Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Arnaud Delalande et Guy Michel – Auteurs de Surcouf

Rencontre avec Arnaud Delalande et Guy Michel – Auteurs de Surcouf

« Je vais vous raconter comment j’ai approché une légende… Surcouf, le roi des corsaires. Je vais vous raconter comment je l’ai suivi, en Ile de France et dans l’Océan Indien… Comment j’ai tenté de le tuer, comment je l’ai aimé, sauvé… Et comment je l’ai trahi. Mais tout a commencé en 1796, quelque part aux Indes… »

Comment parler de Saint-Malo sans aborder l’histoire de son plus illustre enfant, immortalisé par une statue surplombant les remparts et montrant du doigt la direction de l’aventure? Impossible! C’est pour cela que nous avons profité du festival Quai des Bulles pour rencontrer les auteurs de la série Surcouf. Confortablement assis en salle de presse, les yeux attirés par le grand large à la recherche du fantôme du corsaire, ils nous ont parlé avec passion d’un personnage mythique qui fait encore vibrer la cité malouine.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour ! La baie vitrée nous offre une vue unique sur la mer et la cité corsaire. Avez-vous été inspirés par Saint-Malo pour l’écriture de cet album ?
Arnaud Delalande : C’est surtout le personnage qui nous a inspirés. Grâce à son arrière-arrière-arrière-arrière-petit-neveu, qui s’appelle Erick Surcouf et qui, outre d’être son héritier, est lui-même chercheur de trésors. Tout vient d’une rencontre amusante lors d’un salon du livre à Nice, à l’occasion duquel a germé l’idée d’un projet de BD sur son aïeul, chose qui n’avait pas été réalisée depuis Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon au début des années 50.
Guy Michel : C’est ça, ça correspond exactement à l’âge d’Erick.

BDE : Il n’avait donc pas vu de nouvelle adaptation de son vivant ?
AD : Non, et pour cause puisque c’est lui qui a la paternité des droits. D’une certaine manière, on ne peut pas utiliser son nom, qui est protégé. Et donc, au détour d’une conversation, on s’est dit qu’on pouvait relancer l’idée d’en faire à la fois une BD d’aventure qui soit un hommage à l’aïeul mais aussi un clin d’œil à nos prédécesseurs, et une nouveauté en appuyant sur le côté spectaculaire et en renouant avec la dimension épique du personnage et l’imagerie des corsaires. On voulait être fidèle à l’esprit de l’époque et surtout de Surcouf, avec ses aspérités et ses erreurs. Et on a ensuite rencontré Guy.
GM : Moi qui suis d’ici, ça offre une continuité. Mais je vais quand même souligner que Surcouf était Servanais, avant d’être Malouin. Car il est né et il est mort à Saint-Servan (NDR : une ancienne commune rattachée en 1967 à la ville de Saint-Malo dont elle devenue un quartier). Comme je suis aussi Servanais, attention à la précision ! (rires) Ceci étant rétabli, le projet est venu alors que je ne l’avais pas du tout prévu. Je partais sur une énième histoire de pirate quand nous avons été mis en contact par un ami commun.
AD : Un ami qui se trouve être Jérémy Lachal, le directeur de Bibliothèques sans Frontières, une organisation dont je suis secrétaire général et parrain avec un certain nombre d’écrivains, et avec qui Guy a aussi travaillé dans le cadre d’opérations comme celle pour Haïti au moment du séisme. On s’est donc trouvé comme ça. Et Guy, avec sa double casquette haïtienne et malouine, était le candidat idéal pour le poste ! Steven Cabrol nous a ensuite rejoints pour filer un coup de main avec beaucoup de talent.

BDE : Y a-t-il eu beaucoup de travail pour respecter un maximum l’exactitude graphique ?
GM : Oui, mais on avait tout sous la main : la ville, les bateaux qu’on peut retrouver, etc. Pour les personnages, c’est autre chose, c’est la partie la plus créative. Je trouve ça très intéressant de justement dépoussiérer ce qui a été fait et de reprendre ça à la manière d’aujourd’hui, comme le disait Arnaud. Histoire que ça soit une BD qui puisse se lire indépendamment.
AD : Il y avait un mariage qu’on cherchait à faire entre le côté classique et traditionnel qu’est l’imagerie corsaire mais aussi – comme on sait qu’on va être lu par des jeunes de la génération du tout numérique – celui de l’aspiration pour les grands espaces, l’esprit d’aventure qui échappe au temps. Ce n’est pas incompatible quand on voit le succès de Pirates des Caraïbes. Ça nous fait du bien à nous aussi de nous replonger dans cet univers où tout est encore possible, loin de la crise économique ! (rires)

BDE : Avez-vous réussi à aborder tous les aspects du personnage sans trop de limite ?
AD : Ça a été l’objet de discussions parfois, mais on a essayé d’être à la fois fidèle au côté héroïque qu’on lui connait mais sans oublier de montrer aussi ses erreurs, comme sur la Traite des Noirs puisqu’il conduit un ou deux navires négriers à un certain moment. Bon, il est toujours facile de faire a posteriori le procès d’un temps révolu, alors qu’à cette époque ça ne posait pas les mêmes problèmes éthiques. Et justement c’est intéressant chez lui car, par nécessité économique pour les planteurs des îles, il a accepté de continuer le trafic pendant un moment, jusqu’à ce qu’il se rende compte que ça n’allait pas avec les valeurs dont il se réclamait. On n’a donc pas du tout essayé de masquer ça – on s’en rendra aussi compte dans le Tome 2 – mais on n’a pas non plus adopté une posture radicale qui aurait été de dézinguer le mythe. Ce n’était pas la crapule des mers, il reste un grand bonhomme, avec ses valeurs de courage et d’engagement.
GM : On a voulu le traiter dans son ensemble. Je pense que c’est ce qui le rend intéressant, parce que lui, par rapport à l’Histoire, a fait les choses à sa manière. Une manière moderne, on va dire. Je trouve qu’il était un peu en avance sur son temps. C’était un mauvais élève, un jeune turbulent, mais c’est ce qui a nourri le corsaire qu’il est devenu. Par rapport à la Traite, je pense que sa démarche est très intéressante, car il a continué alors que c’était interdit mais il a arrêté de lui-même quand personne ne le forçait. C’est un déclic humain assez profond.
AD : Par ailleurs, il sauve aussi 260 esclaves à fond de cale dans un naufrage, ce qui représente bien qui il est. Car il le fait par nécessité économique du point de vue des planteurs pour qui il travaille mais aussi parce qu’il sent que c’est humain. Lui-même fait son chemin. Ce qu’il pense de la condition humaine et de la liberté va au-delà de ça, ça le fait revenir aussi à sa propre conscience. C’est évolutif.

BDE : Il semblait avoir une notion toute personnelle de la société.
GM : Il en était justement un peu en dehors, sur son bateau.
AD : C’est intéressant car il est à la fois hyper individualiste, comme on pourrait dire, mais il a aussi un équipage, des hommes dont il a la charge. C’est donc collectif, avec la solidarité des hommes de mer. Il y a quelque chose de rafraichissant dans cet engagement, car ces valeurs sont mises à mal à notre époque.

BDE : Jamais Erick Surcouf n’a hésité à laisser montrer tous ces aspects ?
AD : Non, on en a à peine parlé car pour lui ça coulait de source. Évidemment, son but n’était pas non plus qu’on détruise le mythe mais il a lu le scénario et n’a eu aucun problème avec. Il a même été assez ouvert sur le sujet. A aucun moment il n’a été question de supprimer ou d’ajouter des passages, comme il l’a d’ailleurs fait dans son livre. Par contre, au niveau du scénario, comme les formes de narration ont changé depuis Charlier, où on pouvait tout raconter par le menu avec 12 ou 15 cases par page, on a été obligé de sélectionner. Mais la sélection ne s’est jamais portée sur ce genre de considération, les problèmes ont plus été d’ordre narratif, afin d’éviter un biopic classique avec un ordre chronologique qui aurait bloqué le déroulement.

BDE : Justement, le choix de passer par l’intermédiaire d’un journaliste plutôt que d’aborder Surcouf directement s’est-il fait facilement ?
AD : En fait, la biographie d’Erick part du point de vue d’un commerçant qui arrive à Saint-Malo le jour des funérailles, et il remonte le fil du temps. On ne voulait pas vraiment faire ça mais, en discutant avec Laurent Muller chez 12bis, il nous a suggéré le point de vue du journaliste. Là-dessus, en me documentant, je me suis aperçu que le Times venait de naitre à ce moment-là. Bon, le journaliste, c’est un peu moderne car on n’en était bien sûr pas aux reporters façon Tintin, mais l’idée était d’avoir un œil ouvert sur l’histoire, notre témoin qui se double d’un espion pour le côté thriller. C’est la petite licence qu’on s’accorde sur l’Histoire, car elle nous permet d’aller directement aux éléments qui nous semblent les plus fondateurs ou les plus marquants, en évitant tous les jours de la semaine de la vie de Surcouf ! Dans mon esprit, comme dans celui de Guy ou de Steven je pense, ça permet de faire passer le sentiment de l’histoire et le souffle qu’il y a dans ce genre de vie. C’est une invitation au voyage, pas un manuel qu’on va asséner, on espère que les lecteurs aimeront faire quelques recherches ensuite et savoir ce qui est vrai ou pas.
GM : Je pense qu’on apprend tout aussi bien comme ça. Personnellement, quand on m’a soumis le projet, je n’ai pas dit oui tout de suite. J’ai beaucoup lu puis j’ai été un des premiers lecteurs du scénario, dans lequel il y avait une vraie écriture. Le nom m’a fait tilt car je venais de déménager de Saint-Malo pour m’installer à Paris, j’ai donc jeté un œil au scénario. Et en le lisant, on est emballé ou on ne l’est pas. Car après il faut voir les images et les dessiner. Si ça ne provoque aucune image… Moi, ça m’a motivé. On peut mettre des scènes maritimes sous n’importe quel prétexte, mais c’est vraiment l’écriture qui m’a convaincu.
AD : D’une certaine manière, c’est interactif. Car mon boulot est de suggérer des images au dessinateur, ensuite ces images doivent renvoyer le même effet, que tout fasse corps. Quand on voit la double-page d’ouverture, tout à coup ça y est. C’est ça qu’on veut, des voiles qui claquent, du grand espace, du souffle…

BDE : Comment s’est déroulé le travail avec Steven Cabrol ?
GM : Comme Arnaud a fourni un scénario complet, j’ai fait le découpage. Avec toutes ces pages prêtes, on a travaillé ensemble et indépendamment, sur différentes pages. C’est un vrai travail à quatre mains. On nous a souvent demandé qui fait quoi, c’est difficile à dire ! Steven a commencé par des petits trucs, et petit à petit il a fait de plus en plus de choses. Ça permet vraiment d’atteindre une meilleure qualité.
AD : Avec l’avènement du numérique et les talents qui sortent de plus en plus nombreux des écoles, on constate une vraie évolution. De plus en plus de projets se montent à plusieurs, avec un lettreur, un encreur, un ou deux dessinateurs… Parfois aussi c’est très cosmopolite. Je travaille par exemple aussi sur Aliénor chez Delcourt, avec un dessinateur argentin, un coloriste espagnol – que je n’ai jamais vu ni l’un ni l’autre – et une co-scénariste italienne que je connais par contre très bien. On en arrive à des équipes étonnantes ! Et pour Surcouf, je suis ravi d’avoir Guy qui cumule tout ce qu’il faut avoir, car en plus de ses origines haïtiennes et malouines, il mange du bateau ! (rires)
GM : C’est vrai que je suis servi ! (rires) Mais ça devient très vite plaisant, même si je ne sais pas trop comment l’expliquer. Pour moi, c’est très compliqué de faire une voiture.
AD : Après Surcouf, tu veux qu’on fasse Michel Vaillant ? (rires)
GM : J’aime bien les vieilles voitures, en plus ! (rires)

BDE : Un aspect étonnant de la série est de ne jamais « voir » Surcouf autrement qu’à travers les témoignages. Est-ce que cela va changer ?
AD : Oui, car ce premier tome était un préambule. D’un point de vue narratif, c’était un peu comme dans Citizen Kane, c’est à dire avec un journaliste qui enquête sur quelqu’un dont on raconte la vie. Dans le Tome 2, on assistera à la rencontre entre les deux personnages, on passera donc de séquences de flash-backs à un lien direct. Ils seront à la fois amis et ennemis sur le même bateau. Et dans les deux tomes qui resteront, on suivra cette histoire d’amitié fictive mêlée à des événements réels. Ça permet de souligner l’aspect de l’observateur qui voit le tigre grandir, depuis le moment où c’est un gamin turbulent jusqu’à celui où, comme Lafayette ou d’autres, il prend une dimension supérieure, une éclosion incroyable. Rappelons aussi que Surcouf avait une chance invraisemblable car, au fil de toutes ces années en mer, il n’a été blessé qu’une fois au nez, c’est tout !
GM : Et pourtant il allait au feu.
AD : Il n’était pas comme dans l’état-major britannique lors de la guerre d’indépendance qui restait derrière, non, il est au feu. C’est une baraka exceptionnelle ! Ça souligne un destin hors du commun, un énergumène fantastique qui devait fédérer son équipage mieux que les autres.
GM : C’est typiquement le genre d’homme qu’il faut à tous les moments de l’Histoire pour faire avancer les choses.
AD : Et rétrospectivement, c’est un des rares qui ait mis une pilée aux Anglais alors que la plupart du temps c’était quand même l’inverse, il faut le dire !

BDE : Et il a vécu longtemps – et riche – après la fin de sa carrière de corsaire.
AD : On en fera la fin de la série, puisqu’il a été armateur à Saint-Malo. Toute cette période post-navigation n’est pas la plus épique mais c’est le retour du lion sur sa terre en tant qu’homme d’affaires prospère.
GM : Il a su éviter la misère, au contraire de beaucoup d’autres.
AD : Exactement, car c’était une époque trouble en France pendant qu’il baroudait sur les mers : la fin de la monarchie, la Révolution Française, le Directoire, la Convention, la Restauration, etc. Beaucoup d’autres ont vécu des trucs incroyables, mais en retournant leur veste par amour, par conviction politique ou par nécessité.
GM : Lui a tracé son chemin tout seul, tout en participant activement à l’effort de guerre dans les îles.
AD : Il était ailleurs. C’est intéressant d’être excentré. Quand il est allé à Paris à son retour pour défendre sa cause, il obtient gain de cause quand tous les autres se font guillotiner.

BDE : Merci à vous !
AD & GM : De rien, merci à toi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 26 octobre 2012.

© 12bis 2012/Delalande/Surcouf/Michel/Cabrol
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*