Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Christophe Arleston – Scénariste de Lanfeust et Ekhö monde miroir

Rencontre avec Christophe Arleston – Scénariste de Lanfeust et Ekhö monde miroir

« Ekhö n’est pas un univers parallèle, monsieur! C’est une extension philoplasmique d’une a-réalité alternative, construite et entretenue grâce à un patient travail d’énergie thaumique! Un peu de respect pour une œuvre qui a tant demandé d’efforts, monsieur! Vous êtes sur Ekhö et il est impossible d’en repartir. Je vous engage à prendre toutes les dispositions nécessaires pour poursuivre votre existence sur ce monde. »

Le Salon du Livre de Paris mettait pour la première fois à l’honneur un scénariste avec l’exposition consacrée à Christophe Arleston. Le créateur de la saga Lanfeust nous livre ses impressions sur cette exposition, nous parle de ses projets et nous présente sa vision de la BD actuelle.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières planches du Tome 1 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Christophe. Nous te rencontrons au Salon du Livre de Paris où une exposition t’est consacrée. C’est rare qu’un scénariste soit ainsi mis en avant… Tes impressions ?
Christophe Arleston : Cela fait plaisir que des auteurs de bande dessinée puissent être présents sur le salon autrement qu’en dédicace. On sent petit à petit une intégration de la bande dessinée à la littérature. La plupart des expositions sont très visuelles, avec les présentations des travaux de dessinateurs ; et cette fois, c’est le travail du scénariste qui est mis en avant.
Pour mon exposition, l’idée était de recréer plus ou moins mon bureau et d’y découvrir le processus de création d’un scénario. On peut feuilleter des dossiers avec des annotations, un écran interactif avec la musique que j’écoute lorsque je travaille, des planches originales…
On évoque aussi le Studio Gottferdom, un grand atelier de 250m² à Aix-en-Provence, comprenant différents dessinateurs, coloristes, scénaristes, tout un univers. On rentre au cœur du bouillonnement de la création. Chaque mois, le Lanfeust Mag y est conçu et chaque mois on recommence à zéro. J’ai besoin de ça, c’est mon petit cocon, mon environnement. Longtemps j’ai travaillé chez moi, mais l’ambiance d’un studio est beaucoup plus stimulante.

BDE : Pilier de chez Soleil, fondateur historique du Lanfeust Mag, et désormais auteur Delcourt suite au rachat de Soleil. Est-ce que ça a changé quelque chose pour toi, aussi bien sur la ligne éditoriale du magazine que sur tes propres séries ?
CA : Delcourt, en rachetant Soleil, a voulu préserver l’identité des maisons d’éditions et leurs natures respectives. Chaque équipe éditoriale reste indépendante, garde sa personnalité, sa structure. Les moyens ont été mutualisés mais il n’y a pas eu de changement. Parfois le mélange peut être bénéfique, en fonction des gens qui peuvent être utile à l’autre. Tout se passe donc très bien, je n’ai entendu personne, auteurs comme salariés, se plaindre d’une situation inconfortable. Je suis libre de publier dans Lanfeust Mag des séries, ou pas, je n’ai aucune obligation : ça me permet de passer le meilleur de chez Soleil et le meilleur de chez Delcourt ! Mourad Boudjellal n’avait plus la tête à tout ça, il était plus dans le rugby et commençait à craindre l’avenir, notamment sur la question du numérique. Guy Delcourt est arrivé et nous a rassurés.

BDE : En parlant du numérique, ce matin [NDR: le 23 mars 2013], un accord était signé entre auteurs et éditeurs…
CA : Les maisons d’édition veulent maintenant que les auteurs vendent les droits papier et les droits numériques. Mais la question n’est pas de vendre ou pas ses droits, mais la rémunération de l’auteur au final. Le système reste identique au système papier, toute la chaîne se retrouve, on économisera juste sur les camions… Le pourcentage reversé aux auteurs doit être renégociable, on ne connaît encore rien des réalités de ce marché. J’ai moi-même cédé mes droits numériques, mais avec une révision dans 3 ans. Une fois que l’on saura exactement ce que ça coûte et rapporte, on pourra adapter les pourcentages. Mais ça mettra quelques années à se mettre en place.
Le numérique en France est plus lent qu’aux USA. Tout simplement car, aux USA, il n’y a presque plus de librairies. En France, tant qu’il y aura des librairies – et heureusement qu’il y en a – le numérique sera plus lent à démarrer. Les ventes numériques vont-elles remplacer les ventes papier ou les compléter ? A voir, il faut rester attentifs, vigilants. L’application Lanfeust a été lancée avec Comixology, qui gère déjà Marvel aux USA, où l’on retrouve tout le monde de Troy. Elle a été mise au même niveau que Star Wars et Walking Dead qui ont également leur application, c’est très flatteur !

BDE : Scénariste prolifique, connaissant un vif succès auprès du public, tu restes malgré tout en lien avec de jeunes auteurs débutants ou semi-professionnels grâce au Lanfeust Mag et au Studio Gottferdom. Comment juges-tu l’évolution de la BD et les problèmes qu’elle rencontre (surproduction, auteurs peinant à joindre les deux bouts…) ?
CA : La « crise » est un vrai faux problème. J’ai commencé à publier en 1991 et on parlait de la crise de surproduction de la BD. Aujourd’hui, le discours est le même… Mais l’aspect positif, même si les libraires sont très vite encombrés, c’est que les jeunes auteurs ont plus de chances de s’exprimer. En réalité, il se vend de plus en plus de BD, mais les ventes sont réparties sur plus de titres : certains ont donc des difficultés à en vivre. Il y a des gens qui font des choses formidables mais sans trouver leur public. C’est dommage, mais on ne peut pas forcer les lecteurs !
Pour Lanfeust, j’ai eu beaucoup de chance. Ça aurait pu ne pas marcher si je l’avais sorti un an avant ou un an après. Mais, quand le train passe, il faut sauter dedans avec toute son énergie. Au début, nous avons publié 4 tomes en deux ans, un rythme épuisant mais qui a aidé au succès.
Hélas, une génération de jeunes auteurs arrive avec un esprit fonctionnaire : je travaille tant, je devrais gagner tant. Ça ne marche pas comme ça : c’est le nombre de lecteurs qui va déterminer la rémunération de l’auteur, et certains ne comprennent pas. J’ai même reçu un CV par la poste, avec une lettre disant « Bonjour, j’ai fait cette école, j’ai eu ce diplôme et je postule pour un poste de dessinateur au Studio Gottferdom, quel salaire me proposez-vous ? ». Mais aucun dessin dans l’enveloppe ! C’est bien, les écoles, mais ce qui m’intéresse moi, c’est le dessin, le trait, pas là où vous l’avez appris.
Je suis loin de cet état d’esprit. J’ai toujours ce besoin d’écrire en permanence, je ne veux pas m’installer dans le confort. J’aime lancer de nouvelles choses et me mettre en danger. Si je le voulais, je pourrais me contenter de sortir un Lanfeust par an et en vivre à l’aise. Mais j’aime écrire, raconter des histoires.

BDE : Un de nos lecteurs souhaiterait savoir si tu envisages de mélanger tes personnages au sein d’un cross-over, comme on peut le voir dans le monde des comics ?
CA : Il n’y aura pas de cross-over. Dans le monde de Troy, j’ai bien pris soin de situer chaque histoire à des époques différentes. Je ne voulais pas que les histoires puissent être considérées comme des spin-off, que je déteste. La seule exception est Cixi de Troy, qui est une pièce de puzzle de Lanfeust qui a été confiée à Olivier Vatine car Didier Tarquin n’avait pas le temps de tout faire, mais cette histoire était prévue depuis l’origine.

BDE : Sur Facebook, tu as dévoilé une Athéna très moderne. Pourrais-tu nous en dire plus sur ce nouveau projet ?
CA : C’est un vrai projet en cours, une uchronie antique avec Steven Lejeune. On a déjà 5 pages de faites. Mais le dessinateur n’est pas très rapide, il cherche encore ses marques dans le projet, donc on en reparlera quand on sera prêt pour ça !

BDE : Et l’inévitable question…
CA : Non, toujours rien.

BDE : Ah, nous ne pensions pas aux Feux d’Askell ! (rires) Mais juste quelques mots sur ton actu ?
CA : Mon bébé du moment c’est Ekhö. Je suis vraiment ravi de cet album. Déjà, il y a le plaisir de bosser avec Alessandro Barbucci : j’aime son trait, j’aime sa compagnie. C’est un bonheur de travailler avec lui. Il a un formidable talent de narrateur et il transcende le scénario qu’on lui confie. Initialement, il voulait faire de la fantasy, mais je n’en avais guère envie, je fais déjà beaucoup de choses dans ce domaine, j’avais envie d’un récit contemporain. Mais il a insisté et ça a été un déclic : mélanger contemporain et fantasy. Notre monde moderne, mais sans notre technologie ! On commence par New York, qui est pour moi symbole de la modernité, de la civilisation, de la ville dans notre monde. La fantasy permet un décalage qui me permet de mieux parler de notre monde justement. Le second volet se déroulera à Paris. Dans Ekhö, il n’y aura pas de « à suivre » ou de cliffhanger. Ce sont des aventures séparées, qu’on peut lire dans le désordre. Cela permet d’éviter le « c’est quand, la suite ? » qui est la question que mes lecteurs posent le plus souvent !

Propos recueillis par Jeanne Pouliquen et Anthony Roux.

Interview réalisée le 23 mars 2013.

Premières planches de l’album

© MC Productions 2013/Arleston/Barbucci
Photos © BDE/A. Roux
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*