Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Régis Hautière – Scénariste d’Un jour de mai

Rencontre avec Régis Hautière – Scénariste d’Un jour de mai

Un jour de mai, c’est le genre d’initiative qu’on aimerait découvrir plus souvent où les auteurs (une dizaine pour cet album!) et l’éditeur Pierre Paquet se sont associés à une ONG. Zoom sur cet album hors norme.

Chronique de l’album

Retrouvez des images de l’album à la fin de l’interview.

Bulle d’encre : Tu es le scénariste attitré de la collection Cockpit, d’où te vient cet attrait pour l’aviation ?
Régis Hautière : Il m’est un peu tombé dessus par hasard… C’était au départ plus l’attrait, ou l’intérêt, des dessinateurs avec qui je travaille que le mien. Le premier scénario à connotation « aéronautique » sur lequel j’ai travaillé était Dog Fights, que j’ai écrit pour Fraco qui venait de se découvrir une passion pour les simulateurs de vol. Par son intermédiaire, j’ai rencontré Romain Hugault, qu’il avait croisé sur un forum Internet. Romain m’a demandé de l’aider à écrire une histoire et ça a donné Le Dernier Envol. Le fait que les deux albums soient sortis à peu près au même moment a pu faire croire que j’étais un spécialiste de l’aviation (ce que je ne suis pas, même si mes connaissances dans ce domaine sont en progression…).
Les prix remportés par Au-delà des nuages et Tucker au salon de la bande dessinée aéronautique du Bourget (respectivement «Meilleur album» et «Meilleur scénario») et celui décerné par l’Aéroclub de France («Meilleur livre de bande dessinée» pour Au-delà des nuages) ont renforcé cette illusion.
Tucker est d’ailleurs né sur un malentendu. Walter Taborda, que j’avais rencontré peu de temps après la sortie du Dernier envol et de Dog Fights, m’avait contacté par MSN et m’avait demandé si ça me dirait de lui écrire une histoire avec des avions. Comme je croyais qu’il plaisantait, j’ai dit : «Oui, oui, bien sûr! Les avions, ça me connaît.» J’ai compris seulement deux jours après qu’il était sérieux…
Quant à Un Jour de mai c’était un souhait de l’éditeur qui voulait faire un album dont les bénéfices iraient à une association humanitaire.

BDE : Qui a choisi les dix dessinateurs de ce collectif ?
RH :
Pierre Paquet. Certains avaient déjà travaillé pour lui, d’autres souhaitaient le faire.

BDE : Comment as-tu coordonné le travail avec ces dessinateurs en sachant que certains travaillaient sur plusieurs parties de l’album?
RH :
En fait, au départ, l’éditeur pensait faire dessiner cet album par quatre dessinateurs. Il m’a donc d’abord demandé de travailler sur quatre histoires courtes, comme pour Le Dernier envol. Mais j’avais envie de changer, j’avais peur de me répéter. De plus, quand nous avons contacté les dessinateurs susceptibles de travailler sur ce projet, ils ont tous répondu présents. Plutôt que d’en sélectionner quatre pour faire quatre récits indépendants, j’ai donc proposé d’utiliser les talents de tous les dessinateurs pressentis et d’écrire une seule histoire mais découpée selon différents points de vue. Ce système avait l’avantage de permettre à chacun des dix dessinateurs de s’exprimer dans son propre style graphique sans que ça ne nuise trop à la lisibilité et à la cohérence de l’ensemble mais aussi de raccourcir les délais de réalisation (nous voulions que le livre soit disponible pour les 50 ans de l’AMREF).
Quand ce principe d’histoire commune a été validé, j’ai déterminé le nombre de parties et de pages à dessiner par chacun des dessinateurs, en essayant de tenir compte de leur souhait de départ et du type de séquence dans lequel chacun se sentait le plus à l’aise.
J’ai ensuite envoyé le découpage à tout le monde et mis les dessinateurs en relation afin qu’ils se coordonnent sur l’aspect à donner aux personnages apparaissant sur plusieurs séquences.

BDE : As-tu un nouveau projet à venir pour la collection Cockpit ?
RH :
Non. Pour l’instant, je me consacre aux suites et fins de Tucker, Dog Fights et Au-delà des nuages. Mais aussi à de nombreux autres projets sans rapport avec l’aviation !

BDE : Merci à toi.

Propos recueillis par Nicolas Vadeau

Interview réalisée le 13 mai 2007.

Extraits de l’album

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*