Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Walhalla T1 (Pothier, Lechuga) – Treize étrange – 11,50€

Walhalla T1 (Pothier, Lechuga) – Treize étrange – 11,50€

Parution : 05/2013

1011. Le volcan de l’île de Rvahr menace d’entrer en éruption d’un moment à l’autre. Les Vikings qui l’habitent n’ont d’autre choix que de chercher une terre d’accueil. Pour cela, ils missionnent Rüdolf et Brömur, deux de leurs guerriers, ainsi que Dahmar le sage. Les trois hommes quittent les leurs pour des terres inconnues, des terres qui leur réservent bien des surprises…
« Walhalla, Walhalla, Walhalla les Vikings » aurait pu être l’une des répliques d’un des personnages créés par Nicolas Pothier sur l’air d’une célèbre chanson de Joe Dassin. L’un des maîtres des calembours et des références en tout genre signe une aventure drôle, et on n’en attendait pas moins de sa part. Que ce soit subtil ou non, les bons mots du scénariste font mouche, on en redemande. Cette série n’est pas sans rappeler par certains aspects une des séries les plus populaires du 9ème art, Astérix. A vous de découvrir les similitudes entre les deux séries, bel hommage en tout cas. A ses côtés, Marc Lechuga illustre à merveille ce récit, où les Vikings côtoient les Écossais, grâce à des plans variés et judicieux. La série se composera de one-shots avec malgré tout un fil conducteur entre chacune des aventures. Walhalla c’est fini mais un second tome est déjà en préparation, on en trépigne d’avance.
Une série d’aventures vikings qui à défaut d’étriper font bien triper.

Nicolas Vadeau

8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Un Commentaire

  1. Posté 29 décembre 2013 at 21 h 35 min | Permalink

    Coucou c’est moi ! Alors vous vous souvenez ? Aujourd’hui on va parler d’une bande dessinée Viking scénarisée par une francophone, dessinée par un Espagnol et qui porte le nom de Walhalla ; elle est éditée au sein de la collection Treize Etrange de chez Glénat.

    Qu’est-ce que cela raconte ? Eh bien, nous sommes sur une ile habitée par un village viking où le temps est aussi glacial que l’humeur de ma femme à l’heure où j’écris ces mots. Or, figurez-vous qu’une prophétie existe ; elle conte que le jour où tous les habitants rêveront de moutons, cela voudra dire que le volcan va se réveiller et que non seulement ils auront chaud aux miches mais qu’en plus ils devront trouver une nouvelle terre promise sous peine de devoir aller « fissa » au Walhalla, le paradis des Vikings et ce, sans passer par la case départ. Manque de bol, cette nuit-là tout le monde a rêvé de moutons et le village va vite paniquer. Le chef du village, qui lui ne rêve que de soleil, va convoquer le sage du village afin d’avoir des conseils. La conclusion ? Il faut se barrer vite fait.

    Dhamar, le vieux sage, flanqué du puissant et courageux Brömur et du teigneux Rudolf, vont former une équipe afin de trouver une nouvelle terre d’accueil où le soleil brillera, où les filles seront torses nus et où il fera surtout moins caillant. Et les voilà partis en Drakkar, emportés par le vent, avant d’échouer en terre d’Écosse : royaume de la pluie et du mauvais temps. Afin de pouvoir profiter d’un lopin de terre qui leur servira de havre de paix, nos amis vont devoir démêler la querelle fratricide qui sépare les clans McMeat des McBeef, dont l’origine n’est autre que la préparation culinaire du plat typique du coin : le Haggis ! (un superbe mets à base de tripes ou de panse de brebis farcie… Un vrai régal ^^)

    Saurons-nous si nos valeureux guerriers aux tresses affriolantes sauront sauver leurs peuples ? Le Haggis se prépare-t-il avec ou sans ail ? Et pourquoi Miley Cyrus est-elle dans cet album ? Eh bien vous le saurez en vous plongeant dans cette aventure désopilante pardi !

    Une histoire assez déjantée et emplie d’humour, voilà la mixture préparée par Pothier et Lechuga, les deux auteurs. D’ailleurs avec un nom pareil, on se serait rapidement douté que cela allait tourner autour de la nourriture (Lechuga voulant dire laitue en espagnol).

    C’est très bien raconté, rempli de calembours, de jeux de mots et l’on rit souvent à pleines dents. On sent l’héritage des histoires d’Uderzo et Goscinny mais avec une nette évolution et contextualisation sans parler d’une adaptation quant au niveau du dialogue qui rend l’histoire moins « niaise » qu’un Astérix classique (là je sens que je viens de me faire des ennemis^^).

    C’est superbement dessiné avec plein de détails ; on est même étonné car d’habitude il n’y a pas un souci profond du détail dans ce style d’histoire puisque c’est le fond qui importe plus que la forme. Ceci donne un livre plus qu’agréable à regarder sans compter les dialogues qui sont assez juteux, jouissifs et très présents.

    Manque de bol et ne me demandez pas pourquoi, Walhalla ne dispose pas d’une couverture publicitaire et d’une diffusion marketing du tonnerre d’où sa sortie (trop) discrète ; seul le bruitage du bouche à oreille (et vice versa) et les ouï-dire feront que ce sera un succès ou non.

    Dans tous les cas, cet album à l’histoire exaltée vaut le détour car il dispose d’un vrai potentiel de par son dynamisme, sa dynamique, son ton léger de l’aventure et son humour.

    J’ai d’ailleurs la curieuse et soudaine envie d’enfiler ma jupe à carreaux et de prendre ma flute pour jouer un petit air de cornemuse, et voir si l’air est aussi frais qu’on le dit en Écosse. Macbeth… Me voilà !

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*