Accueil » Autour de la BD » Expos-Salons » Retour sur la Paris Comics Expo

Retour sur la Paris Comics Expo

logoHD4date-2048x10491

Pour la deuxième année consécutive, l’Espace Champerret à Paris a accueilli la Paris Comic Expo fin novembre.
Et pour la deuxième année consécutive, Bulle d’Encre est venu couvrir l’événement, en allant à la rencontre des invités et du public.
Les organisateurs ont vu un peu plus grand qu’à la précédente et cela s’est tout de suite ressenti en entrant : un peu plus de monde, plus de contenu et alors qu’on pouvait faire très rapidement le tour du salon lors de la première édition, cette fois-ci, le public était amené à s’attarder beaucoup plus (et à dépenser tout autant !).
Les courageux qui ont tenté les dédicaces des auteurs de comics avaient aussi de bonnes raisons de s’y attarder : les files d’attente étaient longues et il fallait s’armer de patience pour repartir avec son album dédicacé. En revanche, malgré l’attente, l’ambiance était bon enfant et il n’y avait pas la foire d’empoigne que l’on peut retrouver dans certains festivals franco-belges.

Exceptés ces auteurs, le reste des invités était très accessible (le principe de la dédicace payante y est aussi pour beaucoup) et ça nous a permis d’aller discuter avec les acteurs présents.

Acteurs

Le premier à se prêter à ce jeu n’était autre que le mystérieux Homme à la cigarette d’X-Files, William B. Davis. Cet homme de l’ombre, toujours affublé de son inévitable cigarette et mettant des bâtons dans les roues de l’agent Mulder… Cette fois-ci, contrairement à son personnage, il a répondu à nos questions. Il a apprécié cette invitation à ce salon, notamment la bonne ambiance et estimant qu’il avait de la chance d’être là. En revanche, il n’a pas pu nous parler de son personnage version papier : il n’a jamais lu le comic X-Files !

William B. Davis

C’est ensuite un des plus grands méchants du cinéma qui a fait l’objet de notre attention : David Prowse. Son visage n’est pas spécialement connu car son personnage portait toujours un masque noir… Et oui, c’est Dark Vador en personne ! Alors forcément, nous lui avons parlé des comics Star Wars où son personnage est un des éléments clés de ces livres. Il est très fier du résultat, ce personnage est charismatique et ça lui paraît important que la saga perdure sous le format BD.

David Prowse

Nous terminons ce tour d’horizon des acteurs en rencontrant John Rhys-Davies. Il a joué dans Indiana Jones, la série Sliders et le Seigneur des Anneaux. Dans le Seigneur des Anneaux, il n’aime pas être lancé, il sait jouer de la hache et devient même sympathique avec un Elfe… Gimli était là ! Et Gimli aime la France, peut-être l’odeur du fromage qui lui rappelle les mines des Nains. L’acteur nous parle de son amour pour la France : Un véritable plaisir d’être en France, c’est magique d’être à Paris et les Français sont vraiment des gens biens. Il nous invite même à lui rendre visite à l’occasion ! Pour la petite histoire, il nous raconte aussi qu’il adore les taxis français… qui sont vraiment brusques. On sent qu’il aime discuter avec son public et questionne chaque personne qui vient le voir, toujours aimable, toujours souriant. Ça donne vraiment envie de retourner voir le Seigneur des Anneaux !

John Rhys-Davies

Mais là, vous allez vous dire que nous ne parlons pas du tout de comics… Ça va être chose faite après notre rencontre avec Joe Benitez.
Nous commençons par lui demander ses impressions sur le salon. Pour lui, l’ambiance, l’accueil sont excellents. Le public français est guère différent au public US, seul bémol : la barrière de la langue. Les gens parlent beaucoup moins.
Nous en profitons aussi pour évoquer avec lui sa série Lady Mechanika et bonne nouvelle pour ses fans : il a été contacté par des éditeurs en France et dans d’autres pays, la série va pouvoir s’achever pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.
Quand on lui parle des super-héros, il nous explique qu’il souhaite désormais se consacrer à ses propres personnages. Il préfère l’élégance du steampunk, la possibilité d’ajouter du fantastique et les nombreuses possibilités d’histoires.

Benitez

Nous filons ensuite du côté des auteurs français. Frankel, dessinateur mais aussi éditeur (éditions Peleone, la page facebook) nous livre son ressenti.
Il est venu pour présenter un ouvrage consacré aux pin-up, réalisé par 12 artistes aux styles différents (gravure, travail numérique,…).
Habitué des salons (c’est la onzième année qu’il en fait), il nous explique l’évolution vers le principe des commissions. Cette tendance est arrivée depuis 6 ou 7 ans et remplace de plus en plus la pratique du livre d’or du public franco-belge. Le public reste encore dérouté et ce changement de culture est dérangeant. Il insiste vraiment sur la nécessité d’expliquer les raisons au public : le travail est bien plus abouti qu’une simple dédicace et demande de l’investissement en temps et en matériel.

Frankel
Mais que serait ce type de salons sans les cosplays ?

Cosplay
La scène cosplay, avec David Prowse

Super-Girl

Wolverine attend son tour.

Terminator

I’ll be back

Un zombi, entre deux « Beeeeeeuarrrrr », a accepté de répondre à nos questions sans nous dévorer. On l’avait déjà croisé dans les allées de la Japan Expo et c’était l’occasion de faire une rapide comparaison.
Habitué à tourner avec des cosplayeurs de Resident Evil ou de Walking Dead, il apprécie l’ambiance de la Paris Comic Expo et son côté moins foutoir que la Japan. En revanche, le salon est encore trop petit. Dans l’idéal, il aimerait que ce salon soit comme le Paris Manga : entre les deux.

Zombi Interview

Deux autres cosplayeuses nous présentent leurs personnages : Domino de la X-Force et X-23, clone de Wolverine. Elles ont toutes les deux participé à la scène cosplay où les animateurs se sont montrés coopératifs, leur évitant de trop stresser. Elles font du cosplay deux à trois fois par an, en changeant de personnage. Domino a nécessité trois jours de travail et 2 semaines pour X-23.

Domino

Et puis, bien évidemment, il reste les stands où l’on trouve de tout et par conséquent, plein de bonnes raisons de faire craquer la carte bleue.

De Funes

Un nouveau X-Men ? Super-Rabbi ?

Stand

Le stand Funtastee.

Bref, une deuxième édition vraiment convaincante qui mériterait encore de prendre de l’ampleur mais tout en conservant ce côté manifestation à taille humaine.

Zombi

Et un dernier Beuuuuuarrrr pour la route !

Anthony Roux, en collaboration avec Adrien Béroud (interview de Joe Benitez) et Maxime Giraud (traducteur).
Crédits photo : Anthony Roux

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*