Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Notre mère la guerre T4 (Kris, Maël) – Futuropolis – 16,25€

Notre mère la guerre T4 (Kris, Maël) – Futuropolis – 16,25€

Parution : 10/2012

Hiver 1918, Roland Viallatte épluche le dossier du caporal Peyrac. Il exhume d’un courrier la douleur que le soldat a dû ressentir seul dans sa forge, après l’avoir retournée de la rage d’avoir été trahie par sa femme avec son apprenti espagnol. Il l’entrevoit devant le conseil de guerre qui lui reproche d’être resté sous le choc pendant quelques jours au-delà de son temps de permission. Il lit que par le truchement d’un supérieur bienveillant, Peyrac est ressorti de ce jugement sans condamnation, pour prendre le commandement d’un groupe de jeunes repris de justice, ceux qu’on appellera plus tard la section Peyrac. Il lit comment au pilori du stalag de Holtzminden en 1915, après avoir été pourtant fortement violenté, il était encore suffisamment enragé pour massacrer un soldat allemand à main nue. Viallatte retourne tous les éléments à sa disposition, notamment les carnets de Peyrac, dont certains disparus contiennent les clefs manquantes. L’enquête du lieutenant sur les meurtres des cinq jeunes femmes le ramène chez « Jolicoeur » le condamné, fusillé pour meurtre. De lourds secrets restent encore a lever…
Suite et fin de cette saga magistralement orchestrée par Maël et Kris. Le suspense monte en puissance au fur et à mesure que ceux-ci dénouent les derniers fils de l’intrigue jusqu’à l’explosion finale où l’horreur de cette guerre jaillit aux yeux des lecteurs, emportant ce qu’il reste d’humanité chez les protagonistes. Le rythme et la mise en scène sont magistraux. Depuis le début de la série, Maël reste dans les camaïeux de gris et de sépia pour la période de 14-18 et tranche avec des couleurs plus vives, synonymes d’un bonheur naïf et perdu, pour les périodes antérieures. Kris trouve dans cet album les mots qui arrachent aux lecteurs des sentiments de colère, de violence, d’incompréhension et d’injustice, tant la montée en puissance dramatique trouve son apogée avec la « résolution » de cette affaire. Il est évident que Notre mère la guerre, sous couvert d’enquête militaire, apporte des points de vues critiques sur cette grande guerre, terreau de la seconde qui lui succédera, et de biens d’autres événements majeurs du XXème siècle fraîchement enterré.
Le point d’orgue de cette série, dont les albums successifs n’ont fait que dépasser toutes les attentes des plus exigeants lecteurs.

Alain Lamourette

Chronique du Tome 3



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*