Accueil » Autour de la BD » Les coulisses » Tout va très bien, Mesdames les Ministres

Tout va très bien, Mesdames les Ministres

raap

Il y a de drôles de coïncidences d’une langue à l’autre… Le fameux RAAP tant décrié veut dire « navet » aux Pays Bas. De là à faire une comparaison, il n’y a qu’un pas que l’on franchit bien aisément.

Si vous n’avez pas encore entendu parler de ce RAAP, un petit rappel :
Une réforme sur la cotisation à la caisse de retraite complémentaire était prévue dans les tuyaux et les auteurs s’étaient mobilisés, principalement lors d’Angoulême 2015, pour alerter le Ministère des Affaires Sociales et celui de la Culture sur la menace qu’une telle réforme faisait peser sur une profession déjà très précaire.

Malgré cette mobilisation et ces alertes, le Ministère des Affaires Sociales a publié le décret de modification des cotisations de la caisse de retraite complémentaire obligatoire des auteurs : 5 % sur les revenus perçus au titre de l’exercice 2016 ; 6 % sur les revenus perçus au titre de l’exercice 2017 ; 7 % sur les revenus perçus au titre de l’exercice 2018 ; 8 % sur les revenus perçus au titre de l’exercice 2019. Ce fonctionnement linéaire montre bien en plus la totale méconnaissance du secteur de ces décideurs : les gains des auteurs ne sont pas du tout linéaires !

Les auteurs tentent une nouvelle fois à alerter les pouvoirs publics et il est vivement souhaité que les lecteurs suivent cette démarche.

Ils ont pour cela lancé une pétition en ligne, accompagnée d’un plaidoyer que nous reproduisons ici-même :

POUR L’ABROGATION DU DÉCRET RAAP/IRCEC

POUR L’ABROGATION DU DÉCRET RAAP/IRCEC ET POUR L’AMÉLIORATION DES CONDITIONS D’EXERCICE SOCIALES ET ÉCONOMIQUES DES ARTISTES AUTEURS

Monsieur le Président de la République, Mesdames les ministres de la Culture et des Affaires sociales,

Nous, artistes auteurs, sommes exaspérés d’être considérés comme des pions sur un échiquier où se jouent des parties nulles ; où des reines, des cavaliers et des fous condamnent les pions à attendre et attendre jusqu’à l’usure, alors que la fin s’avère écrite d’avance, sans la moindre écoute des propositions émises par nos représentants.

Nous, artistes auteurs, sommes exaspérés par les promesses non tenues, les simulacres de dialogue social, le partage inéquitable de la valeur que nous créons et le manque de considération de notre situation économique et sociale pourtant aussi parfaitement connue qu’inquiétante.

S’agissant de la réforme de notre retraite complémentaire, le 30 décembre 2015 vous avez fait promulguer, en catimini,un décret contre l’avis des représentants des artistes auteurs alors que fin juillet 2015 vous aviez vous-même conditionné la réforme à une « large acceptabilité ».

Aujourd’hui nous demandons au gouvernement l’abrogation immédiate du décret RAAP-IRCEC et l’ouverture de négociations avec nos représentants. Ce décret est parfaitement inadapté aux spécificités de nos professions artistiques. Il dégrade encore un peu plus nos conditions d’exercice professionnel déjà extrêmement précaires.

En mars 2013, les ministères de la Culture et des Affaires sociales se sont engagés à améliorer la protection sociale et la qualité de service de leurs organismes sociaux (Mdass et Agessa). Or, à ce jour, vos ministères ne soutiennent aucune mesure d’amélioration et méprisent les demandes des artistes auteurs dans la loi sur la création.

Sans artistes auteurs, pas de livres, pas d’expositions, pas de spectacles, pas de musique, pas de films, etc. L’arbre « florissant » des secteurs de la création cache la forêt de la paupérisation et des relations inéquitables avec celles et ceux sans qui ils n’existeraient pas. Notre revenu médian est deux fois plus faible que celui des salariés. Nombre d’entre nous n’atteignons même pas le seuil de pauvreté.

Monsieur le Président de la République, Mesdames les ministres, vous nous avez promis des améliorations. Dans les faits, vous nous imposez des dégradations sans concertation. Ces agissements indignes sont d’une grande violence dans le contexte social et économique qui est le nôtre. Visiblement vous n’en mesurez ni l’ampleur, ni la profondeur, comme en témoigne la récente « affaire des médailles » suite au FIBD 2016 à Angoulême.

Aujourd’hui, chez les artistes auteurs, au désarroi a succédé la colère. Entendrez-vous enfin leur parole ?

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, Mesdames les ministres, l’expression de nos sentiments révoltés. »

Notre rédaction a contacté, en vain, le Ministère de la Culture, pour échanger sur cette réforme, l’affaire des médailles et le manque total de respect envers cette profession, comme en attestent aussi les nombreux couacs d’Angoulême.

Malgré des appels, des messages laissés, nous n’avons pas réussi à obtenir la moindre réponse du Ministère de la Culture. Les auteurs semblent encore être les grands sacrifiés de la politique.

Anthony Roux

Un Commentaire

  1. haidopoulo
    Posté 9 février 2016 at 13 h 41 min | Permalink

    c’est une honte pour tous ces jeunes et moins jeunes

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*