Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Hugues Labiano – Auteur des Quatre coins du monde

Rencontre avec Hugues Labiano – Auteur des Quatre coins du monde

« Vous ne savez rien… rien de rien… Afellan est un Kel Ahaggar. Ses ancêtres vivaient déjà dans cette région il y a des centaines d’années! Vous n’auriez pas assez de dix vies pour savoir ce qu’il sait des hommes… et du désert! De même que vous n’êtes pas capable, au jour d’aujourd’hui, de juger de la grandeur – ou de la bêtise – de la mort d’un homme tel que Barentin! »

Grâce à Hugues Labiano, rencontré près du littoral malouin, destination les confins du Sahara ! En sa compagnie, découvrons sa passion des grands espaces libres et des histoires d’hommes. Alors que le second tome est paru fin octobre, il nous relate la création de ce diptyque important pour lui, puisqu’il marque ses débuts comme scénariste. Des débuts qui annoncent d’ailleurs de nombreux autres projets.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour ! Vous avez dit il y a peu que le Sahara était le western des Français.
Hugues Labiano : Quelque part, oui. Si on veut trouver un exemple assez rapide et très imagé, le désert est le Far West, les pillards sont les Indiens et les Méharistes sont la cavalerie. On peut voir ça comme ça.

BDE : Comment expliquez-vous alors que le sujet n’ait pas été traité plus souvent ?
HL : Il y a bien eu quelques albums de BD sur le désert ces dernières années, mais ils ne parlaient pas de la même chose. Je dois être un des premiers. Et moi je parle vraiment d’une époque précise – la grande époque pour ceux qui s’intéressent au Sahara – celle des dernières années de la pacification, quand il n’y avait pratiquement plus de bandes de pillards, sauf peut-être dans le Sud marocain et en Mauritanie. Mais entre 1914 et 1920, c’est encore l’activité pleine des compagnies méharistes, dont le rôle était vraiment de pacifier le désert, d’éviter l’esclavage – car les pillards remontaient encore quelques esclaves du Soudan – et de faire régner une bonne entente entre les différentes tribus qui peuplaient le Sahara depuis des temps immémoriaux et se battaient entre elles. Tous les nomades avaient pratiquement un mode de vie de pillards : on allait prendre les chameaux – une grande richesse – dans les tribus voisines, lors de raids qui faisaient parfois 1500 km. Certains Touaregs allaient jusqu’au Tchad, c’était des aventuriers terribles ! Ils partaient très loin de chez eux, en n’étant jamais sûrs de rentrer… Les nomades étaient une société de guerriers car les tribus étaient toutes plus ou moins belliqueuses.
Je voulais donc parler de cet univers-là, et de la vie dans le désert elle-même, car c’est assez intrigant. Je trouve tout ça fascinant depuis plusieurs années, après être tombé sur un livre qui m’a ouvert les portes du désert. J’ai ensuite collectionné un nombre incalculable de romans, de carnets de route d’officiers, que j’ai pu trouver à gauche à droite chez les bouquinistes. J’ai surtout forgé mon scénario sur la lecture. Car je suis un gros lecteur de récits historiques en particulier.

BDE : Y a-t-il vraiment d’autres représentations de cette époque en dehors des livres ?
HL : On a eu au cinéma un film très bien fait, que j’avais vu à l’époque de sa sortie dans les années 80, qui s’appelle Fort Saganne, avec Gérard Depardieu. Un très beau film, vraiment, qui parle assez bien de ce dont je parle aussi. Il y a aussi Lawrence d’Arabie, évidemment. Mais c’est rare. En BD, je pense que je suis le premier à parler réellement des compagnies méharistes. On les retrouve dans un album de Tintin, Le Crabe aux pinces d’or, mais ça ne dépasse pas quelques passages.
Mais moi ça me fascine depuis toujours. Quand j’étais gamin, je me souviens que j’adorais les films comme Un taxi pour Tobrouk. Je ne sais pas pourquoi, je n’ai jamais été dans le désert. Et je suis aussi fasciné par la thématique de l’homme face à des cas extrêmes comme la guerre. Le soldat d’honneur est un truc qui m’attire. J’ai donc mêlé le désert à cette idée.

BDE : Est-ce que cette idée à mis du temps à mûrir, car vous avez fait d’autres BD avant d’arriver à cet album ?
HL : C’est en tout cas la première BD que j’ai aussi scénarisée. Mais c’est vrai que j’ai déjà presque vingt ans de métier – j’ai compté – et il se trouve que lorsque j’ai monté mon tout premier projet personnel chez Glénat, Matador, je n’avais pas participé réellement à l’écriture puisque c’était mon ami Gani Jakupi qui s’en était chargé mais c’est moi qui lui avais amené la base de l’histoire. J’aurais pu écrire ce premier album mais je ne l’ai pas fait. De cette série a découlé tout le reste pour moi, aussi bien ma collaboration avec Jean Dufaux sur Dixie Road, qu’avec Stephen Desberg sur Black Op ou Serge Le Tendre sur Mister George. Ils avaient en effet en commun d’avoir repéré mon travail sur Matador. Du coup, cet album a été le point de départ de ma carrière pendant 10/15 ans où j’ai travaillé comme dessinateur. Mais pour moi, dès le début, il était clair que j’écrirais. Je ne me considère pas comme un simple dessinateur.

BDE : Avec toujours en tête ce sujet qui restait présent ?
HL : Oui, même si je ne peux pas dire à quel moment il m’est venu en tête. Mais c’est quelque chose de très ancien. Je voulais d’abord finir le premier cycle de Black Op, qui était un bon succès et qui m’a offert une certaine assise chez Dargaud, me permettant de négocier avec eux à un moment assez difficile pour la bande dessinée et en particulier pour les auteurs de bande dessinée. Ce n’était pas évident mais je suis bien chez Dargaud, j’ai toujours été super bien traité et considéré. Quand j’ai proposé mon projet, j’avais 2/3 thèmes dans la tête mais j’ai choisi celui du désert parce que c’était le premier que je voulais faire.

BDE : Il me semble que vous partiez sur un seul tome ?
HL : C’est ça, je partais sur un one shot. Mais avec mon inexpérience en tant que scénariste, je n’avais aucune idée de la pagination nécessaire. Quand j’ai commencé à écrire, j’ai écrit dans le mouvement. Les pages se sont additionnées et, là où je pensais faire entre 60 et 80 pages, j’en avais plus de 90 ! Je n’avais rien ajouté à mon idée de départ, j’ai même plutôt supprimé des éléments parce que j’aurais pu faire trois albums en racontant cette histoire-là. J’aurais approfondi plus de choses du côté purement saharien. J’avais envie de parler du mode de vie, des relations entre les tribus, de la vie quotidienne, etc. Mais, en écrivant, je me suis recentré sur le plus important pour moi, c’est à dire les personnages et leurs parcours.

BDE : Vous arrivez même à vous offrir quelques planches très aérées, avec peu de dialogues mais beaucoup d’ambiance.
HL : C’est important pour ce type de sujet de faire aussi de belles images. Le désert, c’est grandiose. Pour ça, j’ai vraiment dû maitriser le récit, j’ai travaillé sur le rythme que j’ai voulu imposer aux lecteurs, avec des ralentissements, beaucoup de discussions au coin du feu, des jeux sur les regards et les silences, et puis soudain des accélérations à l’approche des combats, souvent brefs mais volontairement violents, pour montrer que la mort n’est pas plus belle sur le sable que dans les tranchées. Et ce sont des guerriers qui donnent la mort ou qui la reçoivent comme quelque chose de normal, il faut expliquer ça. Je développerai peut-être cette thématique plus tard, sur quelque chose de plus guerrier que ça.

BDE : Comment s’est passée l’écriture ?
HL : Bien. Elle m’a pris trois semaines pour le premier scénario, découpage et dialogues compris. J’ai vraiment travaillé plus comme un dessinateur que comme un écrivain, en travaillant en même temps la narration graphique et les dialogues. Pour quelqu’un d’inexpérimenté, je pense que c’est rapide. Mais je l’avais en moi depuis tellement longtemps que c’est sorti facilement. J’ai écrit au fil de la plume, beaucoup de dialogues étaient dans ma tête et sont quasiment ressortis tels que je les avais imaginés avant. C’était très étonnant.
Si bien qu’en ayant écrit aussi vite, je me suis dit « c’est pas possible, ça doit pas être terrible ! » (rires) Mais j’ai eu beau relire et le renverser dans tous les sens, c’était bien ce que je voulais dire. J’ai quand même fait quelques réaménagements, avec plusieurs relectures à chaque fois, mais j’ai changé très peu de choses au premier jet finalement.

BDE : Avez-vous fait quelques recherches supplémentaires en cours d’écriture ou aviez-vous tout le matériau ?
HL : Honnêtement, j’avais tout en tête ou suffisamment sous la main, puisque j’avais réuni toute la documentation photographique, les livres sur les Touaregs ou sur le Sud algérien.

BDE : Les couleurs sont justement très importantes.
HL : Leur grande qualité, l’impact visuel, revient d’abord beaucoup au travail de Jérôme Maffre, le coloriste avec qui je travaille à Toulouse – on partage le même atelier, c’est très pratique pour travailler ! C’est quelqu’un d’intelligent, il comprenait les choses que je lui donnais sans explication, en allant directement là où je voulais qu’il aille. On a bossé un peu à deux car j’ai travaillé sur un lavis, que j’ajoutais à mon encrage et sur lequel je travaillais la lumière. Je faisais les ombres, les drapés, ça amène de la vie et de la chair. Lui, sur numérique puisqu’il fait ça sur Photoshop, il a fait monter la sauce comme il fallait. Du coup, les images sont fortes. Je pense que Jérôme est vraiment à l’heure actuelle un des meilleurs coloristes. Il a une vingtaine d’albums derrière lui mais il sera très demandé d’ici peu de temps. J’espère pour lui, d’ailleurs.

BDE : Je crois qu’il y a eu aussi beaucoup de travail pour que les dialogues collent à l’époque ?
HL : J’ai voulu ancrer le récit dans cette époque-là, que les personnages agissent comme tel, qu’ils aient le langage de cette époque, qui est très spécial, ampoulé. Les gens étaient éduqués, surtout les officiers français. Dans l’écriture des lettres, sur la fin de l’histoire, ça a été un plaisir mais aussi une gageure, de retrouver cette façon d’écrire. C’est très littéraire la manière dont ils écrivaient. J’ai lu les Paroles de Poilus, je suis effaré par cette façon d’écrire de gars qui n’avaient pas tous le Bac. Même un cordonnier de l’époque avait une qualité d’écriture qu’un Bac+5 d’aujourd’hui n’a peut-être pas ! (rires) C’est terrible mais bon… Il fallait donc retrouver ça car ça m’intéresse et, heureusement aussi, je suis un gros lecteur et ça aide. Je suis un fan d’Histoire et ça fait des années que je lis des romans, des essais, des choses comme ça. Je pioche à droite à gauche…

BDE : De quoi donner des idées pour de futurs albums ?
HL : J’en ai d’autres, oui. Je pense avoir déjà le sujet pour le prochain projet que je réaliserai seul. Je l’ai en tête, je sais ce que c’est. Je vais encore dire que ce sera un one shot ! (rires) Avec un peu de recul et d’expérience, je pense que c’en sera vraiment un, de 80 pages. J’essaierai vraiment de faire un vrai one shot cette fois. Je ne sais pas si je peux dire sur quoi, car ce n’est pas encore d’actualité, mais ce sera sur une autre de mes passions et sur mes origines espagnoles, à la fin du XVIIIème et début du XIXème siècle en Andalousie. Ce sera beaucoup basé sur l’imagerie de Goya, dont je suis un grand fan et qui a fait de remarquables gravures sur cette époque assez foisonnante. L’Andalousie est un autre pays d’hommes, je suis très attiré par les thématiques masculines, je dois l’admettre ! (rires) Ça devrait être une histoire assez romantique, il y aura des gitans, je reparlerai même de tauromachie par l’intermédiaire d’un personnage. Par certains aspects, ça se rapprochera un peu de Matador, et d’autres sujets qui me sont chers depuis longtemps.

BDE : Vous avez maintenant envie d’écrire tous vos albums ?
HL : Ah oui ! Pour moi, ça a été une vraie révélation, avec beaucoup de nuits sans sommeil mais beaucoup de satisfaction au final. Et ça se passe bien. Si encore je m’étais planté, que ça ne marchait pas du tout ou que tout le monde s’en foutait, je dirais salut ! Mais je ne peux pas rêver mieux. L’album a un accueil extra, j’ai eu d’excellentes critiques, et d’après ce qu’on me dit j’ai l’impression que ça marche bien en librairie. Je suis ravi, alors je vais remettre ça. Mais la pression sera forte parce que j’ai conscience d’avoir réussi mon coup, je suis assez fier de ce que j’ai fait car c’est ce que je voulais faire, mais je flippe pour la suite ! Il faudra faire fort derrière pour que les gens ne soient pas déçus, que je ne sois pas déçu moi-même. En attendant, je fais un diptyque de Black Op avec Stephen Desberg, une nouvelle histoire assez indépendante de la première. Ensuite j’écrirai certainement mon projet, je verrai.
Stephen m’a d’ailleurs fait un très beau compliment car il a beaucoup aimé, et Dieu sait s’il est chiant et très dur dans ses jugements ! Il m’a dit qu’on sent que chaque détail est pensé et que je suis dans mon sujet à tous les niveaux. Ça m’a fait plaisir, venant de lui en particulier, parce que c’est un élément important.

BDE : Profitez-vous de temps morts pour commencer à écrire ?
HL : Non. Pas du tout, car je me connais, je me plonge à fond dans le sujet. Alors je commence des mois ou des années avant à emmagasiner de la documentation. Car, si je commençais par exemple à lire des livres sur l’Espagne de l’époque, ça craindrait un peu pour mon travail au quotidien sur Black Op. Je suis vraiment exclusif. Quand je fais quelque chose, il faut que je sois à fond dedans. En faisant Matador, j’étais vraiment torero, je me prenais pour un torero sur certains aspects ! Dans Dixie Road, j’étais un voyou avec un chapeau melon ! (rires) J’ai tendance à beaucoup m’impliquer. Je suis comme ça par nature, je pense que c’est la bonne manière aujourd’hui de marquer son territoire, en étant tout à fait honnête avec soi-même, en écoutant sa propre musique et en allant à fond dans les choses. Je crois qu’il n’y a que l’honnêteté, les tripes et le cœur – et un peu de cerveau quand même – qui font ressortir des choses universelles. Le destin de mes personnages est ce qu’il y a de plus important, avec les notions d’amitié, de compréhension, de pardon, de respect et de fidélité. L’humain, voilà ce qui m’intéresse. Et qui intéresse tout le monde.

BDE : Merci beaucoup, c’était un réel plaisir !
HL : Parfait, merci à toi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 27 octobre 2012.

© Dargaud 2012/Labiano
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*