Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Régis Hautière – Scénariste de Ghetto Poursuite

Rencontre avec Régis Hautière – Scénariste de Ghetto Poursuite

L’année 2010 pourrait être celle de Régis Hautière. En effet, le talentueux scénariste (Au-delà des nuages, L’étrange affaire des corps sans vie…) est pour le moins prolifique ces derniers mois avec trois titres parus en peu de temps et presque autant encore à venir jusqu’à la fin de l’année. C’était donc l’occasion de poser quelques questions à ce sympathique auteur.

Chronique de l’album

Rencontre avec Régis Hautière

Bulle d’Encre : Bonjour Régis. Tu as une actualité chargée depuis quelques semaines, le dernier album en date est Ghetto Poursuite. Peux-tu nous en dire plus sur l’histoire de cet album que tu co-signes avec Rim’K ?
Régis Hautière : Il s’agit d’une histoire assez simple qui met en scène quatre jeunes vivant dans la banlieue parisienne. Partis pour accompagner une voisine en voiture, ils changent d’itinéraire pour assister à un match de foot. Leur virée, au fil des rencontres, tourne progressivement à la catastrophe et ils se retrouvent embringués malgré eux dans une histoire qui les dépasse.

BDE : Justement, comment s’est organisée l’écriture de cet album avec Rim’K dont c’était la première participation à un album BD ?
RH : Rim’k a d’abord écrit les grandes lignes de l’histoire. A partir de ce synopsis, j’ai écrit un séquencier, c’est-à-dire une présentation de l’histoire sous forme de courtes séquences. Nous nous sommes ensuite rencontrés pour affiner tout ça. Quand nous sommes tombés d’accord sur le déroulement de l’intrigue, j’ai fait le découpage case par case de l’album. Rim’k, enfin, a retouché les dialogues.

BDE : L’ambiance générale de l’album n’est pas sans rappeler celle des films de Guy Ritchie et plus particulièrement Snatch, on pense par exemple au personnage du Manouche. Simple hasard ou source d’inspiration avérée ?
RH : Source d’inspiration revendiquée. C’était une volonté de Rim’k. J’ai d’ailleurs découvert Snatch à cette occasion. La scène dans la casse auto, avec les gitans, est un clin d’œil à ce film.

BDE : Tu es l’auteur d’une gamme variée d’ouvrages, qui vont du policier à l’historique en passant par l’aéronautique, etc. Dans quel registre te sens-tu le plus à l’aise ?
RH : Je ne sais pas… Je crois que ce qui me plaît le plus, en fait, c’est de passer d’un genre à l’autre. J’aime bien la structure narrative et les artifices des polars. J’aime aussi m’appuyer sur des événements historiques et j’apprécie la liberté dont on dispose dans les récits se passant dans des mondes imaginaires. Mais là où j’ai le plus de facilité, c’est peut-être dans un registre complètement différent et que j’ai du mal à définir… Une sorte de mélange d’humour absurde et de poésie lunaire. Je prépare actuellement un diptyque qui correspond à cette définition, avec Renaud Dillies pour les éditions Dargaud.

BDE : Passer d’un style à l’autre te permet de multiplier les intrigues et d’échapper à la routine ? As-tu peur de trop te disperser parfois ?

RH : Pas vraiment. J’aurais plutôt peur de me répéter, ce qui arriverait certainement si je travaillais tout le temps dans le même registre.

BDE : Quand tu écris tes histoires, sais-tu à l’avance qui va les illustrer ? En effet, tu travailles avec des dessinateurs aux styles assez différents, qui influent sur le style de l’album…
RH : Oui. En règle générale, quand j’écris une histoire, je l’écris pour un dessinateur précis. Je travaille en fonction de son dessin, de sa mise en scène, de son univers et de ses envies. Ça me donne un cadre dans lequel j’essaye de m’exprimer.

BDE : As-tu un album de prédilection parmi ceux que tu as sortis jusqu’à maintenant ?
RH : Peut-être Mister Plumb. C’est celui qui me ressemble le plus.

BDE : Tu prépares de nombreux autres projets, peux-tu nous en dire un peu plus sur ces derniers ?
RH : Le prochain album paraîtra au mois d’août chez Delcourt. C’est le premier des cinq tomes de La Guerre secrète de l’Espace, une série retraçant l’âge d’or de la conquête spatiale (de Spoutnik aux premiers pas d’Armstrong sur la lune) sous forme d’histoires d’espionnage.
Au mois d’octobre, De briques et de sang, un polar social de 140 pages paraîtra sur le label KSTR. L’histoire se passe en 1914 au Familistère de Guise. Viendront ensuite, début 2011, Accords sensibles, un récit intimiste de 120 pages chez Glénat/Treize étrange, puis le projet avec Renaud Dillies que j’ai déjà mentionné, chez Dargaud.
Je travaille aussi sur une fiction d’aventure qui se déroule sous la deuxième république pour Quadrants, sur une série d’anticipation pour Delcourt, et enfin sur une histoire avec des enfants qui se passe pendant la première guerre mondiale, pour Casterman.

BDE : Merci à toi !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau

Interview réalisée le 8 juin 2010.

© 2010 Dargaud/Rim’K/Hautière/Taborda
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*