Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Klezmer T5 (Sfar) – Gallimard – 19,90€

Klezmer T5 (Sfar) – Gallimard – 19,90€

Klezmer5
Parution : 08/2014

Résumé
Pendant que Yaacov et Vincenzo s’amusent, insouciants, sous la surveillance du Baron et du Cosaque ; Hava, préceptrice de musique dans une famille bourgeoise, se voit obligée de quitter les lieux devant les accusations de la maîtresse de maison. Une bague a roulé sous le meuble et le petit garçon, subjugué par la volupté aimable de la jeune femme, ne peut tolérer l’antisémitisme de tels propos. Il lui court après et lui offre le bijou profitant de la décharge hormonale chevaleresque pour lui déclarer sa flamme. Le pauvre ne sait pas qu’elle compte un nombre pléthorique d’admirateurs éconduits.
C’est dans cette atmosphère joyeuse que l’inquiétant Yaponchik leur annonce la funeste nouvelle. Un Pogrom de plus a été commis à Kichinev, rien de plus. Sauf qu’un sombre personnage, Vladimir Jabotinsky empêche les villageois d’enterrer leurs morts. Ce juif là promet des fusils contre les images du massacre. Une journaliste contacte Hava pour intégrer les groupes Juifs d’Odessa. Ceux-ci décident, sous l’impulsion du gitan sanguin Tchokola d’y envoyer un poète! Tous ensemble, ils embarquent dans un train des armes d’aciers, des âmes humaines, armes poétiques ou politiques pour décrire ce Kishinev là…. le Kishinev des fous.

Notre avis
Cinquième et dernier tome de cette série qu’il est possible de voir comme la mauvaise conscience du Chat du rabbin. Portant sur des fragments d’histoire du Judaïsme, les deux séries l’abordent de deux points de vues différents et complémentaires, tant esthétiquement que narrativement. Le Chat du rabbin est une oeuvre méditerranéenne, solaire, qui met en avant la bonhomie des personnages, la chaleur du climat et une cocasserie toute « Pagnolesque ». C’est son côté Séfarade.
Klezmer est une série continentale étouffante et glaciale, rugueuse et tranchante qui saisit le lecteur aux tripes et lui fait le coup des « montagnes russes ». C’est son côté Ashkénaze. La passion ardente du Tome 4, ouvre sans qu’on s’y attende vraiment sur un drame absolu. Ici, le texte reprend tout ses droits et Joan Sfar surprend tant par ses digressions oniriques que ses libertés historiques. A Kishinev, il met en scène un Vladimir Jabotinsky fantasmé, pour autant réel leader de l’aile droite du mouvement sioniste au début du 20eme siècle. Ainsi, l’auteur inscrit la fiction dans la réalité du siècle précédent sans se départir de toute la fantaisie dont il est capable. Loin de se cantonner à suggérer l’abomination, Joan Sfar (se) représente sans le nommé le poète Nahman Bialik, confronté à la difficulté de tenir son rôle dans cet environnement cruel, sauvage et pudiquement retranché derrière une apparente bouffonnerie. Il se fend d’une mise en abîme de la fonction de l’artiste, du dessin et de l’écriture pour traiter de situation insoutenable comme un génocide embryonnaire.
En fin d’album, il retranscrit intégralement le poème « La ville du Massacre » de Bialik (le vrai, pas son personnage). Il profite de cet appendice de 24 pages pour entériner son propos sur le racisme, le religieux et l’antisémitisme qui loin d’être un honteux souvenir, revient comme un relent nauséabond, comme un cauchemar récurent, comme une exhalaison funèbre.

En deux mots
La conclusion abyssale de cette série qui tonne comme un puissant réquisitoire esthétique contre l’atrocité xénophobe et l’ignominie absurde qui la conduit.

Alain Lamourette

Chronique du tome 4

Lien vers la page Gallimard de l’album : Klezmer T5 – Kishinev-des-fous



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*