Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Thomas Koch, directeur marketing France de Patreon

Rencontre avec Thomas Koch, directeur marketing France de Patreon

Sorties décalées, projets avortés, interventions annulées… La période actuelle ne fait qu’accentuer les difficultés des autrices et auteurs de BD.
Pour s’en sortir ou tout simplement pour rompre avec un système qui ne leur convient pas, des auteurs se tournent vers d’autres modes de diffusion.
Nous sommes allés poser quelques questions à Thomas Koch, directeur marketing France de Patreon, plateforme de financement participatif fonctionnant sous forme de mécénat.

Bulle d’Encre : Bonjour Thomas et merci de nous accorder cette interview.
Avant d’aller plus loin dans cet échange, pourriez-vous présenter en quelques mots Patreon et, en quoi cette plateforme se démarque d’autres sites tels que Ulule ou KissKissBankBank ?

Thomas Koch : Patreon est une plateforme qui met en relation les créateurs de contenu et leurs communautés, afin de permettre aux fans de devenir des contributeurs grâce à un système d’abonnement.
Créée il y a 7 ans par le musicien Jack Conte, son objectif premier est de financer la classe créative et de mettre fin à la précarité des artistes en leur permettant de vivre de leur travail. Toute la plateforme a été pensée pour permettre aux créateurs de se rapprocher de leur communauté et de vivre de leur art.
C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Patreon prélève des commissions parmi les plus basses du marché : c’est un outil pensé par un créateur pour les créateurs. Notre singularité réside aussi dans le système d’abonnement que nous proposons, qui permet aux artistes de générer un revenu régulier, chaque mois – plutôt que sur un seul projet.

BDE : Le grand public connaît en effet mieux les plateformes destinées à financer un projet en particulier et très peu celles qui reposent sur du mécénat. Comment arrivez-vous à leur faire découvrir ce concept ?
TK : En réalité, nous nous adressons surtout aux créateurs, qui, de leur côté, convainquent leur communauté de les rejoindre s’ils se lancent sur Patreon. En effet, les fans s’abonnent à des créateurs qu’ils apprécient beaucoup et qu’ils souhaitent soutenir. Finalement, ce sont les créateurs qui se chargent d’expliquer et de motiver leur communauté à les suivre sur Patreon, car ce sont eux qui les connaissent le mieux. Chaque communauté est différente et possède ses propres leviers. Mais les créateurs nous découvrent beaucoup par le bouche à oreille, ou alors sur Internet. Ce qui est intéressant, c’est que beaucoup d’entre eux se lancent sur Patreon parce que leurs fans le leur ont demandé directement !
Nous sommes encore assez nouveaux en France, mais nous accueillons chaque jour de nouveaux artistes, ce qui nous conforte dans l’idée que les créateurs français qui ne nous connaissaient pas recherchaient une plateforme comme Patreon.

BDE : Le milieu de la BD semble encore frileux par rapport à ce principe. Il y a certes quelques succès, par exemple David Revoy pour Pepper&Carrot sur Patreon ou Maliki sur Tipeee, mais cela reste limité. Comment expliquez-vous ce décalage par rapport à d’autres secteurs déjà plus sensibles à ce type de fonctionnement ?
TK : Selon moi, il y a deux explications possibles : la première, c’est que beaucoup de créateurs pensent encore que ce type de plateformes ne sont destinées qu’aux chanteurs ou vidéastes. Peu sont au fait que Patreon est destinée à tout type de créateurs : peintres, écrivains, podcasteurs, dessinateurs, etc. Il est très important pour nos équipes que chaque créateur puisse se sentir bienvenu sur Patreon.
Je pense aussi que l’univers de la BD n’est pas digital par nature, contrairement à des secteurs comme la vidéo ou au podcast par exemple. Longtemps, la BD s’est essentiellement reposée sur le système d’édition classique. D’ailleurs, la présence de dessinateurs et de scénaristes sur Patreon démontre que ce système est en train d’évoluer et qu’il a toute sa place sur ce type de plateformes digitales.

BDE : Un visiteur lambda qui arrive sur Patreon est facilement perdu, à moins qu’il sache déjà où chercher. Ne pensez-vous pas que cela favorise plutôt des créateurs déjà bien identifiés et avec une communauté établie ?
TK : Nous voulons que chaque créateur puisse gagner sa vie grâce à son travail, quel que soit son art ou sa notoriété, grâce au soutien de ses fans. Patreon n’est pas encore un lieu où l’on découvre des artistes, mais il permet d’approfondir et de consolider un lien préalablement établi entre un artiste et sa communauté. Ainsi, il ne s’agit pas de favoriser les créateurs déjà bien identifiés, mais de leur fournir un outil leur permettant de se rapprocher de leurs fans. Par contre, il n’est absolument pas nécessaire d’avoir une communauté importante avant de se lancer sur Patreon. Il suffit simplement d’être suivi par quelques personnes croyant suffisamment en votre projet pour vous soutenir et vous accompagner dans cette nouvelle aventure. D’ailleurs, quand vous regardez les inscrits sur Patreon, vous pourrez voir que beaucoup d’artistes sont encore assez discrets sur les réseaux, mais qu’ils s’épanouissent pleinement en consolidant les liens avec leurs fans sur notre plateforme. En fait, ce ne sont pas les créateurs les plus célèbres qui ont forcément le plus de succès sur Patreon. Je pense notamment à Hugo Jacomet, qui a créé un blog spécialisé sur l’élégance masculine – un sujet très niche. Il a une communauté très engagée et très impliquée sur Patreon.

BDE : A terme, pensez-vous que ces plateformes seront plus démocratisées ? Et devenir, par la même occasion, une véritable alternative par rapport à l’édition traditionnelle ?
TK : Nous avons beaucoup d’artistes qui ont fait de Patreon leur source de revenu principale, et qui vivent de leur création grâce au soutien de leurs fans ! Quand on travaille avec Patreon, c’est qu’on croit profondément en l’importance du rôle de la culture dans l’épanouissement et le bien-être de la société. Avec la pandémie, on ne peut que le remarquer : les artistes et le monde de la culture font partie des premiers sacrifiés, comme s’ils étaient optionnels, des “extras”. Patreon veut réellement donner une chance aux créateurs de pouvoir continuer à produire, à s’exprimer et à créer, tout en n’ayant plus à se préoccuper de remplir leurs frigos ou de payer leur loyer. En se développant, Patreon pourra proposer un écosystème plus juste à ceux pour qui la culture et la création de contenus est un levier essentiel à l’accomplissement personnel.

BDE : Pour conclure cet entretien, que conseilleriez-vous à un auteur souhaitant se lancer sur une plateforme telle que la vôtre ?
TK : Avant de vous lancer, n’hésitez pas à exploiter les outils que Patreon met à votre disposition : blog, communauté, centre d’aide, FAQ… Nous proposons notamment sur notre blog une liste de 15 conseils “bonne conduite au démarrage”, qui vous dévoile nos recommandations pour les nouveaux inscrits : placez vos fans au centre de votre stratégie parce qu’ils sont vos plus fidèles contributeurs, tout en intégrant le fait que l’abonnement modifie la relation préalablement établie avec eux. N’hésitez pas à proposer des formats variés qui surprendront votre communauté. Établissez un lien solide avec elle en étant régulier et constant dans vos échanges, impliquez-la au maximum, en la sollicitant durant des lives ou des échanges privilégiés. Enfin, parlez-en le plus possible autour de vous afin d’embarquer un maximum de fans avec vous sur Patreon !

Interview réalisée par Anthony Roux le 09 février 2021
© Images : Fran Meneses, illustratrice et vloggeuse – https://www.frannerd.cl/
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leurs accords.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*