Accueil » Autour de la BD » Expos-Salons » « Hokusai, Hiroshige, Utamaro… Les grands maîtres du Japon », la Collection Georges Leskowizc – Hôtel de Caumont-Centre d’art, Aix-en-Provence, Hôtel de Caumont-Centre d’Art – Du 8 novembre 2019 au 22 mars 2020.

« Hokusai, Hiroshige, Utamaro… Les grands maîtres du Japon », la Collection Georges Leskowizc – Hôtel de Caumont-Centre d’art, Aix-en-Provence, Hôtel de Caumont-Centre d’Art – Du 8 novembre 2019 au 22 mars 2020.

L’Hôtel de Caumont-Centre d’art présente les coutumes et la culture japonaise de l’époque d’Edo (deuxième moitié du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle), à travers près de 200 estampes ukiyo-e et autres objets remarquables dévoilés au public français pour la toute première fois. Ils sont pour la plupart issus de la collection de Geroges Leskowicz, l’une des plus importantes collections d’estampes japonaises dans le monde entier dont une partie des collections était exposée sur le musée GUIMET  encore récemment.

Le 8 novembre 2019, le Centre d’art de l’Hôtel de Caumont organisera une exposition sur les costumes et la culture japonaise datant de l’ère Edo (1600-1867). l’exposition comprendra 150 gravures d’ukiyo-e et d’autres objets remarquables qui seront présentés au public français pour la toute première fois. La plupart des œuvres proviennent de la collection Georges Leskowicz, qui est l’une des plus grandes du genre au monde. En plus d’objets et manuscrits anciens, la collection de Georges Leskowicz regroupe aujourd’hui 1800 estampes ukiyo-e, signées des grands maîtres Harunobu, Utamaro, Sharaku, Hokusai, Hiroshige dont des chefs-d’oeuvre comme « Trente-Six Vues du Mont Fuji » (1832–1833) d’Hokusai, « Les soixante-neuf stations de la route Kisokaidō » d’Hiroshige et Eisen ainsi qu’un ensemble unique en France, de Surimono, qui seront le coeur de l’exposition. Les ukiyo-e, « image du monde flottant » en japonais, désignent un nouvel art de vivre, reflet des plaisirs populaires de l’ère d’Edo ( Kyoto, capitale impériale, à Edo (Tokyo), capitale du Shogun -ndlr.). Ukiyo, est un terme bouddhiste associé aux illusions changeantes du samsara, caractérisant l’impermanence du monde. Prononcé, il signifie également loisir. Par association, il va désigner un nouvel art de vivre qui fleurit pendant la période Edo. « E » signifie image ou peinture. Le terme Ukiyo-e va donc évoquer les images issues de ce monde flottant, fruit et reflet du foisonnement culturel de l’ère Tokugawa (1600-1868). Une ère de stabilité politique et économique pendant laquelle prospère une nouvelle  bourgeoisie des villes aux envies variées. Salons de thé, restaurants, bains, théâtre Kabuki, contemplation des paysages et belles femmes du Yoshiwara participent à cet art de vivre hédoniste où règne le raffinement esthétique. Une effervescence artistique et culturelle mais aussi  un enfermement farouche vis-à-vis de toute influence étrangère étonnamment bénéfique.

« Estampes rares et raffinées, issues de matières précieuses et des techniques particulièrement élaborées, les Surimono associent des compositions figuratives et des textes poétiques. Tirés en un petit nombre d’exemplaires, elles sont destinés à des cercles restreints d’intellectuels ou élites culturelles. Représentant ainsi la quintessence du raffinement japonais, ces oeuvres illustrent tout l’éventail de thèmes et images caractéristiques de la vie et de la culture de l’ancien Japon parcourus dans l’exposition : les motifs naturels et les scènes de vie quotidienne ; la représentation des acteurs du théâtre kabuki et de belles habitantes de Yoshiwara ; les natures mortes liées aux célébrations du nouvel an ; les scènes de genre et érotiques ou, encore, les héros et les légendes traditionnelles. A cet ensemble d’estampes particulièrement précieuses viennent s’ajouter d’autres oeuvres majeures des mêmes artistes, mais aussi de noms célèbres tels que Harunobu, Utamaro, Koryūsai, Sharaku, Toyokuni, Kunisada. Faisant écho aux imageries des Surimono, ces estampes montrent toute la variété technique et iconographique d’un art ancestral et fascinant. »

L’exposition propose également des objets d’artisanat de l’époque, soigneusement choisis dans des collections publiques et privées : représentations des courtisanes,  chapeaux insolites, accessoires de beauté féminins, casques originaux et armures spectaculaires sont autant de thématiques a retrouver. Des écritoires, des ustensiles et des objets de la vie quotidienne ainsi que reproductions photographiques et des extraits de films vous immergeront dans la vie quotidienne du Japon oublié, empreint d’une tradition éternelle..

L’exposition sera l’occasion de découvrir, et/ou de redécouvrir, la culture du pays du Soleil Levant mais aussi En cheminant atour d’une culture d’exception d’accompagner et de traverser une entreprise littéraire, artistique et mémorielle.

Jean-Claude ATTALI

Commissariat : Anna Katarzyna Maleszko, conservatrice de la collection d’art japonais au Musée National à Varsovie et spécialiste de l’art japonais des périodes Edo et de Meiji.

Hotel De Caumont
3 rue Joseph Cabassol
13100 Aix-en-Provence

Site officiel de L’Hôtel de Réauville dit De Caumont.

Site de la Fondation Jerzy Leskowicz.

Pour réserver vos billets en ligne, c’est par Ici.

 

Visite virtuelle dans cette exposition exceptionnelle :

 

Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*