Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Lylian – Co-scénariste de Mina Loween

Rencontre avec Lylian – Co-scénariste de Mina Loween

Auteur du magnifique album Mina Loween, nous vous invitons à en découvrir le scénariste.

Chronique du Tome 1

Retrouvez des illustrations à la fin de l’interview.

Bulle d’Encre : Comment vous est venue l’idée de créer cette série et pourquoi avoir choisi d’aborder un sujet si difficile ?
Lylian : Le personnage de Mina Loween est une idée de Nori, co-scénariste avec qui je travaille. Très vite, nous avons voulu construire un univers peuplé de fantômes, de revenants. Notre souci premier a été de trouver un jalon culturel pour aborder le coté fantastique de l’histoire, d’où Halloween…
Cette fête est aujourd’hui le paravent d’une culture plus consumériste que sacrée, et c’est dommage. Dans tous les pays du monde, on trouve une fête des morts ; elle permet de célébrer la vie et fait prendre conscience aux peuples que cet état rêvé et vivant dans lequel nous sommes (la vie) ne dure qu’un temps et que la mort sera au bout du chemin.
Mais la mort est-elle la fin de tout ? Non, de celui qui part simplement, et encore. Célébrer la mort, c’est aussi célébrer la vie, chaque chose est ainsi à sa place, le jour, la nuit, la vie, la mort et les uns n’existeraient pas sans les autres.
Nous rendons à Halloween ses lettres de noblesses et donnons notre version de l’au delà.
En plus, il y a, dans cet univers (que vous découvrirez au fil des albums) ce petit quelque chose de gothique et profond qui correspond à ce que ressent Mina.
Orpheline, elle vit très mal la disparition de sa mère. Le second choix important est l’histoire de notre héroïne, Mina.
Que ressent une enfant dans cette situation ? Beaucoup de choses pas évidentes. Il était très important pour nous que la force de trame principale provienne d’un véritable sentiment humain, dur, presque tabou. Mina tire sa force de ses sentiments de jeune fille, un mélange d’espoir et de désespoir qui lui confère une puissance de détermination hors du commun.
On nous a fait des propositions d’histoires plus « légères » mais nous les avons refusées car nous les considérions comme niaises. Ce déterminisme nous poursuit depuis que nous avons proposé nos premiers dossiers BD aux maisons d’éditions. Nous avons envie de traiter de sentiments humains et de donner à voir pas seulement de « l’entertainment » mais une réflexion sur les choses de ce monde.

BDE : Le scénario de Mina Loween a été un vrai coup de coeur pour Lillycat. Contraster le dessin par rapport au sujet traité vous est apparu comme une évidence ou au contraire difficile à gérer ?
L :
Lorsque nous avons proposé Mina à Lilly, je connaissais déjà son travail et elle me semblait la seule à pouvoir trouver le juste milieu entre la dureté de l’histoire et le côté coloré de cet univers. Et c’est ce qu’elle a fait. La beauté et la finesse de son trait ont tout de suite apporté une touche graphique féminine d’un incontestable charme. Dans l’album, je ne vois aucun contraste entre l’histoire et le dessin, je dirais qu’il y a une alchimie, qui donne à voir quelque chose de nouveau. Je ne crois pas que les enfants seront horrifiés à la lecture de l’album, du fait de la dureté de l’histoire. La réalité est tout autre, je pense que ceux qui ont encore leur maman et qui vivent avec elles une belle relation comprendront Mina et feront tout pour aimer un peu plus celle qui les a mis au monde.
Quant aux femmes et jeunes femmes qui sont dans la même position que Mina, cette histoire est pour elle et leur est dédiée…

BDE : Quelles sont vos influences et références en bd?
L :
Sur le style, de l’histoire et du dessin, j’ai lu diverses critiques qui rapprochaient notre travail des univers de Burton et de Skydoll.
Je réponds que c’est voir par le petit bout de la lorgnette, les auteurs de ces textes feraient bien de nous consulter avant d’étaler leur culture. Nos inspirations sont plus profondes, viennent des contes antiques, des fêtes des morts mexicaines, des tableaux de Jérôme Bosch et de la littérature fantastique. Qui connaît la danse macabre* ?
En ce qui concerne le dessin, je sais que Lilly apprécie Skydoll mais plein d’autres choses également. Il n’a jamais été question de faire ça et je ne trouve pas que Mina y ressemble. Pour connaître très bien le travail de Lillycat, je dirais qu’elle fait du Lillycat et c’est ça qui est très fort !
Pour Mina, notre référence principale, hormis les tableaux et l’iconographie de la mort chez certains peuples, je dirais… Miyazaki.

BDE : Combien d’albums sont prévus pour la série?
L :
A ce jour, Lillycat a déjà commencé le tome 2, qui clôt la première partie de l’histoire. Vous saurez tout sur le nécromant et allez découvrir de nouveaux éléments sur la mère de Mina.
Nous planchons sur le tome 3, 4 et 5, qui vous réserveront de belles surprises.
En tout, je dirais 6 ou 7…avec de la chance.

BDE : Merci à vous.

Propos recueillis par Anna Sam.
Interview réalisée le 28 septembre 2006.

* NDLR : Danse macabre est un poème de Baudelaire.

Voici quelques extraits du premier album.
Pour en découvrir un peu plus sur la série, je vous invite à visiter le site officiel de Mina Loween.


Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*