Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Jérôme Alquié et Arnaud Dollen – Auteurs de Surnaturels

Rencontre avec Jérôme Alquié et Arnaud Dollen – Auteurs de Surnaturels

« Antoine, pourquoi ne m’as-tu même pas adressé la parole ? Nous avons vécu une terrible épreuve ensemble. Une épreuve que je ne souhaite à personne. Une épreuve faite de tristesse, de douleur et parfois de désespoir. Mais c’était notre amitié qui nous protégeait de la torpeur dans laquelle la maladie nous plongeait. C’était notre amitié qui nous préservait de tout. »

Une fois n’est pas coutume, nous sommes allé à la rencontre d’auteurs dont les publications sont un peu plus orientées jeunesse. En l’occurrence, il s’agit de Jérôme Alquié et Arnaud Dollen dont la série Surnaturels fait partie de la collection Delcourt Jeunesse. Un entretien qui a pu se concrétiser par le truchement du dessinateur, Jérôme Alquié, que nous avons eu le plaisir de rencontrer lors d’une soirée caritative en faveur de l’association Sourire à la Vie, qui propose un accompagnement des enfants atteints de cancer en cours de traitement, en rémission et en soins palliatifs, à laquelle l’auteur participait. Bienvenue dans leur monde surnaturel !

Chronique du Tome 3

Retrouvez des extraits de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Jérôme. Tu as un parcours assez atypique. Peux-tu nous le résumer afin que nos lecteurs cernent mieux le personnage ?
Jérôme Alquié : Bonjour. Je suis né en 1975, et j’étais donc jeune enfant lorsque les premiers dessins animés japonais ont débarqué sur les écrans de télévision. Enfant de Récré A2 puis ado du Club Dorothée, je reconnais m’être peu à peu passionné pour le dessin au travers des aventures de mes héros préférés, de Goldorak aux Chevaliers du Zodiaque, en passant par Ulysse 31 et Albator. Je n’ai jamais appris le dessin, sinon en regardant un peu trop la télé et en essayant de refaire plus ou moins bien ce que j’y voyais. Lorsque j’avais une vingtaine d’années, en parallèle de mes études scientifiques et de mon école d’ingénieur en aéronautique, j’ai continué à dessiner. Ce qui était ma véritable passion. Et puis, au hasard des rencontres lors des premiers festivals de japanimation comme Cartoonist, j’ai pu devenir professionnel et réaliser tout d’abord un grand nombre de travaux sur ces fameuses séries TV de mon enfance, comme des jaquettes de DVD, par exemple, pour différents éditeurs. Puis, en 2005, j’ai définitivement arrêté mon travail d’ingénieur pour m’axer complètement sur l’art, en développant d’autres projets plus personnels, comme des tableaux ethniques ou bien la bande dessinée.

BDE : Bonjour Arnaud, pourrais-tu également te présenter pour nos lecteurs ?
Arnaud Dollen : Bonjour Stéphane, bonjour à tous. En semaine, je suis ingénieur dans le domaine spatial, mon métier consistant essentiellement à s’assurer que le satellite ne va pas tomber en morceaux quand la fusée va le propulser dans l’espace. Le soir et les week-ends, je suis scénariste de BD, romancier et blogueur. En plus de la série BD Surnaturels, j’ai eu la chance de publier un roman de fantasy (L’Anneau des Sept, illustré par Jérôme), et j’entretiens également rôle-liste.fr, un blog d’aide en ligne pour les rôlistes (c’est ainsi qu’on appelle ceux qui pratiquent le jeu de rôle). Enfin et surtout, je suis mari et père de deux enfants à temps plein ! Toutes ces activités demandent un peu d’organisation pour être menées de front. Mais ça fait partie de mon équilibre de vie. Depuis tout gamin, je nourris en effet plusieurs passions : l’espace, les dessins animés des années 80 (j’ai grandi avec le Club Do’), le jeu de rôle (que je pratique encore régulièrement) et l’écriture. J’ai la chance de pouvoir toutes les pratiquer, et j’en profite !

BDE : Jérôme, ton travail d’illustrateur est très orienté manga. Quelle en est la raison ?
JA : Lorsque j’étais enfant, j’aimais un certain type de dessins animés à la télé. J’ignorais à l’époque pourquoi certains me plaisaient plus que d’autres… J’ai compris la raison avec le temps : les animés qui me plaisaient étaient incontestablement ceux dessinés de main de maître par des designers de génie, comme Shingo Araki ou Kazuo Komatsubara, grands characters designers japonais. Comme j’ai appris le dessin en regardant leurs créations, mon style s’est naturellement orienté vers le manga plus que vers le comics que je ne lisais pas à l’époque ou bien le franco belge qui ne m’intéressait pas.

BDE : Tu as fait un certains nombre d’art-books, d’ailleurs.
JA : Tout à fait, pour rendre hommage à certaines séries et pour faire plaisir aux fans de ma génération. Nous nous réunissions en petit nombre lors des festivals des années 90. J’ai réalisé avec mon compère Arnaud Dollen un certain nombre de livres que l’on pourrait appeler des fan-art-books. Il y en a eu sur Saint-Seiya, sur Ulysse 31, sur Jayce et les conquérants de la lumière. Et même sur Goldorak, une sorte de bible dont il a été plusieurs fois question d’en faire un livre officiel avec l’accord des ayant-droits. En quelque sorte, ce sont des guides complets des séries en question.

BDE : Avec Surnaturels, tu réalises, sur un scénario d’Arnaud Dollen, une BD jeunesse dans un style plus européen. Quelle a été ta motivation pour ce projet ?
JA : Arnaud est un grand spécialiste de la BD, là où j’en suis très loin. Il a toujours voulu mettre à profit son talent d’écrivain dans le moule d’un scenario de bande dessinée. Et il m’a inoculé peu à peu l’envie de partager ce challenge avec lui. Après quelques essais, nous avons travaillé sur le concept Surnaturels avec l’éditeur Delcourt, et le projet a été lancé officiellement en août 2009. Le style est certes plus européen, c’est certain, mais il reste malgré tout une grande orientation «japanisante» au niveau du trait que je ne peux pas nier. Chassez votre nature, elle revient au galop ! Et puis, faire une BD, c’est un sacré challenge !

BDE : Quelles difficultés as-tu rencontrées ?
JA : Et bien, quand on est illustrateur, on comprend que dans la BD il va falloir mettre parfois la beauté d’un dessin en retrait pour se concentrer sur sa faculté à accompagner l’histoire bien davantage que pour être uniquement esthétique. Car le dessin est bien au service de l’histoire, ne m’en déplaise ! Du coup, être dessinateur de BD est un autre métier que d’être illustrateur, même si on continue à bosser un crayon à la main et qu’on dessine. C’est cela qui, je pense, a été le plus difficile à faire. Et puis, je n’avais pas d’expérience dans ce domaine. Voilà pourquoi nous avons beaucoup échangé, que ce soit avec le scénariste, comme avec notre directeur de collection chez Delcourt, Thierry Joor. Il a su, dès les premières planches, proposer sans imposer, mettre le doigt sur certaines choses tout en respectant à 100% la vision des auteurs. Travailler sur la forme dans le respect du fond des auteurs. J’ignore si tous les directeurs de collection font comme cela, mais je dois reconnaître que collaborer avec lui est un très grand plaisir et un travail riche en enseignements.

BDE : Pourquoi ne pas avoir réalisé un manga, finalement, qui aurait été plus dans la lignée de ton travail ?
JA : D’abord, le format manga ne me tente pas. Car j’aime la couleur, et les grandes pages. Nous nous sentons davantage capables de nous exprimer sur de grandes pages colorées que sur des petites noires et blanches. Ensuite, il y avait, là aussi, une opportunité pour l’éditeur de pouvoir faire une BD dans un format franco-belge (c’est tout de même à la base un éditeur de franco-belge) qui par son design assez «japanisant» pouvait attirer un public fan de manga. Une sorte de pont jeté entre les deux mondes, un peu comme Les Légendaires de Patrick Sobral ou bien La Rose écarlate de Patricia Lyfoung avant nous. J’ai toujours trouvé l’idée très séduisante !

BDE : Arnaud, comment as-tu rencontré Jérôme ?
AD : Jérôme a fait la même école d’ingénieur que moi (l’ENSICA à Toulouse). Il était président du «Club Japon» et diffusait dans son appartement d’étudiant toutes les séries télés de mon enfance. A l’époque, les séries n’étaient pas encore sorties en DVD. Tout était enregistré sur cassettes vidéo en direct à la télé ; ça remettait tout de suite dans l’ambiance ! La chambre de Jérôme était tapissée de posters, principalement des Chevaliers du Zodiaque et de Dragon Ball Z. Je lui ai demandé où il les avait achetés (je voulais les mêmes !), et il m’a avoué, tout gêné, que c’était lui qui les avais dessinés. On a discuté toute la nuit de ses projets de art-books, de ses difficultés à écrire les textes, de comment je pourrais l’aider. Dix-huit ans plus tard, on continue tous les deux à travailler ensemble !

BDE : A quel moment lui as-tu proposé le projet Surnaturels ?
AD : Au début de sa carrière professionnelle, Jérôme faisait essentiellement du fan-art. Pourtant, je sentais bien qu’il aspirait à réaliser aussi des créations originales. Je l’ai donc travaillé au corps – l’expression n’est pas galvaudée : ça m’a pris deux ans ! – pour qu’il se lance dans la BD en échange de la promesse que je m’occuperais de toutes les démarches. Une fois l’accord de Jérôme obtenu, j’ai pris mon bâton de pèlerin pour démarcher les principaux éditeurs et créer des contacts. C’était d’autant moins facile que je ne connaissais pas le milieu. Mais, après un an d’effort et les conseils d’autres auteurs (Dominique Latil notamment, que je remercie chaleureusement), j’étais prêt.

BDE : Comment est née l’histoire de Silène et de ses amis ?
JA : L’idée est venue d’une volonté commune avec l’éditeur de faire un projet plutôt adolescent autour du thème des créatures surnaturelles. Ce dernier, porté à l’époque par des actualités littéraires et cinématographiques dont la saga Twilight, est certainement la plus médiatisée. Ce thème étant cher au cœur d’Arnaud, dont l’enfance a été bercée par des heures interminables de jeux de rôle d’heroic fantasy et de vampires, les lignes directrices de Surnaturels se sont très vite écrites. De mon côté, je n’ai fait « que » mettre tout cela en images.
AD : En 2009, nous avons présenté un premier projet aux éditions Delcourt. Ils sont tombés immédiatement sous le charme du dessin de Jérôme, mais mon scénario ne leur convenait pas : la thématique était trop adulte pour le style orienté jeunesse de Jérôme. Il y avait opposition entre le fond et la forme, comme dirait un prof de français. Ils souhaitaient en revanche travailler avec nous et nous encourageaient à rebondir. « Pourquoi pas sur le thème des vampires, en vogue en ce moment ? », m’ont-ils suggéré un vendredi soir. Le lundi matin suivant, le projet Surnaturels attendait dans leur messagerie. Deux semaines et plusieurs «croques» de Jérôme plus tard, la BD était signée. Présentée comme ça, Surnaturels pourrait sembler être une œuvre de commande. Rien n’est moins vrai. C’est un fait que depuis la fin des années 2000, le vampire est à la mode (via la bit-lit notamment, avec la saga Twilight en tête de proue), mais mon intérêt pour les créatures surnaturelles est bien plus ancien. Il date des années 80, à l’époque où je jouais aux jeux de rôle de la gamme White Wolf permettant d’incarner des vampires, loups-garous, magiciens, etc. Du coup, le thème proposé par Delcourt était du pain béni pour moi !

BDE : Le choix d’une jeune fille, gravement malade, comme héroïne n’est pas un hasard ?
JA : Disons que la fragilité physique de l’héroïne est peut être un écho à l’épouse d’Arnaud, son «ange blessé» comme il l’appelle. Cette fragilité rendait aussi plus intéressante cette réunion des créatures surnaturelles autour d’elle, comme un bouclier protecteur de la vie. Mais au fil des pages, on voit que si ses capacités physiques sont hélas amoindries, il n’en est rien de sa volonté de vivre sa vie pleinement et de faire fi de son handicap pour trouver sa place dans ce monde.
AD : Ce n’en est effectivement pas un. Par définition, les créatures surnaturelles se doivent d’avoir des capacités surhumaines. J’avais donc besoin d’un personnage humain pour servir de référence, pour permettre aussi au lecteur de s’identifier. En même temps, il n’était pas question de ravaler le personnage au titre de faire-valoir ; je voulais qu’il compense son absence de pouvoirs par une volonté à toute épreuve. Or, la personne la plus volontaire et décidée que je connaisse n’est autre que mon épouse, Audrey. En tant que personne à mobilité réduite, elle a fait plus que surmonter son handicap : elle y puise une force de volonté et une envie de vivre qui font mon admiration. En pensant à elle, le personnage de Silène est venu naturellement. Au final, Silène n’a que peu de points communs avec Audrey, mais toutes les deux partagent la même envie de vivre et l’inépuisable énergie de ceux qui veulent tordre le cou au destin.

BDE : Jérôme, on sent que tu prends beaucoup de plaisir à dessiner ces aventures et également à truffer les séquences de références en tous genres.
JA : Oui, un grand plaisir de se faire des clins d’œil, de truffer ses histoires ou ses dessins de petites références, que parfois seule la personne pour laquelle elle est destinée reconnaît. Quand on fait une œuvre, on y met un art de soi-même, de ce chemin qui nous a amené à la créer un jour. Et ce chemin est parsemé de rencontres, de souvenirs, de personnes qui nous ont marqués. Alors, quand on peut leur rendre hommage, on n’hésite pas et on se (leur) fait plaisir par ce biais. Après, ces références sont encore plus importantes dans le tome 4, puisque, centré sur le geek du groupe, ces références sont voulues pour rendre le personnage plus ancré dans le monde littéraire, cinématographique et télévisuel de notre époque geek. Il y a même dans l’album une soixantaine de références que les plus courageux (ou plus geek) de notre génération peuvent s’amuser à retrouver. Un concours a même été organisé sur les sites liés à la série.

BDE : Arnaud, est-ce un défi entre vous deux ?
AD : Non, ce n’est pas un défi entre Jérôme et moi. D’ailleurs, plusieurs références relèvent de l’initiative de Jérôme. Mais c’est vrai qu’en tant que passionné, je n’aime rien tant que faire des clins d’œil à mes passions, quitte à n’être compris que d’une poignée d’initiés. Il n’y a que dans le tome 4 que ce jeu des références est voulu : cet album est consacré à Youri, un prométhéen (c’est-à-dire une créature artificielle créée par l’Homme) qui n’éprouve pas d’émotions propres et donc imite celles des personnages fictifs du cinéma, de la littérature et des jeux vidéo. J’ai donc glissé quelques 60 références pour étayer le personnage. A noter que mes références ne sont pas toujours conscientes. Je me souviens de lecteurs me disant qu’ils avaient apprécié l’allusion aux X-Men : un mentor en fauteuil roulant, une pension discrète pour gens ostracisés car dotés de pouvoirs étranges. Il est vrai que la référence est assez transparente. Et pourtant je n’y avais jamais pensé avant qu’on ne m’en parle ! En tout cas, je ne nie pas mon héritage et j’admets volontiers avoir été influencé par le cinéma et la littérature… même si je ne m’en rends pas toujours compte !

BDE : Chaque volume met en exergue un personnage en particulier. Donc, si on se base sur cela, la série devrait comprendre sept tomes. Enfin, huit si on compte Silène. Et après ?
JA : C’est en effet un très bon calcul. L’histoire est construite sur huit albums, avec les quatre premiers qui forment une sorte de premier cycle.
AD : Oui, c’est exactement ça. Ce rythme permet de caractériser au mieux les personnages, de mettre un coup de projecteur sur l’un ou l’autre, tout en faisant évoluer les autres protagonistes en toile de fond. Et donc, effectivement, la série est prévue pour compter 8 tomes. Néanmoins, j’ai déjà des idées pour une éventuelle suite. Notamment, j’aimerais faire intervenir une nouvelle génération de héros, les enfants ou les héritiers des personnages actuels. C’est ce qui se passe dans Dragon Ball Z, et j’ai trouvé que ça apportait beaucoup de profondeur au récit.

BDE : Arnaud, quelles ont été tes références ou inspirations pour créer tout cet univers qui s’étoffe un peu plus à chaque tome ?
AD : Principalement mes séances de jeu de rôle dans l’univers White Wolf. J’y ai joué des centaines et des centaines d’heures… autant dire que j’ai de quoi écrire des dizaines d’albums !

BDE : Pourquoi avoir crée un blog (le blog de Silène) en rapport avec la série ? Quel en était le but ?
JA : Pour plusieurs raisons : d’abord, la cadence de sortie des albums n’est pas celle d’un dessin animé à la télé que l’on verrait toutes les semaines. Entre deux albums, il se passe beaucoup de temps, environ huit mois. Il est frustrant de devoir attendre autant de temps pour découvrir la suite d’une aventure que l’on a aimée. En conséquence, nous avons proposé de raconter des choses intermédiaires entre chaque album, afin de pouvoir tenir en haleine les lecteurs. C’est aussi, dans un autre ordre d’idées, une sorte d’écho au personnage principal, puisque dans la BD, Silène tient un blog dont on voit une page par album. Enfin, c’est aussi l’occasion de communiquer avec les lecteurs et proposer des concours, annoncer des dates de dédicaces, un peu comme le fait aussi le Facebook de la série. En tout cas, on a trouvé l’idée très intéressante et assez novatrice. Et le public semble répondre présent à ce concept.
AD : J’ai trouvé l’idée sympa de prolonger la BD sur le net. Cela donnait un côté vivant, «vrai», au personnage de Silène qui m’a séduit. Ensuite, parce que je suis avant tout un romancier ; j’adore inventer des scénarii, mais le format ne permet pas les envolées littéraires que j’affectionne. Du coup, le blog me permet de m’exprimer plus à mon aise. Enfin, cela permettait de faire patienter les lecteurs. Dessiner une BD représente une somme de travail colossale, et Jérôme a beau faire partie des dessinateurs les plus rapides, il faut six à sept mois pour faire le travail, et même davantage si on inclut les corrections, les échanges avec l’éditeur, la mise sous presse, l’intégration de la sortie dans le plan «com» de Delcourt, etc. J’ai donc pris soin de poster un message par semaine, en distillant par-ci, par-là des informations, des pistes sur la suite. Tout cela a permis de mettre aussi du liant entre les albums, d’expliquer ce qui se passe entre deux tomes. En tout cas c’était mon intention. J’espère y être parvenu. Aux fans de dire si tel a été le cas !

BDE : Quels sont vos envies ou projets sur lesquels vous souhaitez vous lancer ?
JA : J’aimerais parfois revenir à mes premières amours et proposer une collection de BD liées aux séries qui m’ont fait faire ce que je fais aujourd’hui. Pourquoi pas des BD autour des personnages mythiques comme Goldorak ou Albator. Ça, c’est le genre de projets que j’adorerais réaliser en parallèle de Surnaturels. Qui sait, peut être un éditeur pourrait me le proposer un jour ?
AD : Maintenant que j’ai goûté à la BD, je fais en sorte de signer d’autres séries. Je suis en cours de discussion avec Thierry Joor, notre éditeur chez Delcourt. Je profite au passage pour le remercier chaleureusement de son aide et de son soutien, la série Surnaturels ne serait pas ce qu’elle est sans ses conseils avisés.

BDE : Messieurs, merci d’avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions.
JA : Avec plaisir !
AD : Merci à vous, ce fut un plaisir !

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 18 juin 2013.

Extraits du Tome 4


© Delcourt/Alquié/Dollen
Photo © Jérôme Alquié
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

2 Commentaires