Accueil » Autour de la BD » Expos-Salons » L’exposition « Le Hasard de A à Z – Dés et destins » – Fort Saint-Jean du Mucem, Marseille – à partir du vendredi 18 octobre 2019.

L’exposition « Le Hasard de A à Z – Dés et destins » – Fort Saint-Jean du Mucem, Marseille – à partir du vendredi 18 octobre 2019.

Depuis février 2018, le Mucem dédie un espace à la présentation de ses collections. Située au fort Saint-Jean, la «salle des collections» interroge de façon ludique les fonds du musée à travers des expositions thématiques présentées sous forme d’abécédaires, appelées à être renouvelées tous les six mois. Une façon originale de faire connaître au grand public la diversité des collections du
Mucem, riches de plus de 350 000 objets conservés parmi plus d’un million d’items. Qu’ont-elles à nous dire sur nos sociétés, nos passions, nos peurs, nos croyance ? La grande variété des collections du Mucem permettra de faire le tour de différente thématiques, de A à Z. Après «L’Amour de A à Z» (février -octobre 2018), «Les Animaux de A à Z» (octobre 2018 – mars 2019) et «Les Reliquaires de A à Z» (avril 2018 – septembre 2019), la salle des collections accueille l’exposition «Le Hasard de A à Z» du 18 octobre 2019 au 23 février 2020. Elle sera suivie, au printemps, de l’exposition «La Flore de A à Z».

A comme «aléa», B comme «boule de cristal», C comme «chance», D comme «destin»… Les multiples manifestations du hasard se déploient en 26 lettres à travers l’exposition «Le Hasard de A à Z»: un abécédaire aussi imprévisible qu’inattendu, composé à partir des collections du Mucem.
Comment les civilisations d’Europe et de Méditerranée ont-elles, jusqu’à nos jours, appréhendé la notion de hasard ? Quels objets ont-elles imaginé pour s’assurer des bonnes grâces du destin ? Amulettes, dés, main de Fatma, fer à cheval, horoscope… Le Mucem a puisé dans ses réserves les plus étonnants témoignages de la façon dont les hommes ont tenté de prévoir et déjouer les jeux de la Fortune et du Hasard. Entre chat noir et mauvais oeil et entre bonne étoile et baraka, un parcours ludique au sein des collections du Mucem, proposé en écho à l’exposition «Par hasard», présentée au Centre de la Vieille Charité et à la Friche la Belle de Mai.

Aristote donne une définition étonnante  du hasard : « il y a une foule de choses qui se produisent et qui sont par l’effet du hasard et spontanément », mais il affirme que « le hasard, ni rien de ce qui vient du hasard  peut être la cause des choses qui sont nécessairement et toujours ou des choses qui arrivent dans la plupart des cas ». Donc pour Aristote, le hasard ne peut provenir que du hasard. Il est intéressant de mettre cette définition en parallèle avec celle que donne Cournot au 19ème siècle, qui définissait le hasard, dans une proposition devenue célèbre, comme la « rencontre de deux séries causales indépendantes ». Les événements en eux-mêmes sont supposés tout à fait déterminés quant à leur cause et à leur effet ; c’est de leur rencontre imprévisible, de l’intrusion d’une nouvelle causalité indépendante dans le déroulement d’un processus que naît le hasard. Par exemple, si je prends un pot de fleurs sur le coin de la tête, c’est que le hasard a fait se rencontrer deux processus qui tout d’un coup concordent et dans le temps et dans l’espace. La chute du pot et le passage de ma tête dans sa trajectoire … Reconnaissons que ce n’est pas de bol, puisque c’est un pot … Je digresse. Tout s’expliquerait donc y compris la théorie du chaos qui traite de systèmes totalement déterministes mais qui ont néanmoins un comportement chaotique qui peut s’interpréter comme du hasard. L’Homme, lui,  n’aime pas le hasard, préférant les oracles, les augures et autres systèmes, rationnels ou non, pour percer les mystères du destin, de son destin, et ce,  quel qu’en soit le moyen. Il se donne ainsi toutes les chances d’atteindre son but quand bien  même il userait, et abuserait, de techniques plus ou moins farfelues et … Osons le mot, hasardeuses . En fait de Hasard c’est le refus de  l’inconnu que l’homme s’inflige. On attribue l’origine du mot hasard à l’arabe « al-zahr » signifiant à l’origine « dés » et ayant pris la signification de « chance », car il désignait un jeu de dés, mais aussi par métaphore tous les domaines relevant de la « science de la Chance ». Reste à vous savoir si comme Mallarmé, « Un coup de dés jamais n’abolira le hasard ». Une belle occasion d’éprouver ce Hasard au gré de cette passionnante visite qui vous surprendra.

A noter, dans cette exposition, un automate de voyance, restauré spécialement pour cet évènement, le « Professeur Keud’Shi ». Un objet composite, de grand format, assez spectaculaire, avec sa cabine de voyance et son accoutrement hindou à la limite de la caricature. Pour qu’il puisse dire la bonne aventure, il fallait mettre une pièce, et sa réponse apparaissait sous forme de petite carte. Cet objet sera montré pour la première fois, car il a été acquis tout récemment, en 2018.

Jean-Claude ATTALI

Le Hasard de A à Z – Dés et destins. Un abécédaire des collections
Exposition du 18 octobre 2019 au 23 février 2020
Fort Saint-Jean -Salle des collections (130 m²), Mucem de Marseille.
Commissariat: Caroline Chenu, chargée de recherches et de collections au Mucem
Scénographe: Géraldine Fohr
Pour en savoir plus sur cette exposition et son lieu magique. C’est par ici.

  

 

 

Tags : , , , , , ,

Un Commentaire

  1. Posté 14 novembre 2019 at 8 h 41 min | Permalink

    J’ ai eu limmense plaisir d assister hier à la présentation de son exposition par Madame Caroline Chenu.
    Je ne doute pas que cette exposition va remporter le succès qu’elle mérite.
    Cordialement

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*