Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Sang Noir – La Catastrophe de Courrières (Loyer) – Futuropolis – 20€

Sang Noir – La Catastrophe de Courrières (Loyer) – Futuropolis – 20€

Parution : 03/2013

En 1906, la séparation de l’Eglise et de l’Etat provoque de vives réactions. Dans le nord de la France, les revendications font un bruit plus inquiétant. Avec ses 120 puits et 20 millions de tonnes de charbon par an, le département du Pas-de-Calais est en plein essor productiviste. L’activité syndicale et les mouvements de grèves successifs de la fin du 19ème siècle ont contribué a obtenir pour les travailleurs la responsabilité des patrons en cas d’accidents, l’abaissement du temps de travail à 10 heures par jours puis à 8 heures pour les mineurs de fond, des soins médicaux, une retraite, du charbon gratuit et des logements à loyer très faible, les corons, qui poussent comme des champignons dans toute la région. En plein explosion industrielle, la demande est très importante et les conditions de travail se détériorent. Les exploitants ne regardent plus vraiment ni à la qualité de la main d’oeuvre ni aux lois qui ont été votées. Le 6 mars, un méneu d’quévaux peine à tranquilliser la bête de somme qui doit tirer les berlines chargés du précieux minerai. La veine Cécile brûle et le mur censé étouffer l’incendie semble inquiéter l’ingénieur. A moins que ce ne soit les tirs d’explosifs qu’il avait pourtant prohibés. La production effrénée engouffre chaque jour les hommes et les enfants fiers d’apporter leurs salaires au logis. Malgré les alertes régulières mais sourdes, le 10 mars, une explosion laissera 1099 mineurs sur le carreau, dont 242 enfants. La déflagration embrasera le bassin minier et fera trembler Paris, à faire sortir le tigre Clémenceau du bois.
Jean-Luc Loyer, natif du Pas-de-Calais, revient sur cet événement majeur du début du 20ème siècle, théâtre d’une révolte ouvrière violemment réprimée et du pugilat entre Jean Jaurès et George Clémenceau. Forcément en noir et blanc, Sang Noir retrace méticuleusement le contexte politique et social de ces années noires. Le découpage en 5 chapitres de la catastrophe est tranché de manière cinglante par la liste des victimes de la catastrophe. L’auteur laisse cette succession de noms peser de tout son poids sur le lecteur. Avec précision, il dépeint le quotidien des mineurs, les solidarités, l’abnégation et le courage des hommes et des femmes, leurs douleurs et leurs fiertés. Un témoignage historique fort d’un travail documentaire appuyé par le supplément en fin d’album. Après Noir Métal, qui traitait de la fermeture de Métal Europ, Jean-Luc Loyer reste fidèle à son attachement régional et à la lutte ouvrière.
Loin des « boonffonesques » tribulations de quelques ch’tis de pacotille, Jean-Luc Loyer rappelle le rôle historique d’une région qui a payé un sanglant tribut au développement de son pays.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*