Accueil » Univers Manga » Chroniques Manga » Why nobody’s remembers my world? T1 (Sazane, Arikan) – Doki-Doki – 7,50€

Why nobody’s remembers my world? T1 (Sazane, Arikan) – Doki-Doki – 7,50€

Parution : 03/2020

Résumé
Mené par Sid, devenu depuis un prophète, l’humanité a remporté la guerre qui opposait les cinq races présentent sur la planète.
Les démons, les célestins, les spectres, et les bêtes mythiques ont été emprisonnés dans quatre pyramides, renommées tombeaux, qui font l’objet d’une vigilance particulière depuis un siècle.
Avec ses camarades, Aslan et Saki, Kai effectue son service national. La conscription ayant pour mission la surveillance des réceptacles renfermant les ennemis ancestraux.
Alors qu’il se rend à un rendez-vous avec Jeen, une autre de ses amis, qui s’apprête à partir s’enrôler dans l’armée. Le jeune garçon, à qui sa comparse révèle ses sentiments, fait face à un curieux phénomène de distorsion de la réalité.
Il reprend ses esprits dans un monde où l’issue de la Grande Guerre a été très différente et devient la proie d’un démon.

Notre avis

Le catalogue Doki-Doki recèle énormément de titres du même genre que cette nouvelle série « Why nobody remembers my world ? », mélange d’heroic fantasy et de technologie.
Ce nouveau coup de cœur de la maison d’édition dirigée par Arnaud Plumeri est une licence distribuée au Japon par Media Factory, tout comme « The Rising of the Shield Hero » et « Mushoku Tensei ».
Là encore à l’origine de ce manga, un roman destiné à un jeune public, signé Kei Sazane.
L’intrigue fait intervenir un univers parallèle et s’apparente au sous genre de l’Isekai, sans qu’on ne puisse vraiment déterminer à l’issue de ce tome sa catégorie (tensei ou ten’i).
Tout au plus nous fait-on comprendre qu’une force supérieure réécrit le monde.
Arikan, dont c’est le premier manga, complète les illustrations du light novel, en s’occupant notamment du design des personnages.
Le résultat est une véritable réussite, le bestiaire représenté dans le monde de Kai lui donnant l’occasion de s’illustrer en dessinant d’horribles démons ou bien encore des anges à la beauté indiscutable. L’action est au rendez-vous.
On pourrait appréhender une histoire déjà vue, mais tel n’est pas le cas.
Il apparaît très vite qu’il y a de véritables enjeux à la clef pour notre jeune héros, comme de découvrir les raisons qui font que cette réalités alternatives est différente, et d’expliquer que personne ne le reconnaît alors qu’il retrouve des incarnations de ses camarades de service militaire.
Ces cinq premiers épisodes ont un véritable intérêt.

En deux mots
Doki-Doki nous offre encore un excellent shonen.

Tags : , , , , , , , , , , ,

Un Commentaire

  1. Posté 6 avril 2020 at 22 h 21 min | Permalink

    Un manga qui me tente. Mais c’est vrai que juste avec la couv’, ça ressemble aux choix éditoriaux habituels de Doki doki. J’espère que l’histoire tient la route et qu’il n’y a pas du fan service à gogo comme dans certains titres.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*