Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Jean-Christophe Deveney et Jérôme Jouvray – Auteurs de Johnny Jungle

Rencontre avec Jean-Christophe Deveney et Jérôme Jouvray – Auteurs de Johnny Jungle

« J’ai combattu les animaux les plus féroces… J’ai nagé avec les crocodiles et les producteurs. J’ai couru après les panthères et les starlettes… Et personne ne pourra m’enlever ça. Personne… Pas même les chacals… ou les espions. J’ai été le roi de la jungle ! Et je me souviens de tout ! »

Johnny Jungle, une série aussi dramatique qu’humoristique ? Certainement, mais en ce qui concerne notre rencontre avec Jean-Christophe Deveney et Jérôme Jouvray, l’humour fut omniprésent. Une rencontre agréable et surtout inoubliable…

Chronique du Tome 1

Retrouvez des crayonnés du Tome 1 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Jean-Christophe et Jérôme. Ma première question s’adresse à Jérôme. Après avoir mis en scène un cow-boy solitaire, te voici aux crayons d’une série narrant l’histoire d’un semi-mythe avec Johnny Jungle. Tu aimes ce type de personnage atypique ou est-ce un pur hasard ?
Jérôme Jouvray : Ce n’est pas un hasard dans le sens où l’on m’a déjà proposé des projets que j’ai refusés. Avec Jean-Christophe, cela fait un petit moment que l’on se connaît et que l’on avait déjà parlé de travailler ensemble. Le jour où il m’a proposé le projet, j’ai eu deux secondes d’hésitation. Pourquoi ? Parce que Tarzan, on en a bouffé, on a déjà eu tout plein de versions et ça ne m’intéressait pas d’en faire une nouvelle, mais son point de vue de mélanger l’histoire de Tarzan et celle de Johnny Weissmuller rendait le projet super différent et rigolo. Du coup, j’étais partant pour le faire. Pour revenir à la question que tu m’as posée, je pense qu’un auteur, à partir du moment où il s’engage dans un récit où le personnage n’est pas atypique, il va faire en sorte qu’il le devienne. Effectivement, c’est un peu plus facile de démarrer avec un sujet comme Johnny Jungle ou comme Lincoln où le personnage a dès le départ une particularité.
Jean-Christophe Deveney : Si je puis me permettre, j’aimerais ajouter que ce qui est bien est que l’on part d’un archétype, d’un gars qui parle à l’imaginaire de tout le monde. Tu pars d’un personnage qui évoque quelque chose, qui parle aux gens et, ce qui est intéressant, c’est ensuite d’en faire un peu ce que tu souhaites et ainsi surprendre les gens.
JJ : C’est ce qui m’a plu dans le projet de Jean-Christophe, ce n’était pas une parodie de Tarzan, c’était un point de vue nouveau, une histoire qui n’empêchait pas de s’attacher aux personnages, d’avoir de l’émotion, des moments un peu plus tendres… On retrouve tout un tas d’émotions différentes dans cet album et j’aime dire « le mélange des genres est mon genre préféré ».

BDE : Comment est né ce diptyque ? Est-ce une envie commune de travailler ensemble avec Jean-Christophe Deveney ou de l’un de vous deux à proposer de traiter le sujet à l’autre ?
JCD : Tout a commencé un dimanche soir. J’étais devant ma télé, il n’y avait pas grand chose à voir et je suis tombé sur Arte, il y avait une soirée thématique sur Tarzan où ils diffusaient le premier film consacré à ce personnage, avec Johnny Weissmuller dans le rôle-titre. Je ne l’avais jamais vu donc je me suis laissé tenter. Au-delà de la simple curiosité intellectuelle, j’ai vraiment été happé par le film. J’ai été bien surpris par l’aspect sauvage, primitif, brutal de l’histoire, avec une vision colonialiste, raciste par moment. A la fin du film, j’allais couper la télévision pour aller me coucher quand je me suis aperçu qu’il y avait une seconde partie de soirée avec un documentaire sur la vie de Johnny Weissmuller. J’ai ainsi découvert que cet homme avait eu une vie de dingue, entre ses exploits sportifs, sa carrière d’acteur avec tout ce qu’elle a de rêve à l’américaine avec son ascension et sa descente hollywoodienne. A la fin du documentaire, j’ai appris qu’il avait fini sa vie dans un asile réservé aux acteurs. Il n’y a qu’Hollywood pour inventer ça (rires). Il a fini sa vie en pensant qu’il était vraiment Tarzan. A ce moment-là, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire.
JJ : C’est un peu comme ça qu’il m’a présenté le projet. Ce qui était amusant, c’était de s’imaginer demander à ce vieux bonhomme, qui confond la réalité et la fiction, de nous raconter sa vie. Qu’est-ce qu’il va nous raconter ? « Je suis né dans la jungle et j’ai gagné les Jeux Olympiques ». Cela donne un nouveau personnage loufoque et enthousiaste.

BDE : Était-ce un projet écrit pour Jérôme ?
JCD : Cette soirée spéciale Tarzan date de 2004, j’ai mis du temps à savoir ce que j’allais faire avec cette idée. Je suis parti sur d’autres pistes avant d’aboutir au scénario final, cela a pris 3-4 ans. A l’époque Jérôme, à qui j’avais parlé du projet, n’était pas disponible pour plusieurs années, puis finalement certains de ses projets n’ont pas abouti, ce qui lui a permis d’arriver plus vite que prévu sur notre projet commun. Ce n’était pas forcément un scénario écrit pour Jérôme mais j’ai eu assez rapidement envie de collaborer avec lui sur ce titre, parce que je pense que c’est vraiment une histoire qui colle à son style.

BDE : Tarzan et Johnny Weissmuller, ça vous évoque quoi personnellement ?
JJ : Ma référence première de Tarzan jusqu’à maintenant, c’était Christophe Lambert avec le film Greystoke – La Légende de Tarzan, c’est un super film dans mon souvenir. J’ai le souvenir d’un Champs-Élysées de Michel Drucker où il était invité (NDLR : Jean-Christophe Deveney se met à entonner la musique de l’émission), y a un mec de l’équipe de tournage qui rentre sur le plateau avec un gorille. J’étais super impressionné et tout à coup le gorille se redresse, retire ses lentilles de contact et là je me rends compte que c’était en fait un déguisement. J’ai découvert ainsi la magie du cinéma avec le maquillage… C’est bien après que j’ai appris que Tarzan, c’était des romans, des BD et surtout des films avec Weissmuller. Je m’en fichais un peu, ce personnage ne m’avait jamais plus attiré que ça. Quand Jean-Christophe est venu me voir avec son projet, je me suis replongé dans les films de Weissmuller et du coup j’ai aimé les regarder. C’est un des aspects qui m’intéresse, me plonger dans un univers que je ne connais pas forcément et en faire quelque chose de personnel et rigolo.
JCD : Et bien moi c’est tout le contraire, j’ai découvert Greystoke – La Légende de Tarzan après les films de Weissmuller, lorsque j’ai commencé à travailler le projet. Quand je pense à Tarzan pour moi, ça me ramène à mon enfance où je jouais à Tarzan avec ma sœur et mes cousins. Pourtant, je ne me souviens pas avoir vu de films liés à ce personnage lors de mon enfance. Pour moi, Tarzan c’est Superman, ce sont des modèles d’imaginaire très forts. Notre premier jungle à tous, c’est l’enfance.

BDE : La destinée de votre personnage est assez dramatique mais cela ne vous empêche pas de lui donner également une vision très drôle de son histoire. N’est-ce pas un exercice difficile ?
JJ : Je ne sais pas si c’est un exercice difficile, mais pour moi ça devient une condition pour tous les projets que l’on me propose. Quand on me propose un projet et que l’on me répond que l’histoire n’est pas drôle, je passe mon tour. Je suis à l’aise quand je mets en scène des personnages qui se gamèlent, qui font les cons… Je ne suis pas un dessinateur réaliste, je n’ai pas envie de le devenir plus que ça, j’ai envie d’être dans l’expression des personnages et j’ai l’impression que l’humour est un vecteur presque obligatoire pour moi. Même quand Stéphane Presle m’a proposé La Pèz Rekin, qui est une histoire dramatique, on en a discuté et je lui ai dit que les plus grands chefs d’œuvre sont ceux qui te font marrer, alors qu’à l’instant d’avant c’était totalement le contraire. Je pense par exemple au Dictateur de Chaplin, ce sont des montagnes russes avec tes émotions et si tu peux jouer sur tous les tableaux alors je dis banco. Pour que le moment dramatique soit réellement dramatique, il faut bien que précédemment on se marre pour tout cela prenne du sens. C’est ce qui m’a plu dans Johnny Jungle, on arrive à naviguer entre tous ces moments-là et je n’ai pas envie de faire de la BD exclusivement sérieuse ou comique. Avec Lincoln, il y a beaucoup d’humour mais on essaye de temps en temps de glisser deux-trois trucs qui peuvent avoir un peu de sens et de profondeur.
JCD : Je pense que le dessin de Jérôme a une force humoristique très forte mais qu’il est aussi capable d’aller dans des choses plus sérieuses. Cela est hyper intéressant d’aborder ces différents aspects pour créer de l’émotion.

BDE : Quel est le programme pour 2013 ? Vas-tu jongler entre le huitième opus de Lincoln et la fin de Johnny Jungle ?
JJ : Alors, pour la rentrée de septembre, on a prévu de sortir Lincoln T8 et, pour Johnny Jungle, il faudra patienter jusqu’à la rentrée de septembre 2014. Je vais finir le Lincoln avant de m’attaquer aux planches du second volet de Johnny Jungle vers juin-juillet. Il y a 72 planches à réaliser donc il faut me laisser un peu de temps pour le boucler.

BDE : Et de ton côté, Jean-Christophe ?
JCD : J’ai le troisième tome de la série Manchetrouille (aux éditions du Lombard) qui devrait sortir en fin d’année. Je travaille également avec Maly Siri sur un art-book pour la collection Métamorphose. Elle réalise les illustrations et j’ai le plaisir et l’honneur d’écrire des textes pour les accompagner, ce seront des nouvelles humoristico-coquines.

BDE : Jérôme, tu as participé aux 24h de la BD d’Angoulême il y a quelques jours. Comment as-tu vécu cette aventure ?
JJ : Cela fait cinq ans que je participe aux 24h de la BD. Ma petite frustration est de ne pas avoir 24 heures pour le faire, je n’ai plus 20 ans et il me faut mes 4 heures de sommeil minimum, donc je coupe en cours de route. A cela, j’ajouterais que je suis professeur et que je donne toujours cours ce jour-là donc je ne commence jamais à 15 heures comme tout le monde, mais plutôt à 19-20h. Depuis deux ans, j’utilise l’itération iconique, c’est-à-dire le principe de répétition d’une même case, donc un copié-collé, ce qui me permet d’aller un peu plus vite sur le dessin. Par contre, je me rends compte que les 24h de la BD sont l’occasion d’écrire pour moi. Johnny Jungle est mon 16ème album mais je n’ai jusqu’à maintenant jamais écrit de scénario pour un de mes albums. Ce type d’expérience avec des histoires courtes me permet d’écrire, le tout dans un temps très court, c’est donc un exercice très intéressant. J’ai réussi à faire mes 24 pages avec une chute… J’étais content de moi même si graphiquement j’aurais aimé aller plus loin. Mais je me suis super bien amusé et j’adore faire ça.

BDE : Cela ne te donne-t-il pas envie de réaliser un album de A à Z, tout du moins en t’occupant du scénario et du dessin ?
JJ : Je pense que ça arrivera un jour. J’ai déjà essayé de placer des scénarios en vain, mais un jour ou l’autre je réaliserai un projet qui sera signé par un éditeur. L’écriture est un exercice qui est assez récent pour moi et j’y découvre un mélange de vertige et de plaisir qui est grisant. C’est vraiment quelque chose que j’ai envie de travailler, mais je sens que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre. L’expérience que j’ai dans la bande dessinée me permet d’avoir un certain recul par rapport à ce que me propose un scénariste, je peux assez vite déceler quand ça coince ou qu’il y a un truc qui me gêne. D’ailleurs, pour quasiment tous les albums que j’ai dessinés, j’ai réalisé le storyboard avec le scénariste, c’est ce que l’on a fait pour Johnny Jungle par exemple. Jean-Christophe et moi étions côte à côte, on bossait ensemble à la mise en scène et au storyboard. Cela me semble indispensable de travailler conjointement sur cette partie de l’album, mon scénariste me fait ainsi des suggestions de cadrage, de mise en scènes, de rythme… Cette expérience-là m’apporte un certain recul qui fait qu’aujourd’hui je me sens capable d’écrire.
JCD : Personnellement, j’ai adoré bosser avec Jérôme sur le storyboard, il y a eu une belle émulation lors de cette étape. J’ai hâte d’attaquer le tome 2 pour ça, j’ai vraiment pris mon pied. Cela nous a permis de trouver des petits gags au fil de l’histoire, de raccourcir certains passages. C’est le premier album que j’ai l’impression d’avoir mis en scène complètement.

BDE : Qui souhaite dire le mot de la fin ?
JJ : Laisse tomber, j’allais dire une connerie à base de slip léopard ! (rires)
JCD : La BD est un art qui demande deux papas…

BDE : Merci à vous deux !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 1er février 2013.

Bonus : étapes de création de la couverture du tome 1 + crayonnés

© Glénat/Deveney/Jouvray
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*