous est venue l’idée de créer Tony Corso ?
Olivier Berlion : Mon oncle avait construit une petite maison dans l’arrière-pays, pas très loin de Saint-Tropez. J’adorais ce coin, d’ailleurs j’adore toujours. Je me disais toujours que c’était chouette à dessiner, car la connexion forcément entre l’argent sale, le milieu riche et Saint-Tropez constituait une base intéressante à traiter. Concernant la chemise à fleurs de Tony Corso, c’était avant tout pour montrer qu’il est un personnage cool et décontracté, il fallait qu’il soit hors mode parmi ceux qui vivent à Saint-Tropez. Au moment où je l’ai affublé de cette chemise, je pensais à Al Pacino dans Scarface, qui apparaît dans son premier coup en chemise à fleurs, ça m’avait marqué. Donc, contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette chemise ne m’a pas été inspirée par Magnum. J’ai ensuite écrit l’histoire de Tony Corso que je dévoile au fur et à mesure des différents albums. Avant de me lancer dans l’aventure, je m’étais amusé à créer une fausse biographie de Tony, de son enfance à ses débuts en tant que détective privé.

BDE : Il reste donc encore des choses à dévoiler sur votre personnage ?
OB : Effectivement, plus on avancera dans la série et plus on en apprendra sur le passé de Tony Corso. Ces flash-backs permettent aux lecteurs de comprendre pourquoi il est devenu ainsi et pourquoi il se comporte de cette manière. Tout est basé sur les années de plomb en Italie et ce qu’a fait son père, Tony a vécu tout ça et cela fait qu’il est devenu ce qu’il est aujourd’hui. Cette histoire permet au moins de garder de la distance par rapport à l’argent parce qu’il vient d’un milieu originaire d’extrême-gauche. Cela justifie son ambiguïté vis-à-vis du pognon. A la fois il déteste l’extrême-gauche et en même temps il a baigné dedans, ce qui lui permet d’avoir une distance un peu salutaire dans cet univers qu’est Saint-Tropez. Dans un prochain tome, on peut imaginer les retrouvailles entre le père disparu et Tony…

BDE : La relation entre Nadia et Tony est-elle réellement finie ? Vous ne souhaitez pas que votre héros s’encombre d’une femme ?
OB : Il y a de ça oui, un bon héros n’a pas un boulet aux pieds… (rires). C’est compliqué parce que je ne vois pas un mec bien aller vers des femmes sans vergogne. Il fallait donc que je me débarrasse de Nadia, au moins momentanément, afin que Tony s’aère un peu, car il a peur de s’engager. Il n’est donc pas dit qu’ils ne se remettront pas ensemble à l’avenir.

BDE : Karen, la tueuse qui croise souvent la route de Tony, n’a-t-elle pas un rôle à jouer dans sa vie amoureuse ?
OB : Je ne sais pas quoi faire de Karen en fait. Théoriquement, elle est pratiquement asexuée, elle répète souvent « on ne me touche pas ». Tony et Karen ont un parcours en commun sauf que lui a choisi le côté pur alors qu’elle a choisi le côté sombre. Tout ce qu’ils ont vécu est assez similaire donc ils se reconnaissent, ils se respectent, mais je ne suis pas certain d’avoir envie de les mettre ensemble au lit.

BDE : Tony Corso possède-t-il certains de vos traits de caractère ?
OB : Oui, tout à fait. On ne menace pas Tony Corso (rires). Une chose qui peut bien me faire péter un plomb, c’est le chantage ou la menace. C’est vrai que c’est un des ressorts de mon personnage. Le trait de caractère principal de Tony, c’est que c’est un brave gars mais, à partir du moment où tu le prends de haut, où tu lui dis « je te tiens, j’ai du pouvoir sur toi », le mec se met lui-même en difficulté. Il a un côté cynique que j’ai un petit peu mais que j’ai de moins en moins. Sinon je suis beaucoup moins cascadeur et homme d’action que mon personnage.

BDE : Vous aimez utiliser l’actualité pour imaginer les intrigues dans lesquelles est plongé Tony Corso. Pourquoi avoir choisi Bollywood pour ce 6ème opus ?
OB : Au démarrage, je voulais faire une intrigue sur Bollywood, je m’étais renseigné sur le sujet et je me suis ensuite aperçu que toute la mafia de Bombay était basée à Dubaï. En fait, Dubaï a ouvert ses portes de projets immobiliers à tout le monde, ce qui a permis de blanchir de l’argent de la mafia indienne. J’ai également découvert que certains émirs se sont également dit qu’ils allaient réaliser des films. De là a découlé l’anecdote de la piste de ski artificielle… Je regardais un reportage sur cette piste de ski artificielle à Dubaï, deux hommes d’affaires expliquaient que c’était génial et, au moment de descendre du télésiège, se cassaient la gueule. Je me suis donc imaginé que l’émir que je mets en scène s’est cassé la jambe dans des circonstances similaires. Cela m’a évité de visuellement complexifier la représentation d’un émir, l’idée de la visioconférence s’est imposée d’elle même.

BDE : À chaque début d’album, vous commencez par un pré-générique à la façon d’une série télé. Pourquoi ?
OB : Au départ, ça n’était pas prévu et puis, en lisant mon tome 1, je me suis rendu compte qu’en fait les douze premières pages était uniquement composées de dialogues sans aucune action. J’ai appelé mon éditeur pour lui proposer d’inclure un pré-générique où l’on place le héros comme quelqu’un d’actif avant d’enchaîner avec le début de l’intrigue. C’est quelque chose qui a bien plu et qui fonctionne bien, mais maintenant c’est la bagarre avec mon éditeur qui souhaite que l’on conserve le pré-générique sur un album de 46 pages, contre les 52 pages des premiers albums. Cela me réduit le récit et, raconter une histoire en 40 pages comme je l’ai fait, ça n’est pas évident pour avoir l’impression d’avoir vécu quelque chose. Ça se fait malgré tout si on dose bien l’ensemble. J’aime ces pré-génériques car cela montre que Tony Corso ne s’arrête jamais, que je raconte une histoire qu’il vit parmi tant d’autres.

BDE : En 2009, il était question de trouver un dessinateur pour vous remplacer sur la série. A première vue, ça ne s’est pas concrétisé. L’idée est-elle tombée à l’eau ?
OB : Effectivement j’y ai pensé, mais les grands dessinateurs réalistes sont rares, sont occupés, avec toujours un projet devant eux et souvent on leur propose des séries qui sont beaucoup plus rentables que Tony Corso. Ce n’était donc pas évident de trouver quelqu’un qui convienne vis-à-vis de mes attentes. J’ai aussi réfléchi sur un point : la série repose beaucoup sur les répliques et les répliques dépendent beaucoup des attitudes des personnages. Quand tu es à la merci d’un dessinateur, il prend la moitié de la mise en scène en charge et il y a un risque pour que ce que je souhaite faire passer ne le soit finalement pas si le dessinateur n’a pas la même vision que moi.

BDE : Et qu’en est-il de l’adaptation cinématographique de Tony Corso ?
OB : On est encore sous option mais à priori ça risque de ne pas se faire avec le producteur actuel. Nous sommes actuellement en discussion avec un autre producteur pour racheter l’option. Il y a un souci avec le scénario et je pense que je vais moi-même m’y coller car il y a des idées qui divergent un peu trop à ce niveau. Certains souhaitent développer une histoire autour du passé et des failles de Tony tout en attendant de ce personnage qu’il se comporte comme un James Bond, c’est super compliqué. On a pensé à réaliser une adaptation en une trilogie mais il y a un vrai choix et jusqu’à maintenant personne n’a réussi à le faire. Est-ce que l’on fait un polar français ou est-ce qu’on fait un film hollywoodien ? Personnellement, je pense que Tony Corso est plus fait pour Hollywood, il y a un vrai complexe français sur Saint-Tropez qui, à nos yeux, est ringard alors que dans le monde entier cela représente la classe suprême.

BDE : Y a-t-il un acteur qui selon vous incarnerait à la perfection Tony Corso ?
OB : Je pense que Vincent Cassel pourrait faire un Tony Corso convaincant. Après, les gens pensent à d’autres acteurs, on m’a déjà parlé d’Anthony Delon et de Ryan Gosling. Sinon j’ai aussi repéré un acteur qui est limite le sosie de Tony, Kim Rossi Stewart qui joue dans Romanzo criminale. Il est depuis devenu réalisateur et il y a peu de chances qu’il rejoue…

BDE : Quels sont les projets à venir ?
OB : Je viens de finir l’écriture du tome 7 de Tony Corso, ça se passera en Grèce dans les Cyclades et on va parler de religion et bien sûr de mafia russe. On repart donc sur un rythme de sortie régulier pour la série. J’ai déjà une idée pour le tome 8, j’aimerais beaucoup traiter cette histoire à Haïti. Je cherche souvent une cohérence pour que les personnages que je fais se côtoyer parlent français et se comprennent, bien que cela ne se passe pas forcément en France. Pour Haïti, même si c’est du créole incompréhensible, on va supposer qu’ils puissent se parler en français. J’ai trouvé sur internet des potentiels d’histoires intéressants à traiter sur Haïti, je pense par exemple aux enfants esclaves dans les familles. Sinon j’ai un projet de série en tant que scénariste chez Glénat, dont je ne peux pas trop parler pour l’instant, ainsi qu’un one-shot plus intimiste.

BDE : Merci à vous !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 19 février 2013.

Quelques planches du Tome 6

© Dargaud/Berlion
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*