Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Any Empire (Powell) – Sarbacane – 24€

Any Empire (Powell) – Sarbacane – 24€

Parution : 10/2012

Lee Powel est un jeune américain. En pleine conquête adolescente de lui-même, un imaginaire testostéroné aux comic books, il découvre à travers ses petits jeux de guerre: le courage, l’honneur, la bravoure et le danger. La crise immobilière qui a frappé durement les classes moyennes du nouveau continent contraint la famille Powel à vendre cette maison natale que Lee affectionne tant. L’image de son père, militaire de carrière résigné et fourbu par un contexte défavorable, est très profondément remise en question. Les illusions de Lee et l’idéal qu’il se faisait de lui sont mises à mal et il se retrouve souvent seul, se plonge dans ses lectures et se construit un monde d’aventure pour entretenir ce qu’il lui reste d’idéaux. Un jour, il découvre la cabane de Purdy et des jumeaux, qui imposent comme droit de cité le meurtre de quelque chose de vivant. Ces enfants-là ont trouvé une occupation plus morbide, un déchaînement violent et lâche en réponse à une construction identitaire difficile. Ce n’est pas le cas de Sarah qui s’inquiète du nombre de petits animaux mortellement mutilés. Elle tente, avec sa maman, de soigner ces innocents, se découvrant par la même une vocation. Les châteaux de cartes qui protègent alors ces enfants les suivront jusqu’à l’âge adulte où il se retrouveront bien plus profondément accrochés à leurs chimères que jamais.
Avec Any Empire, Nate Powell donne la prépondérance narrative graphique au roman. La force du dessin et le choc des images permettent à l’auteur d’être économe de mots tout en dispensant un nombre important de messages. Les silences en disent long et pèsent fortement sur le récit, dont la dimension dramatique et autodestructrice est forcément assumée. Elle est la source de cet album qui dépeint des États-Unis en crise identitaire. Les armes à feux idolâtres et la culture de la puissance militaire mènent inéluctablement au désastre, à la violence barbare et à l’oppression des innocents, tel est le cri qui déchire ces pages noires et ces pages blanches. Entre une et six cases par planche, l’auteur bâtit une narration percutante et vive où se mélangent l’espace et le temps, renforçant l’idée que le cheminement de l’être humain le renvoie sans cesse à son enfance.
Nate Powell signe ici LE roman graphique qui questionne sans neutralité la société américaine en crise dans laquelle il a grandi.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*